Le défenseur des Predators de Nashville Ryan Ellis (6) n'a pas laissé le décalage horaire l'affecter, passant plus de 21 minutes sur la glace dans la victoire de 4-0 du Canada contre la France.

Le Canada blanchit la France 4-0

Ryan Ellis a combattu la fatigue et le décalage horaire et a apporté une contribution immédiate à la défense du titre du Canada au Championnat du monde de hockey. Le défenseur des Predators de Nashville a joué pendant 21 minutes et 19 secondes - plus que quiconque au sein de l'équipe - et a aidé le Canada à infliger un revers de 4-0 à la France, lundi.
Il s'agit d'une troisième victoire par blanchissage pour le Canada en six sorties, et d'une deuxième consécutive. La troupe canadienne n'a concédé que quatre buts jusqu'à maintenant.
La victoire a permis au Canada de porter son dossier cumulatif à 6-0 depuis le début du volet préliminaire, le même que la Finlande. Ce gain met la table pour un duel pour la première place du groupe B contre la Finlande, mardi. L'équipe qui l'emportera affrontera la formation de quatrième place du groupe A en quarts de finale. La ronde des médailles s'amorcera jeudi.
Manque d'énergie
Ellis s'est joint à Équipe Canada après l'élimination des Predators par les Sharks de San Jose, jeudi. Évoluant aux côtés de Ryan Murray, Ellis a obtenu une passe sur le deuxième but du match, celui de Matt Duchene en deuxième période, et il a patrouillé la pointe droite sur la première unité de l'avantage numérique.
Il a reconnu que ce n'était pas chose facile de plonger dans l'action du Championnat du monde après deux séries éliminatoires ayant requis sept rencontres, et un long vol intercontinental.
«Je ne pense pas que j'ai été capable de retrouver l'énergie dans mes jambes pendant le match, a déclaré Ellis. Le voyage a été ardu, dimanche, mais les gars ont joué un excellent match. C'est facile de jouer en compagnie d'un défenseur comme Ryan Murray et avec les autres joueurs sur la patinoire. J'ai seulement tenté de faire ma part.»
Mark Stone, en première période, Mark Scheifele et Corey Perry, tous deux au troisième vingt, ont inscrit les autres buts du Canada, qui a bombardé Ronan Quemener de 42 tirs.
À son deuxième départ depuis le début du tournoi, Calvin Pickard a bloqué les 13 tirs de la France. Bien qu'il ait été très peu occupé, Pickard s'est montré solide pendant les deux premières périodes, alors que les Français ont su générer de bonnes chances de marquer. Charles Bertrand a également eu droit à un tir de pénalité au début du deuxième vingt, mais il n'a pas été en mesure de toucher le filet.