«Le Canadien mise sur quatre trios solides, avec des joueurs acharnés. La réputation de leur gardien de but n’est plus à faire. Ils ont de bonnes habitudes de travail et ils ne manquent pas de vitesse. Si on réunit tous ces ingrédients, on obtient généralement une très bonne équipe», analyse l’entraîneur-chef des Sénateurs, Guy Boucher.

Le CH bien meilleur que ce qu’on dit

OTTAWA — Guy Boucher ne comprend pas.

L’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa a beaucoup de respect pour les gens qui œuvrent dans les médias. Trop de respect pour critiquer publiquement leur travail. Il s’est permis un rare commentaire, vendredi, à la veille du premier match en saison régulière contre le Canadien.

«Quand je suis assis dans mon bureau et que j’étudie leur alignement, je me pose de sérieuses questions. Qui sont tous ces gens qui leur ont prédit une saison de misère? Le Canadien mise sur quatre trios solides, avec des joueurs acharnés. La réputation de leur gardien de but n’est plus à faire. Ils ont de bonnes habitudes de travail et ils ne manquent pas de vitesse.

«Dans le hockey d’aujourd’hui, si on réunit tous ces ingrédients, on obtient généralement une très bonne équipe. Le Canadien forme donc une très bonne équipe. Leurs joueurs n’ont rien volé, jusqu’à maintenant.»

Le Canadien, qui a subi un seul revers en temps réglementaire en six matchs, constitue donc un adversaire à prendre très au sérieux.

Surtout au retour d’un long congé. Les Sénateurs ont disputé leur dernier match lundi soir. Ils ont eu quatre journées complètes, par la suite, pour savourer leur victoire obtenue aux dépens des Stars de Dallas.

Boucher n’a jamais aimé les longues pauses. L’esprit de compétition se perd très rapidement, a-t-il souvent déclaré. Il estime que les entraîneurs ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour aider les joueurs. «Nous avons étiré l’entraînement de jeudi au maximum et nous l’avons complété avec des exercices de confrontation. Il faudra quand même s’assurer de connaître un bon départ, samedi. Il ne faudra pas offrir le match au Canadien dans les 10 premières minutes de jeu.»

Lajoie : «Ça va être cool»

Chez les joueurs, Maxime Lajoie se disait fébrile à l’approche de son premier vrai match face au Canadien. Il s’est déjà frotté aux espoirs de l’organisation montréalaise lors du tournoi des recrues et il a pu affronter quelques vétérans dans des matchs préparatoires.

Le match de samedi s’annonce différent.

«Ça va être cool», croit le jeune défenseur des Sénateurs. «Ça va être encore plus cool quand j’aurai la chance de jouer un match de saison régulière au Centre Bell, je crois.»

«Carey Price est probablement le meilleur gardien de sa génération. Si jamais je réussis à marquer un but à ses dépens, je connais beaucoup de gens qui vont capoter», de conclure celui qui a déjà inscrit quatre buts depuis le début de la saison régulière.

Natif de Québec, mais ayant déménagé à l’autre bout du pays à l’âge de sept ans, Lajoie avait deux équipes favorites quand il était enfant. Il aimait le Canadien, l’équipe favorite de toute sa famille. Il s’est toutefois vite senti attiré par les Flames de Calgary, l’équipe de sa ville d’adoption.

«Je suis un partisan des Flames», finit-il par trancher, après un court moment de réflexion. «J’aime le Canadien, mais je suis toujours un peu fébrile quand les Flames participent aux séries de la Coupe Stanley. J’adore Calgary, c’est ma ville. J’ai toujours été fier d’avoir une équipe à encourager là-bas.»

Nouvelle confidence de Lajoie : enfant, son joueur préféré était le capitaine de l’Avalanche du Colorado, Joe Sakic. «Je l’ai rencontré après un match au Saddledome. C’était impressionnant.»