La défaite de la Française Alizé Cornet, mardi, a moins fait jaser que l'avertissement inusité qu'elle a reçu au cours de la rencontre.

L'avertissement reçu mardi par Alizé Cornet crée du remous

NEW YORK — Alizé Cornet n’a pas manqué de tenue : l’organisation des Internationaux des États-Unis a fait amende honorable, mercredi, après l’avertissement reçu par la Française pour avoir renfilé son haut à même le court, une décision de l’arbitre qui a soulevé un vent de critiques.

«Nous regrettons qu’un avertissement ait été adressé à Alizé Cornet hier [mardi]», écrivent les organisateurs dans un communiqué. «Nous avons clarifié le règlement pour s’assurer que cela ne se reproduira pas à l’avenir. Heureusement, l’avertissement qu’elle a reçu n’a pas été suivi d’une sanction ou d’une amende.»

Les questions vestimentaires ne cessent décidément de faire débat dans le tennis : cet incident intervient quelques jours après que le président de la Fédération française (FFT), Bernard Giudicelli, a déclaré que la remarquée combinaison noire moulante ceinturée de rose revêtue par Serena Williams lors de la dernière édition du tournoi parisien ne serait plus acceptée. Des propos qui continuent de faire polémique alors que la principale intéressée a joué l’apaisement.

Cornet, 28 ans a, elle, été avertie mardi au cours de son match du premier tour, perdu contre la Suédoise Johanna Larsson (4-6, 6-3, 6-2).

De retour sur le court après une pause de dix minutes accordée en raison de l’étouffante chaleur humide régnant sur New York, la Française, se rendant compte qu’elle avait enfilé son tee-shirt à l’envers, s’est tournée face au mur de fond de court pour le retirer brièvement et le remettre à l’endroit, laissant apparaître une brassière noire. Ce qui lui a valu dans la foulée un avertissement de l’arbitre de chaise de la rencontre.

Une décision qui a déclenché une vague de critiques sur fond de sexisme, certains dénonçant deux poids deux mesures, en soulignant que les joueurs, eux, se changent fréquemment — en particulier dans de telles conditions météo — sur le court.

«Ridicule»

«Alizé Cornet revient sur le court après une pause de dix minutes. Avec son t-shirt à l’envers. Elle le remet à l’endroit en fond de court. Elle reçoit un avertissement. Pour comportement non sportif... Mais les hommes peuvent se changer sur le court», a réagit sur Twitter Judy Murray, la mère de l’ex-numéro 1 mondial Andy Murray et entraîneure de longue date.

«Si je disais vraiment ce que j’en pense, ce serait coupé, parce que c’était ridicule», a lancé de son côté l’ex-première raquette mondiale Victoria Azarenka, interrogée sur le sujet en conférence de presse, après sa qualification pour le troisième tour.

«Elle n’a rien fait de mal. Il n’y avait rien d’irrespectueux», a poursuivi la Biélorusse, qui s’est félicitée que les organisateurs se soient excusés et a «espéré que ça n’arrive plus jamais».

Très étonnée de la proportion incroyable prise par cette affaire, Cornet a dit mercredi n’y voir qu’une erreur d’arbitrage, rien de plus.

«Je pense juste que l’arbitre a été dépassé par la situation», a-t-elle ajouté, expliquant être passée outre très vite.

«Tous les joueurs [et joueuses] peuvent changer de haut quand ils sont assis sur leur chaise. Ce n’est pas considéré comme une infraction au règlement», souligne le texte des organisateurs du dernier tournoi du Grand Chelem de l’année.

«Les joueuses, si elles le souhaitent, peuvent aussi se changer dans un lieu plus discret à proximité du court, quand cela est possible», précise-t-il.

Azarenka a toutefois estimé que la question de l’égalité entre les femmes et les hommes n’était pas encore réglée sur le circuit.

«Il y toujours deux poids deux mesures entre les hommes et les femmes. On doit continuer à casser ces barrières», a-t-elle asséné. «Ce genre de choses doivent s’arrêter, ça suffit.»