Gary Carter, qui occupe une place de choix dans le cœur des fans de baseball québécois, a maintenant un endroit en son honneur au Stade olympique.

Le Club du Receveur du Stade olympique devient le salon Gary-Carter

MONTRÉAL — La Régie des installations olympiques a rendu hommage à un ancien Expos en marge des deux matchs préparatoires des Blue Jays de Toronto en renommant le Club du Receveur salon Gary-Carter.

La portion située sous les estrades derrière le marbre a subi une cure de rajeunissement qui s'imposait, aux coûts de quelque 225 000 $, selon Michel Labrecque, président-directeur général du Parc olympique.

Nouvelles couleurs plus sombres — afin de répondre aux normes du baseball majeur —, nouveaux sièges, fresques représentant Carter ainsi qu'un espace cuisine revampé permettront à la RIO de louer la salle pour des événements corporatifs ou des réunions. Partout, le marbre est à l'honneur. On peut d'ailleurs y lire en quelques endroits «À tout jamais gravé dans le marbre», la très belle phrase utilisée par la RIO pour rendre hommage à Carter lors de son décès, en février 2012.

Labrecque avait promis au moment de la mort du receveur étoile d'honorer sa mémoire. Il estime que ces travaux et la transformation de cette partie du stade lui permettent de remplir cette promesse.

«C’était une évidence : entre l’amour que les Montréalais éprouvaient à son endroit, le fait que c’était le Club du Receveur et que son épouse et sa famille qui étaient d’accord, ça allait de soi.»

Plan de 11 ans

Il s’agit du troisième jalon commémoratif posé par la direction de la RIO afin de rappeler la riche histoire du Parc et du Stade, après la signature de Roger Taillibert, dans la rotonde, et la place Nadia Comaneci, près du Centre sportif et de la Tour de Montréal.

Carter a porté les couleurs des Expos de 1974 à 1984, puis en 1992. Joueur spectaculaire, il a été le visage de la franchise pendant de nombreuses années. Il a été élu au Temple de la renommée du baseball en 2003. Il est décédé d'un cancer à l'âge de 57 ans.

Ces rénovations s'inscrivent dans le cadre du plan d'immobilisation du Stade olympique, qui prévoit des travaux à hauteur de 220 millions $ sur 11 ans. Elles font aussi partie de l'ensemble des travaux de rénovation effectués pour mettre le stade au niveau des normes du baseball majeur. Ces travaux ont coûté près de 6 millions $ depuis la tenue des premiers matchs préparatoires des Jays, il y a cinq ans.

Les Jays accueilleront lundi et mardi les Cadinals de St. Louis pour les deux dernières rencontres de la Ligue des pamplemousses, avant d'amorcer leur saison régulière jeudi, à Toronto, en accueillant les Yankees de New York.