L'ajout du rapide receveur de passes Albert Wilson procure de plus à l'entraîneur-chef des Dolphins Adam Gase.

L'attaque des Dolphins, du «NASCAR sur gazon»

DAVIE, Flo. — Ryan Tannehill l’avoue : lorsqu’il appelle un jeu truqué dans le caucus, ses coéquipiers à l’attaque sont excités. Décidément, cette excitation rapporte gros, les Dolphins de Miami étant pour l’instant invaincus, avec trois victoires en trois matchs.

«Je pense que lorsqu’un certain type de jeux plaît aux joueurs, on doit aller de l’avant», estime l’entraîneur-chef Adam Gase, qui est responsable du choix de jeux en attaque. 

On peut donc penser que les Dolphins emporteront quelques jeux «exotiques» dans leurs bagages, eux qui tenteront dimanche de mettre fin à une séquence de neuf défaites consécutives à Foxborough, domicile des Patriots de la Nouvelle-Angleterre (1-2).

Dimanche dernier, dans un gain de 28-20 contre les Raiders d’Oakland, les Dolphins ont demandé à un receveur de lancer une passe à un autre receveur (une passe de touché de 52 verges d’Albert Wilson à Jakeem Grant), puis ont frappé dans le mille avec deux longs gains sur des jeux renversés.

Cette victoire a ainsi permis aux Dolphins d’afficher un dossier de 3-0 pour seulement la troisième fois depuis la retraite de Dan Marino, en 1999. Autre surprise : Miami détient deux matchs d’avance sur les trois autres équipes de leurs sections, incluant les Patriots, toujours grands favoris dans l’Est de la Conférence américaine.

D’autres surprises

À l’aube de ce duel contre la troupe de Bill Belichick, Gase a-t-il encore quelques surprises dans sa manche? «Il m’en reste plusieurs», lance sans hésiter l’entraîneur-chef de 40 ans. 

Plaisant d’entendre ça, n’est-ce pas? «Ces jeux-là sont toujours excitants... quand tu gagnes», ajoute Gase, qui a choisi le bon moment pour appeler ces jeux truqués, alors que son club devait surmonter un déficit de 17-7 face aux Raiders.

«J’arrive avec ces jeux dans le caucus et tout le monde est content, surtout les joueurs de ligne», dit Tannehill, qui a lancé sept touchés contre deux interceptions depuis le début de la saison.

Et il n’y a pas que les joueurs de l’unité offensive qui apprécient le spectacle. «C’est vraiment amusant de voir les gars courir de tous les côtés, et d’en voir un filer sur une longue distance vers la zone des buts», a avoué l’ailier défensif Cameron Wake.

C’est justement ce qu’a fait Wilson, qui a transformé une courte passe de Tannehill sur un jeu renversé en spectaculaire touché de 74 verges. Comment ont réagi les joueurs adverses sur ce jeu? «Aucune idée, ils se sont tous retrouvés derrière moi en un rien de temps», répond Wilson, qui a battu les gars en noir et argent à la vitesse de l’éclair avant de filer vers la zone des buts, escorté par Grant.

Courir pour intimider

Wilson (5’9’’) et Grant (5’7’’) forment probablement le duo le plus rapide de l’histoire des Dolphins. Sans oublier Kenny Stills, qui, s’il n’a capté que neuf passes cette année, en a converti trois pour des touchés, affichant au passage une moyenne de 20,4 verges par attrapé.

«C’est simple, coach [Gase] nous dit de courir, nous expliquant que les défensives sont intimidées par la vitesse», explique Grant, qui a qualifié l’attaque de son équipe de «NASCAR sur gazon». Pourtant, tout n’est pas si simple. Les jeux truqués demandent en effet une coordination parfaite. D’ailleurs, les Dolphins pratiquaient depuis plusieurs semaines les petits trucs de passe-passe qui leur ont permis de mystifier les Raiders. 

Il suffit maintenant de savoir si Miami pourra poursuivre dans cette voie, le calendrier ayant été favorable jusqu’à maintenant. Le match de dimanche à Foxborough sera donc un bon baromètre pour les hommes de Gase. 

«On a plusieurs bonnes armes», croit Wilson, qui dispute sa première saison à Miami après avoir joué ses quatre premières campagnes à Kansas City. «Moi, je suis prêt pour tout ce qu’il [Gase] va nous demander de faire, que ce soit des courses ou des passes. Oui, je suis prêt à m’impliquer dans tous les jeux.»

Reste à voir si la défensive des Patriots, elle, sera prête.