Carl Poirier (à gauche) s'est incliné en demi-finale, par décision unanime, contre le Québécois Mazlum Akdeniz lors des Championnats canadiens disputés au Hilton Québec.

Le combat tant espéré entre Poirier et Biyarslanov n'aura pas lieu

Le combat qu'il espérait tant n'aura pas lieu. Tenant du titre des 64 kg, le Beauceron Carl Poirier s'est incliné en demi-finale, vendredi dans le ring rouge du Hilton Québec, ce qui l'empêchera de se frotter à Arthur Biyarslanov en finale des Championnats canadiens.
«J'ai déjà été plus déçu», disait le copropriétaire du club Energybox de Lévis et organisateur de l'événement qui affichait une salle comble pour l'occasion. Poirier s'est inclinée par décision unanime contre le Québécois Mazlum Akdeniz, un boxeur qu'il avait battu, l'an passé, lorsqu'il avait mis la main sur la médaille d'or au même endroit. 
«C'est un petit dur, je lui souhaite de battre Arthur, ça ferait une victoire de plus pour le Québec. Il a été meilleur que moi, c'est correct. Ce qui me déçoit le plus, c'est de perdre ma place dans l'équipe nationale. Je ne sais pas ce que je vais faire pour l'instant», disait le favori local.
Biyarslanov, membre de l'équipe nationale, avait montré de quel bois il se chauffait dans le combat précédant en envoyant son adversaire au plancher dès les premières secondes. Poirier, lui, n'a pas réussi à imposer son rythme pendant sa bataille.
«Pourtant, je me sentais bien à l'échauffement, les coups sortaient, mais ce n'est pas arrivé pendant le combat. Ça avait été le contraire dans le premier combat, je ne me sentais pas super, mais ça avait bien été.»
Poirier estimait que son rôle d'organisateur avait pesé dans la balance. Depuis lundi, il multiplie les heures de travail. Debout à 7h, préparation de l'événement, entraînement de déshydratation à 21h30 pour réussir la pensée, nuit blanche ou presque, etc.
«L'an passé, je n'avais pas eu de misère avec ça et j'avais gagné mes trois combats, dont la finale. Mais là, j'ai trouvé ça dur, j'ai moins d'énergie. Ça fait deux ans que je boxe tout en organisant des combats, ça devient difficile.»
Il ne savait pas s'il tenterait de retrouver sa place dans l'équipe nationale. Pour ce faire, il devra attendre jusqu'à l'an prochain lors des prochains Championnats canadiens. Il n'écarte pas un passage chez les pros. «Pour l'instant, je vais me reposer. J'ai la médaille de bronze, c'est pas mal un top 3. Et je vais me satisfaire avec l'organisation, je pense qu'on présente encore un bon canadien», disait le sportif de Lévis.
Troisième titre pour Mathieu
À son dernier passage dans la catégorie jeunesse, Lexson Mathieu, qui a grandi à Valcartier, a savouré un troisième titre national en l'emportant par décision unanime contre le Québécois Shemar Calixte.
«Ç'a été difficile, je voulais finir avec une victoire et conserver ma place avec l'équipe canadienne. Ça me permettra de faire des compétitions à l'extérieur», disait le protégé de l'entraîneur du club Empire François Duguay, qui a boxé en Russie, au Costa Rica, en Tunisie et aux États-Unis au cours des derniers mois.
Les Championnats canadiens de boxe se terminent samedi avec une dernière session de finales à compter de 13h.