Le Lévisien Laurent Dubreuil a fini à 34,734 secondes, tout juste derrière les Japonais Tatsuya Shinhama et Yuma Mara Murakami pour ce premier podium individuel depuis novembre 2017.

Laurent Dubreuil retrouve enfin le podium

Laurent Dubreuil a mis fin à une disette de plus d’une saison, dimanche en Pologne, en grimpant sur la troisième marche du podium à l’épreuve de 500 m de la Coupe du monde de patinage de vitesse longue piste de Tomaszow Mazowiecki.

Il avait affiché ses couleurs, la semaine dernière à Minsk, où il avait retrouvé sa place dans le groupe A grâce à une victoire dans le groupe B.

Cette fois, le patineur de Lévis a ramené un chrono de 34,734 secondes, terminant tout juste derrière les Japonais Tatsuya Shinhama et Yuma Mara Murakami pour mériter ce premier podium individuel depuis novembre 2017.

«Comme début de saison, je ne peux pas vraiment mieux, je trouve ça vraiment «cool». J’ai fait la job la semaine dernière à Minsk pour reprendre ma place, et là, je gagne une médaille à ma première course dans le groupe A», notait l’athlète de 27 ans, rejoint au nouvel anneau polonais, dimanche avant-midi.

Dos fragile

Dubreuil espérait bien faire pour son baptême de la saison avec les plus rapides patineurs du peloton, mais ses espoirs reposaient sur un dos fragile qui l’a ennuyé toute la semaine, au point où il ne s’est pas entraîné pendant plus jours entre les deux étapes du circuit.

«Je me suis blessé au dos, dimanche dernier, et je n’ai pas pu m’entraîner pendant quelques jours. J’ai pu faire le sprint par équipe, vendredi, mais j’avais mal. Samedi, ça allait mieux, et aujourd’hui [dimanche], j’étais rétabli à 90 %. L’adrénaline m’a fait oublier le reste. Je dois une fière chandelle au thérapeute de l’équipe canadienne qui m’a remis en bon état», expliquait-il.

Dubreuil pense donc qu’il peut faire encore mieux dans les prochaines semaines. Dans deux semaines, il entreprendra le deuxième droit de cette portion automnale de la Coupe du monde, avec des arrêts au Kazakhstan et à Nagano, au Japon.

«Je n’ai pas eu une préparation optimale, cette semaine, j’ai pris ma vitesse dans le premier droit complet. J’ai beaucoup travaillé sur mon explosivité au départ, cet été, et je sens qu’il y a encore de la place pour m’améliorer, juste d’être en bonne santé, en décembre, ça va m’aider», disait celui qui occupe le sixième rang du classement général au 500 m.

Lacune corrigée

Le sprinteur de 27 ans, qui en est à sa neuvième saison en Coupe du monde, a donc déjà corrigé une lacune de la dernière saison : grimper sur le podium.

«L’an passé, je n’ai pas fait de podium, j’ai fini huit fois dans le top-10. Ce n’était pas une saison atroce, mais elle n’était pas à mon goût. Ça fait toute la différence au monde quand tu te couches, le soir, après avoir fini dans les trois premiers…», ajoutait le nouveau papa.

Dubreuil faisait encore partie de l’équipe de la poursuite (avec Alexc- Boisvert-Lacroix, Antoine Gélinas-Beaulieu et David La Rue), qui a remporté une autre médaille de bronze, vendredi. Boisvert-Lacroix a gagné la finale du 500 m du groupe B, dimanche, ce qui lui permettra de patiner dans le groupe A à la prochaine Coupe du monde. Le Canada a aussi obtenu une médaille d’argent grâce à Ivanie Blondin en départ groupé.