Carey Price n’en menait pas large en prolongation après avoir cédé sur le tir d’une quarantaine de pieds de Rasmus Ristolainen.

Le CH perd le festival offensif

MONTRÉAL — Rasmus Ristolainen a trouvé le fond du filet à 1:38 de la période de prolongation et les Sabres de Buffalo ont vaincu le Canadien 6-5, jeudi au Centre Bell.

Ristolainen a battu Carey Price d’un tir d’une quarantaine de pieds après que Artturi Lehkonen eut raté une chance en or quelques secondes plus tôt.

La première période a particulièrement été fertile en rebondissements. Les Sabres ont pris trois avances... qu’ils n’ont conservées que pendant exactement trois minutes 50 secondes. L’une de ces avances n’a duré que dix secondes.

Encore une fois, Max Domi a été le meilleur joueur du CH avec une récolte de trois points, sa soirée la plus productive depuis son arrivée à Montréal. L’attaquant de 23 ans, qui a inscrit au moins un point à ses cinq derniers matchs, a récolté des mentions d’aide sur les buts de Jonathan Drouin (5e), d’Andrew Shaw (2e) et de Tomas Tatar (6e).

Matthew Peca et Nicolas Deslauriers ont également connu une bonne soirée à l’attaque avec des récoltes d’un but et une aide chacun. Le but de Deslauriers, son premier de la saison, a été réussi en désavantage numérique avec un peu moins de deux minutes à écouler à la période médiane et permettait au Canadien de prendre l’avance pour la seule fois de la rencontre, 5-4.

Vladimir Sobotka et Jeff Skinner ont dirigé l’attaque des Sabres avec deux buts chacun. Conor Sheary a également déjoué Price, qui a repoussé 25 tirs. Jack Eichel, Sam Reinhart et Evan Rodrigues ont ajouté deux mentions d’aide chacun.

Victime d’au moins cinq buts dans un deuxième match de suite, Price n’a pas toujours été bien appuyé par ses coéquipiers mais a aussi donné l’impression de se battre avec la rondelle.

«Disons les choses comme elles sont, je n’ai pas été très bon ce soir», a-t-il déclaré dans un point de presse qui a duré un peu plus qu’une minute.

«Je ne joue tout simplement pas aussi bien que plus tôt cette saison. C’est dans la tête et je dois trouver une solution», a-t-il répondu à un journaliste qui lui demandait si ses problèmes pouvaient être liés à son nouvel équipement.

Encore les surnombres

Julien s’est montré beaucoup plus conciliant.

«C’est évident qu’il n’est pas à son meilleur présentement. Je pense que tout le monde voit ça, a-t-il reconnu. Il reste quand même que ce soir (jeudi), on ne peut pas seulement s’attaquer à lui parce qu’on n’a vraiment pas été forts devant lui. On n’a pas été bons. C’est ce qui s’est passé dans notre cas et ça n’aide pas un gardien à retrouver son synchronisme, sa confiance quand tu joues de cette façon devant lui.»

Dans sa défense de Price, Claude Julien a évoqué les surnombres accordés par le Canadien. Il n’a pas tort. Les Islanders ont marqué un but de cette façon lundi, le Tricolore a offert aux Rangers une demi-douzaine de surnombres en première période seulement, et jeudi, contre les Sabres, on en a encore répertorié à répétition au premier vingt.

Ces surnombres font mal au CH d’abord parce que le gardien n’est pas au sommet de son art, ensuite parce que les défenseurs n’éliminent pas toujours l’option de passe. «Je ne sais pas comment il peut arrêter un deux contre un quand la rondelle passe à travers notre défenseur», a analysé Julien, visiblement peu satisfait du travail de Victor Mete. Notons toutefois que Xavier Ouellet s’était compromis en zone adverse, ouvrant ainsi la porte aux Sabres.

Si cela peut le consoler, Price a joué tout le match, ce dont n’a pu se targuer Linas Ullmark, victime de cinq buts sur 32 tirs en 40 minutes de jeu. Il a d’ailleurs très mal paru sur le but de Deslauriers alors que la rondelle s’est faufilée entre ses jambières. Carter Hutton l’a remplacé en troisième et a bloqué les cinq rondelles dirigées vers lui.

Le Canadien disputera son prochain match samedi soir au Centre Bell alors qu’il accueillera Max Pacioretty et les Golden Knights de Vegas. Il s’agira du dernier match des hommes de Claude Julien devant leurs partisans d’ici le 19 novembre. Avec La Presse