Les Predators ont un dossier de 7-1 et demeurent la seule équipe invaincue sur sa patinoire lors des présentes séries.

Laviolette a lancé ses Predators à l'attaque

Il y a trois ans, le dg David Poile a coupé les ponts avec le seul entraîneur-chef de l'histoire de la concession, Barry Trotz, afin d'embaucher Peter Laviolette, de manière à améliorer l'attaque des Predators de Nashville. La décision commence à porter ses fruits.
Les Predators ont un dossier de 7-1 et demeurent la seule équipe invaincue sur sa patinoire lors des présentes séries. Et s'ils l'emportent vendredi à St. Louis, ils obtiendront leur billet pour la première finale de l'Ouest de leur histoire.
Il faut rendre le crédit à Laviolette, qui a établi une philosophie offensive qui encourage tous ses joueurs à tirer au filet. Treize des joueurs des Predators - un sommet dans la ligue - ont trouvé le fond du filet adverse, et sept d'entre eux ont réussi des buts victorieux. P.K. Subban, qui a récolté six points en huit matchs éliminatoires jusqu'ici, a rendu hommage aux joueurs des Predators, qui ont acheté la philosophie de Laviolette.
«Ce n'est pas important qui obtient la première étoile à la fin du match. Peu importe qui est récompensé, l'objectif c'est de respecter notre plan de match et de nous assurer que nous tirons tous dans la même direction, et c'est ce que nous faisons jusqu'ici.» 
Laviolette a notamment exploité la vitesse de ses défenseurs, leur offrant la liberté d'attaquer le filet lorsque la situation se présentait à eux. Et ils adorent pouvoir en profiter. «Au bout du compte, lorsque tu reviens au banc, que tu réalises un beau jeu ou que tu commettes une erreur, tu sais que tu peux compter sur "Lavi" ou Phil Housley... pour te corriger», a confié Subban à propos de l'entraîneur-adjoint des Predators qui occupe le quatrième rang des marqueurs de l'histoire de la ligue chez les défenseurs.