Max Pacioretty (à droite) est félicité par David Desharnais et Brendan Gallagher après avoir marqué le deuxième but du Canadien, à 14:32 de la première période.

Le Canadien stoppe les Bruins avec un gain de 4-1

Après avoir atteint le fond du baril samedi dernier, le Canadien de Montréal a continué de faire oublier les déboires des dernières semaines à ses partisans en offrant une performance presque sans faute face aux Bruins de Boston, jeudi, en route vers une victoire de 4-1.
Alexei Emelin, avec son premier de la saison, Max Pacioretty, Brian Gionta et Daniel Brière ont touché la cible pour le Canadien (29-20-5), qui a signé deux victoires de suite pour une première fois en 2014. Peter Budaj a donné raison à son entraîneur de lui faire confiance contre la meilleure équipe de la section Atlantique en effectuant 34 arrêts.
Budaj et la défensive du Canadien ont neutralisé la machine offensive des Bruins, qui avaient généré six buts lors de chacun de leurs trois derniers matchs.
«Il a été très bon, il a fait des arrêts clés et nous sommes très contents de sa performance, a indiqué l'entraîneur-chef du Canadien Michel Therrien en parlant de Budaj. Je pense que toute l'équipe a joué un bon match pour Peter. C'est une situation qui est difficile quand tu es gardien réserviste, mais c'est un gars qui s'entraîne très fort et qui a toujours une bonne attitude.»
Le trio de Pacioretty, David Desharnais et Brendan Gallagher a été particulièrement efficace, accumulant les occasions de marquer et les longues séquences dans le territoire des Bruins. Ils ont récolté un total de quatre points.
«Le trio de David, avec Gallagher et Pacioretty, encore ce soir s'est avéré une menace constante, a noté Therrien. Ils ont bien fait circuler la rondelle et ont appliqué une belle pression sur le porteur du disque. Ils ont joué tout un match.»
Dougie Hamilton a fourni la timide réplique des Bruins (34-16-3), qui ont encaissé un premier revers à la régulière en sept sorties. Tuukka Rask a concédé trois buts sur 18 tirs avant de céder sa place à Chad Johnson, qui a stoppé 14 lancers. Rask a maintenant un dossier en carrière de 2-10-2 contre le Canadien.
Il s'agissait du deuxième de quatre duels entre ces deux grands rivaux cette saison. Le Canadien a maintenant remporté ses cinq derniers matchs contre les Bruins, après avoir connu une séquence de cinq revers. C'est aussi la première fois en 10 rencontres entre les deux équipes que le gagnant l'emporte par plus d'un but.
Le Canadien sera en action au Centre Bell samedi et dimanche pour les traditionnels matchs en après-midi du week-end du Super Bowl, contre le Lightning de Tampa Bay et les Jets de Winnipeg.
«On vit dans le moment, a expliqué Therrien. Il faut toujours rester concentré sur le travail à faire. J'aime le niveau de préparation de notre équipe, j'aime le leadership de nos joueurs. De venir gagner un match à Boston, c'est sûr que ça donne confiance pour la fin de semaine.»
Le Tricolore n'a pas perdu de temps avant de s'inscrire à la marque. Emelin a trompé la vigilance de Rask après 2:16 de jeu quand son tir de la pointe a semblé dévier sur le bâton du défenseur Torey Krug devant le filet. Rask avait aussi la vue voilée par George Parros et Travis Moen.
«J'ai beaucoup aimé la manière comment on a débuté le match ce soir, a raconté Therrien. Encore une fois, on sentait que les gars étaient affamés. On était rapide sur le porteur de la rondelle afin de créer des revirements. Le quatrième trio a réussi à nous donner le premier but et ç'a donné le ton pour le reste du match.»
Les deux équipes se sont échangé quelques belles occasions par la suite, mais c'est encore le Canadien qui a fait mouche. Desharnais a intercepté une passe en zone défensive et Gallagher a ensuite remis à Pacioretty, qui a filé sur l'aile gauche. Pacioretty a battu de vitesse le défenseur Johnny Boychuk et a coupé au centre. Il a déjoué Rask du revers en glissant la rondelle à la gauche du gardien.
Les Bruins ont donné signe de vie en répliquant 66 secondes plus tard, avec 4:22 à faire au premier vingt. Un tir inoffensif de Hamilton a dévié sur le patin d'Andrei Markov, ce qui n'a laissé aucune chance à Budaj.
Bon début de deuxième période
La troupe de Claude Julien n'a pas ralenti la cadence en début de deuxième, décochant les six premiers tirs au but de l'engagement. Cependant, c'est le Tricolore qui a continué de faire allumer la lumière rouge.
Pendant une punition pour rudesse à Brad Marchand, Gionta a habilement fait dévier un tir bas de Tomas Plekanec sous le bras droit de Rask, qui a alors été remplacé par Johnson.
Brière a assené un coup de massue aux Bruins 1:52 plus tard quand il a battu Johnson en échappée à l'aide d'un tir dans la partie supérieure, du côté de la mitaine.
Les Bruins n'ont pas démontré un grand désir d'effectuer une remontée en troisième période et Budaj a fermé la porte quand il le fallait, notamment en infériorité numérique contre Milan Lucic avec environ six minutes à faire. On n'a même pas eu droit à quelques échauffourées en fin de rencontre, comme c'est souvent le cas entre les deux équipes.