Mark Barberio (Colorado), David Savard (Columbus), Jonathan Aydy-Marchessault (Las Vegas) et Pierre-Cédric Labrie (Chicago) participeront au Boot Camp du 11 au 13 août.

Le Boot Camp fait le plein de vedettes de la LNH

Pour la sixième édition du Boot Camp TaxUS, pas moins de 60 joueurs de hockey professionnel ont répondu à l'invitation. Et si le mariage d'Andrew Shaw n'avait pas eu lieu en même temps, un gros nom de la LNH aurait été du rendez-vous au Complexe sportif Sainte-Foy, les 11, 12 et 13 août.
À défaut du capitaine du Canadien, Max Pacioretty, plusieurs hockeyeurs se pointeront en ville pour cette compétition à cinq contre cinq à la fois exigeante et spectaculaire qui regroupe six équipes.
Des noms, en voici quelques-uns: Jontahan Audy-Marchessault (Las Vegas), Jonathan Huberdeau (Floride), David Savard (Columbus), Alex Killorn (Tamba Bay), Anthony Duclair (Arizona), David Desharnais (Rangers), Ryan Spooner (Boston), Sean Couturier (Philadelphie), Antoine Vermette (Anaheim), Anthony Beauvilier (Islanders), Thomas Chabot (Ottawa).
«La liste est longue, je pourrais vous en mentionner 60... Il y a beaucoup de demandes pour notre tournoi, on a quasiment une liste d'attente», illustre Daniel Blouin, co-fondateur et un des organisateurs de cet événement dont les profits vont à la Fondation québécoise du cancer. À ce jour, le Boot Camp lui a remis 50 000$.
Blouin, qui s'est associé au gardien Cédrick Desjardins et à Marie-Pierre Cyr dans l'aventure du Boot Camp, s'émerveille devant l'intérêt manifesté par les joueurs de hockey pour cette compétition amicale.
«Ce n'est pas juste un tournoi de golf d'une journée, il s'agit d'un tour de force d'amener autant de joueurs à Québec pour trois jours. Il s'agit d'un tournoi unique en Amérique du Nord, car c'est probablement la seule compétition de l'été où les gars peuvent jouer contre des joueurs de leur calibre.»
Et selon lui, ils ne sont pas ici pour y donner un spectacle ou participer à une «pratique Yum Yum»... «Pour eux, c'est une vraie compétition, ils veulent gagner. Je me plais à dire que Patrice Bergeron, qui a déjà remporté la médaille d'or aux Jeux olympiques et la Coupe Stanley dans la LNH n'a jamais gagné le Boot Camp», dit-il en souriant.
Bergeron n'est pas de la partie, cet été. Pas plus que Nikita Kucherov, Mikhail Grigorenko, Claude Giroux et Marc-Édouard Vlasic, d'autres joueurs ayant participé aux différentes présentations du Boot Camp au fil des ans.
Plus dur qu'on le pense
Vainqueur à trois reprises, tout comme Desharnais, Jonathan Audy-Marchessault tentera de faire aussi bien que l'an passé, où il avait été nommé joueur par excellence du tournoi.
«Sincèrement, le Boot Camp est pas mal plus dur qu'on pense. Physiquement, c'est difficile. Chaque année, le calibre augmente, c'est fort et rapide», notait le nouveau membre des Golden Knights de Las Vegas.
Auteur d'une saison de 30 buts, en Floride, en 2016-2017, l'ancien des Remparts a été choisi au repêchage d'expansion par la 31e formation de la LNH. Il s'y rend d'ailleurs, en fin de semaine, pour y dénicher la maison qui logera sa famille dans quelques semaines.
«Ça bien été, l'an passé, je suis content. Il me reste un an de contrat, je me prépare à connaître une autre bonne saison, je me concentre là-dessus.» 
Au Boot Camp, Marchessault sera le coéquipier de David Perron, lui aussi membre des Golden Knights.
Pour l'une des premières fois, le gardien Cédrick Desjardins n'enfilera pas ses jambières, à moins d'une blessure ou un désistement. «L'an passé, je l'ai commencé, mais je ne l'ai pas fini. Le niveau de jeu est élevé, les joueurs commencent à bien connaître notre événement. Ça permet aux gars de se remettre dedans, à un moins des camps d'entraînement», notait le co-fondateur de l'événement avec sa conjointe.
Il est possible d'acheter des billets quotidiens au coût de 8,70$ (plus les taxes) par jour pour assister au match au www.lebootcamp.com et chez Mitsubishi Québec/Sainte-Foy. Ils seront majorés de 5$ de plus à la porte.