Le décès du boxeur David Whittom, que l’on voit ci-dessus en 2011, a été annoncé vendredi soir par sa conjointe sur les réseaux sociaux. Il était âgé de 39 ans.

Le boxeur David Whittom s'éteint à 39 ans

Le boxeur David Whittom est décédé, a annoncé sa conjointe, vendredi soir. Le résident de Québec avait été victime d’une hémorragie cérébrale après s’être fait passer le K.-O. dans un combat au Nouveau-Brunswick, en mai.

D’abord plongé dans un long coma artificiel à la suite de son combat du 27 mai, le boxeur en était sorti depuis quelques mois, mais il demeurait hospitalisé avec des séquelles extrêmement sévères. 

«Avec le cœur brisé en million de morceaux, je vous annonce mes amis et amies que mon David Whittom a rejoint les anges cet après-midi», a écrit la conjointe de l’athlète de 39 ans sur son compte Facebook, vendredi soir. «Repose en paix mon champion, tu t’es battu trop longtemps. Maintenant plus de douleur et fais-moi signe de là haut juste pour que je sache que tu es là quelque part dans les nuages dans le ciel bleu.»

Joint vendredi soir par Le Soleil, l’entraîneur de Whittom, François Duguay, venait d’apprendre la nouvelle. «Dans l’état où il était, je pense que ça a dû être un soulagement pour David», s’est-il limité à dire. 

Ce dernier s’était rendu au chevet du boxeur, au Nouveau-Brunswick, à de nombreuses reprises dans les derniers mois. L’entourage de Whittom, originaire du Nouveau-Brunswick, s’était montré discret sur sa condition une fois sortie du coma, mais Duguay avait mentionné au Soleil, en décembre, que l’athlète était lourdement paralysé et n’avait pas retrouvé la vision. 

Martel-Bahoéli réagit

Ami proche et partenaire d’entrainement de Whittom au club de boxe Empire, le poids lourd Éric Martel-Bahoéli a rendu hommage au défunt sur les réseaux sociaux, vendredi. «Ce soir, j’ai officiellement perdu un ami, un frère, un compatriote, un partenaire, un gars avec qui j’ai vécu plein d’aventures. J’écris ceci sans vraiment le réaliser. J’écris pour l’extérioriser un peu. Depuis des mois je savais que mon chum Davy n’allait plus être le même, mais on gardait espoir que le guerrier qu’il a toujours été allait surmonter cette épreuve supplémentaire.»

Martel-Bahoéli a également présenté ses «plus sincères condoléances» à la famille et aux amis de Whittom. «David, je t’aime et t’aimerai toujours. Je garde d’excellents souvenirs et je serai toujours là pour ton fils Zack et ta famille proche s’ils ont besoin de moi.»

Détenteur d’une fiche de 12 victoires, 24 défaites et une nulle, Whittom avait bataillé avec des problèmes de consommation durant sa carrière, mais il était complètement sobre depuis 26 mois avant son combat de championnat canadien fatidique contre Gary Kopas. C’est pourquoi Duguay avait accepté d’être dans son coin.

Whittom était en avance au pointage, au 10e et dernier round, lorsqu’une violente combinaison l’a envoyé au plancher. La 12e et dernière fois de sa vie qu’on lui passait le K.-O.. 

«Made in Hell», pouvait-on lire sur la culotte du boxeur ce soir-là. Vendredi soir, quand la nouvelle de son décès a commencé à s’ébruiter sur les réseaux sociaux, ils étaient nombreux à lui souhaiter le paradis.