L’entraîneur-chef Frédéric Parent dit que son équipe a beaucoup de profondeur, de gros bonhommes rapides, mais aussi pas mal de fougue avec la présence de trois ou quatre «Dale Hunter».

Le Blizzard à l’image de Dale Hunter

Par la force des choses, le Blizzard du Séminaire Saint-François a passé la dernière saison caché dans l’ombre des Chevaliers de Lévis. La formation dirigée par Frédéric Parent entend donc reprendre ses droits sur l’échiquier régional.

«On veut ramasser tout ce qu’on peut», lance l’entraîneur-chef qui en sera à sa deuxième campagne à la barre du SSF.

Le Blizzard ouvre sa saison locale, samedi (13h), contre Trois-Rivières à l’occasion d’une journée sportive organisée par la ville de Saint-Augustin-de-Desmaures, où l’entrée sera gratuite pour tous au Centre sportif de l’endroit. Ce sera l’occasion pour découvrir les nouveaux visages du Blizzard, qui mise sur le retour dans l’alignement de six joueurs de l’an passé. Et certains pourraient vite se faire remarquer par leur fougue.

«On est positif pour la prochaine saison, nous avons beaucoup de profondeur, de gros bonhommes rapides, mais aussi pas mal de fougue. On a trois ou quatre Dale Hunter dans notre équipe», illustre Parent en référence à l’ancien joueur des Nordiques qui était aimé par ses coéquipiers et partisans, mais détesté par ses opposants et les amateurs des clubs adverses.

«Nous avons un bon mélange à l’attaque, une défensive qui garde le jeu simple, un bon duo devant le filet avec Jean-Tommy Auger, qui est de retour, et le jeune de 15 ans Jérémy Louchard, qui a le potentiel pour devenir gardien numéro 1. On mise aussi sur la contribution de plusieurs joueurs du midget espoir, qui se connaissent bien, qui ont déjà développé un esprit de corps et qui ont gagné, l’an passé», résumait Parent, qui sera appuyé par deux nouveaux adjoints en Jean-François Savage, un ancien joueur de la LHJMQ ayant aussi évolué en Europe, et un entraîneur des gardiens issu de la structure du SSF. Alexandre Guérard, qui travaillait avec lui, l’an passé, a été promu avec les Voltigeurs de Drummondville.

Plus à l’aise

Même s’il a été un adjoint de longue date au Séminaire, l’entraîneur-chef sera aussi plus à l’aise à sa deuxième saison en poste.

«À ma première année, je connaissais bien les joueurs et la ligue, mais il y a une différence entre être adjoint et en chef. L’arrivée de nouveaux adjoints va amener de nouvelles idées, j’ai beaucoup de motivation et je suis plus confiant», disait-il.

L’an passé, le Blizzard a pris le sixième rang au classement général avant de s’incliner en série contre les Chevaliers de Lévis, l’équipe cendrillon du calendrier 2018-2019.

«Les Chevaliers ont mérité toute la couverture médiatique qu’ils ont eue. Une telle saison, ce n’était jamais arrivé. Mathieu [Turcotte] et ses joueurs ont fait tout un travail. Mais on n’a pas eu à rougir de notre saison, on a été longtemps dans le top 5. On n’est pas différent des Chevaliers, on veut que notre parcours soit le plus long possible.»

Toutes les équipes étant déjà qualifiées pour les séries avant même qu’un premier match soit disputé, l’objectif sera de remporter le tout dernier, quelque part en avril.

«Oui, tout le monde fait les séries, mais la saison est très importante parce que tu ne veux pas que ça finisse tôt. On sait que le midget AAA est peut-être la ligue la plus équilibrée qui soit et que ça joue toujours très serré dans notre division», notait celui qui préférait que ses joueurs se fassent connaître par leur rendement au lieu de nommer ceux à surveiller au départ.

En plus de SFF, les Albatros du Collège Notre-Dame (Rivière-du-Loup) seront aussi à l’œuvre, en fin de semaine, avec un programme double à Amos. Rappelons que les Chevaliers de Lévis ouvrent leur saison locale vendredi (19h30), à l’aréna de Lévis.