Laurent Dubreuil a fini bon dernier à l’épreuve du 1000 m de la Coupe du monde de Heerenveen, aux Pays-Bas, après qu’un ressort de son patin droit se soit brisé après deux enjambées.

Laurent Dubreuil victime d’un ressort

Après deux pas, c’était fini. Laurent Dubreuil a quand même patiné les 999 mètres suivants, mais pas trop vite, pour finir dernier dimanche à la Coupe du monde de Heerenveen.

«Le ressort du mécanisme pour faire revenir la lame à chaque enjambée (clap) sur mon patin droit s’est brisé. La lame ne revenait plus automatiquement, alors ce n’était pas vraiment patinable», a expliqué le sprinteur sur glace de Saint-Étienne-de-Lauzon, joint aux Pays-Bas après sa déception.

Avant-dernier la veille sur 500 m, sa spécialité, Dubreuil a cette fois dû se conter du dernier rang sur les 20 concurrents du groupe d’élite A au 1000 m. Complétant ses deux tours et demi de l’anneau du stade Thialf en 1 min 42,872 s, il finissait à 29 secondes du 19e, aussi bien dire des années-lumière, et à 35 secondes du gagnant, Kjeld Nuis (1:07,803).

Le Néerlandais a devancé les Russes Pavel Kulizhnikov (1:07,930) et Denis Yuskov (1:07,953), tandis que le Sherbrookois Antoine Gélinas-Beaulieu (1:09,730), seul autre Canadien en lice, terminait en 16e place.

«J’aurais pu continuer et essayer de faire 1:11, mais quand tout le monde est à 1:09 ou mieux, j’aurais fini dernier pareil», explique Dubreuil. «Le pire, c’est que même si le ressort s’est brisé après seulement deux pas, j’ai quand même réussi le quatrième temps d’ouverture après 200 m [16,44 s]. Je ne dis pas que j’aurais fini quatrième, j’aurais peut-être cassé après, mais j’avais vraiment une bonne course.»

Quant au fameux ressort coupable de cette déconfiture, Dubreuil affirme l’avoir vérifié à peine trois jours avant, comme chaque semaine. «Tout était beau il y a trois jours et c’est censé durer des mois. Ça ne devrait pas lâcher comme ça», constate-t-il, ne s’expliquant pas davantage la raison du bris.

Bilan désastreux

Il tire donc un bilan désastreux de cette quatrième et dernière étape de Coupe du monde de l’automne. «Samedi, j’ai juste fait une mauvaise course, mais dimanche, il n’y avait rien à faire. C’est plate, parce que je me sentais super bien en fin de semaine et ça tourne en l’une de mes pires fins de semaine des dernières années sur le plan des résultats», regrette le patineur de 26 ans.

Dubreuil rentre maintenant à la maison pour deux semaines. Où il se concentrera sur l’entraînement physique en vue de la deuxième portion du calendrier. Qui s’amorce la première fin de semaine de janvier à Calgary avec les sélections canadiennes en vue de la cinquième Coupe du monde et des Championnats du monde. Dubreuil y a déjà sa place sur 500 m, mais pas encore sur 1000 m.

«J’ai enchaîné beaucoup de courses dans le dernier mois et demi et j’ai perdu en explosivité et en forme générale. Ce sera le dernier véritable bloc d’entraînement de la saison et ça se passera surtout en salle pour moi. Si on avait un anneau à Québec [qui est en construction], on patinerait plus, mais je ne passerai pas plus que cinq ou six jours sur la glace dans le prochain mois», indique Dubreuil.