Jacob de la Rose célèbre avec Nicolas Deslauriers après avoir marqué un but en deuxième période contre les Red Wings, samedi soir, à Montréal.

Le Canadien rosse les Red Wings 10-1

MONTRÉAL - Jonathan Drouin a raté les deux derniers matchs du Canadien de Montréal. Résultat: l'attaque a inscrit rien de moins que 16 buts!

Paul Byron a réalisé le premier tour du chapeau de sa carrière et il a été la grande vedette parmi de nombreuses vedettes dans un éclatant gain de 10-1 contre les Red Wings de Detroit samedi soir au Centre Bell.

Le Canadien a signé une cinquième victoire d'affilée, une victoire qui survient 22 ans jour pour jour après la dégelée de 11-1 que les Red Wings lui avaient fait subir au défunt Forum de Montréal.

C'était par ailleurs la première fois depuis les 7 et 8 janvier 2009 que le Tricolore connaissait deux parties de suite d'au moins six buts.

Surtout, le Canadien a repris possession du troisième rang de la section Atlantique, seulement six points derrière les Maple Leafs de Toronto, qui se sont inclinés face aux Canucks de Vancouver.

«C'est sûr qu'on joue mieux, mais on a du rattrapage à faire», a rappelé Claude Julien, qui a annulé la séance d'entraînement prévue dimanche.

«On sait ce qui est arrivé en début de saison. On a besoin d'une séquence comme celle-ci et c'est important de la maintenir le plus longtemps possible pour se remettre dans une meilleure position.»

Byron a inscrit ses 7e et 8e buts aux dépens de Petr Mrazek, victime de cinq buts sur 25 tirs. Son troisième a été réussi contre Jimmy Howard, qui a vu cinq rondelles se faufiler derrière lui sur seulement neuf tirs.

«C'est un beau feeling. C'est quelque chose qui n'est pas facile à faire. Je n'aurais pas pu y arriver sans l'aide de mes coéquipiers», a déclaré Byron, en français, et avec humilité.

Le rapide attaquant du Canadien n'a pas été le seul à connaître une soirée faste et vivre une première. Ce fut aussi le cas d'Alex Galchenyuk (0-4), auteur de sa première soirée de quatre points dans la Ligue nationale.

De plus, Nicolas Deslauriers (1-2), Daniel Carr (1-2) et Jacob De La Rose (1-2) ont effacé leur sommet personnel de deux points en carrière lors d'un même match tout en marquant pour la première fois de la saison.

Charles Hudon (4e), avec son premier but au Centre Bell, Brendan Gallagher (13e), Jordie Benn (3e) et Andrew Shaw (7e) ont complété la pétarade du Canadien, qui a marqué 10 buts dans un match pour la première fois depuis le 10 décembre 2016 contre l'Avalanche du Colorado.

Les Red Wings (0-4-3) ont perdu une septième partie de suite, et une deuxième d'affilée contre le Canadien. Ils ont complété le match avec 23 tirs en direction de Carey Price, déjoué par Luke Glendening au milieu de la troisième période.

Le Canadien aura l'occasion de signer une sixième victoire consécutive mardi soir, mais l'adversaire sera probablement beaucoup plus coriace puisque les Blues de St. Louis feront leur seule escale de la saison au Centre Bell.

Byron et Deslauriers coup sur coup

Si souvent victimes de buts rapides au cours du premier mois du calendrier, les joueurs du Canadien ont fait le coup aux Red Wings pour la deuxième fois en autant de matchs.

Byron a donné le coup d'envoi de cette mini explosion à 5:22 du premier vingt, suivi de Deslauriers seulement 32 secondes plus tard. Jeudi soir, Charles Hudon et Andrew Shaw avaient transformé un déficit de 1-2 en une avance de 3-2 en déjouant Howard dans un intervalle de 43 secondes en deuxième période.

Mais en principe, les hommes de Jeff Blashill pouvaient revenir dans le match en marquant un but tôt au deuxième vingt. C'est plutôt le Canadien qui a fait bouger les cordages, de nouveau gracieuseté de Byron et de sa grande rapidité, à 1:51.

Environ trois minutes plus tard, le Canadien a tourné le fer dans la plaie lorsque Deslauriers a provoqué une poussée à deux contre un avec De La Rose pendant que Phillip Danault se trouvait au cachot. Une belle passe de Deslauriers a permis à De La Rose d'inscrire un but facile, son premier depuis le 11 avril 2015.

Dès lors, les Red Wings n'étaient plus dans le match. Lors d'une supériorité numérique, Hudon a marqué son deuxième but en autant de rencontres, envoyant Mrazek aux douches. Et avant la fin de la deuxième, Byron a complété son tour du chapeau sur un jeu où Howard a déjà mieux paru.

Tôt en troisième, Gallagher a inscrit le 100e de sa carrière avec une mention d'aide à Tomas Plekanec, qui obtenait donc le 593e point de sa carrière, le même nombre que Dickie Moore au 13e rang dans l'histoire du Canadien.

Échos de vestiaire

«Ça me le prenait, ça faisait du bien. Je sais que la célébration n'était peut-être pas de mise vu que c'était déjà 5-0, mais ça me faisait tellement de bien pour la confiance.» — Charles Hudon, au sujet de son premier but en carrière au Centre Bell

«On avait une bonne attitude, on faisait tous de bons jeux, on ne s'éloignait pas de notre plan de match. Ça n'arrivera pas toujours de marquer autant de buts, mais c'est quelque chose qui fait du bien. Les cinq derniers matchs, sur notre trio, ça va bien et en ramenant Carr, on se connaît bien et on sait ce qu'on amène.» — Nicolas Deslauriers, au sujet du travail du quatrième trio

«Ce soir ce fut un match honteux. Je n'ai pas d'autres mots pour le décrire. Du premier joueur au dernier, non seulement nous sommes-nous fait honte, nous avons fait honte à l'organisation.» — Niklas Kronwall au sujet de la défaite des Red Wings

***

GALLAGHER ESPÈRE MAINTENIR LE RYTHME

Brendan Gallagher songeait à aller voir Carey Price et lui demander s'il devait toucher à la coupe Molson avant le match de samedi contre les Red Wings de Detroit. Peut-être était-il approprié qu'il sache quel geste poser pour ne pas casser le rythme de ce qui se dessine être l'une des meilleures saisons de sa carrière.

Lors d'une brève cérémonie, Gallagher a été honoré du titre de lauréat de la coupe Molson pour le segment de novembre, au cours duquel il a marqué huit buts. Pour le combatif attaquant, il s'agit d'une marque personnelle pour le plus grand nombre de buts lors d'un même mois.

«Ç'a été un bon mois pour moi et un bon mois pour l'équipe. C'est sûr que c'est agréable de produire, mais c'est encore plus plaisant lorsque l'équipe gagne. Et c'est ce que nous avons fait dernièrement», a déclaré Gallagher après la séance d'entraînement du Canadien samedi matin à Brossard.

Ce rendement aide à faire oublier d'autres mois de novembre beaucoup moins joyeux pour Gallagher. Comme celui de 2015-2016, où il a été victime de la première de deux blessures à la main en autant d'années.

Malgré cela, il continue de représenter une présence gênante pour les gardiens rivaux en se plantant devant eux pour essayer de faire dévier des tirs de ses coéquipiers ou sauter sur les rondelles libres près du filet.

«C'est la seule façon que je connaisse pour avoir du succès. Si je commençais à jouer en périphérie, je serais un joueur beaucoup moins efficace. C'est ce que j'ai fait toute ma vie. Il faut jouer en fonction de ses forces, et si je veux connaître du succès dans cette ligue, c'est ce que je dois faire soir après soir. Les blessures font partie du jeu et je suis sûr que j'en aurai une autre un jour. Match après match, l'important est de faire le travail que l'on attend de vous et c'est ce que j'essaie de faire.»

Brendan Gallagher, qui s’est vu décerner la coupe Molson pour le mois de novembre avant le match de samedi, a poursuivi sur sa lancée en inscrivant un 13e but cette saison.

Avec 12 buts en 27 matchs, Gallagher est l'unique joueur de l'équipe à avoir franchi la dizaine de filets jusqu'à maintenant. Surtout, s'il maintient pareille cadence, il complétera le calendrier régulier avec au moins 35 buts, loin devant les 24 filets inscrits en 82 rencontres en 2014-2015.

La saison suivante, il avait réussi 19 buts en 53 parties, un rythme qui lui aurait permis de frôler les 30 buts s'il avait participé à tous les matchs du Canadien.

«Ses buts sont bien mérités, a déclaré l'entraîneur-chef Claude Julien, en louant la façon de travailler de Gallagher mais aussi le niveau de jeu de son trio.

«Ça fait deux ans qu'il est victime de sérieuses blessures à la main, et ça affecte la production. Et quand tu reviens au jeu ensuite, tu n'es pas dans la même forme physique que les gars qui ont continué de jouer. Cette année, il est en santé et ça démontre plus ses vraies couleurs que ce que l'on a vu lors des dernières années.»

DAVIDSON AU BALLOTTAGE 

Le Canadien a soumis le nom du défenseur Brandon Davidson au ballottage sur l’heure du midi, samedi. S’il n’est pas réclamé d’ici dimanche midi, il sera vraisemblablement cédé au Rocket.

En 23 matchs en carrière avec le Canadien, Davidson n’a récolté que trois mentions d’aide et affiché un ratio défensif de - 6. Il avait été acquis des Oilers d’Edmonton, le 28 février 2017, en échange de David Desharnais. Le défenseur de 26 ans avait été un des cinq joueurs obtenus par le dg Marc Bergevin dans les 48 heures précédant la date limite des transactions. Du groupe, il ne reste que Jordie Benn. Steve Ott a annoncé sa retraite à la fin de la saison, Dwight King évolue dans la KHL et Andreas Martinsen a été cédé aux Blackhawks de Chicago contre l’attaquant Kyle Baun.

Le Tricolore compte maintenant huit défenseurs. Claude Julien a d’ailleurs admis qu’il se trouvait devant un «beau problème» avec une abondance de défenseurs au moment où plusieurs d’entre eux livrent un rendement plus qu’adéquat. «En début de saison, on n’avait pas ces options-là. Maintenant, on les a. Tous nos défenseurs qui sont ici ont bien joué et méritent tous de jouer. Malheureusement, tu en choisis six avant le match et tu vas de l’avant avec ça. Ça donne une bonne compétition à l’interne, ça pousse les joueurs à toujours bien jouer. C’est un beau problème à avoir.»  La Presse canadienne