En quête d'une première victoire sur le circuit de la PGA en plus de quatre ans, Tiger Woods n'est qu'à un coup du meneur à l'aube de la dernière ronde du Championnat Valspar.

Le Canadien Conners toujours en tête, Woods un coup derrière

PALM HARBOR — Le Tigre est bien de retour à 42 ans, après trois années calamiteuses et quatre opérations du dos.

Tiger Woods peut mettre fin à une disette de plus de quatre années dimanche, lui qui aborde la quatrième ronde du Championnat Valspar à un coup du meneur canadien Corey Conners. Il n’avait plus été à pareille fête depuis août 2013, date de sa 79e et dernière victoire sur le circuit de la PGA.

«Je vous confirme qu’il est de retour. Les rugissements sont de retour», a déclaré Brandt Snedeker, qui partage le deuxième rang avec Woods et Justin Rose. «C’est plaisant d’entendre la foule s’animer de nouveau pour lui, c’est aussi une bonne chose qu’il soit de retour en force. Il joue vraiment bien.»

Soutenu par le public de Floride comme à ses plus belles années, l’ancien roi incontesté du golf, désormais 388e mondial, a remis une carte de 67 (- 4) pour un total de 205 (- 8). «C’était une atmosphère incroyable, les spectateurs étaient vraiment à fond derrière moi. Je suis parvenu à rester dans le coup pour viser la victoire, cela va être un beau dimanche», s’est réjoui Woods.

Mais il n’est pas le seul à pouvoir viser la victoire. En tête depuis la première ronde, Conners a conservé son sang-froid, lui qui tente de remporter son premier titre à 26 ans et à son 17e tournoi de la PGA. Il a toutefois pu suivre de près ce qui l’attend en ronde finale. Woods jouait dans le groupe devant le sien et le golfeur de Listowel, en Ontario, a entendu les cris de la foule pendant tout l’après-midi. Il sait donc ce qui l’attend aujourd’hui.

«Je ne jouais pas avec lui mais, à cause de la foule, je savais à peu près ce qui se passait. C’est vraiment cool ce qui se passe en ce moment et je suis sûr qu’il luttera très fort pour gagner demain. En ce qui me concerne, je souhaite juste jouer comme je le peux et connaître une bonne ronde.»