Malgré les deux défaites, le gérant Dominik Walsh s'est dit satisfait du travail des siens.

LBJEQ: une autre bataille de l'autoroute Laurentienne

Difficile de trouver plus grosse rivalité dans le baseball junior québécois que la bataille de l'autoroute Laurentienne entre les Diamants de Québec et les Castors de Charlesbourg. Un nouveau chapitre s'écrira alors que les deux équipes croisent le fer à compter de mercredi soir en demi-finale de la Ligue de baseball junior élite du Québec.
«Ça va être incroyable parce que c'est toujours du gros baseball quand on s'affronte. C'est plate que l'une des deux équipes doive perdre», lance le pilote des Castors CDE, Dave Dufour. 
Si les joueurs des deux formations sont pour la plupart des amis dans la vie de tous les jours, c'est tout le contraire sur le terrain. Le constat s'applique même aux gérants. Pour une semaine, Dufour et son homologue Dominik Walsh vont mettre leur camaraderie de côté. «On sait que dans le feu de l'action, on va finir par se fâcher l'un contre l'autre!»
Joueurs-clés partis
Les deux équipes sortent de longues séries demi-finales contre LaSalle et Montréal et ont dû dire adieu à des joueurs clés dans les derniers jours. Les lanceurs des Diamants Vincent Ruel et Xavier Bilodeau ont repris la route des collèges américains, tout comme Alex Clavet chez les Castors. 
Si Charlesbourg (28-21) a terminé tout juste derrière Québec (33-16) au classement de la saison régulière, Dave Dufour a quand même un championnat en tête. «Je ne t'aurais pas dit ça il y a un mois, mais l'attitude des gars a changé en séries.»
Chez les Diamants, Dominik Walsh se réjouit surtout qu'une équipe de Québec atteindra à nouveau la finale de la LBJEQ. Charlesbourg a remporté le titre québécois en 2013, Québec en 2011 et 2014. «On est un peu la Mecque du baseball québécois présentement», lance-t-il.
Le gagnant de la série entre les Diamants et les Castors ne sera d'ailleurs pas trop dépaysé en finale. Situation rare dans la ligue à 13 équipes, l'autre demi-finale met aux prises les deux autres équipes de la division Sun Life, Trois-Rivières et Saguenay. «C'est surprenant, mais il y a un dénominateur commun», explique Walsh. «Ce sont trois régions avec des structures de développement incroyables et des programmes sport-études forts.»