Plusieurs pilotes de Formule 1 ont déjà exprimé leur réticence à l’arrivée de nouvelles courses, et il y a fort à parier que l'éventuel ajout d'un Grand Prix en Arabie saoudite risquent d’entraîner de nouvelles réactions.

L’Arabie saoudite souhaiterait organiser un Grand Prix dès la saison 2023

QIDDIYA, Arabie saoudite — L’Arabie saoudite aimerait présenter un Grand Prix de Formule 1 dès la saison 2023, a indiqué le quotidien français L’Équipe sur son site internet samedi.

Les promoteurs de l’événement ont signifié leurs intentions lors de l’arrivée du rallye de Dakar, vendredi à Qiddiya. Ils ont mentionné que le circuit serait situé en banlieue de Riyad, la capitale du pays, au coeur d’un immense complexe de divertissements, avec notamment un parc d’attractions.

Ainsi, leur projet s’apparenterait à celui du circuit Yas Marina, à Abou Dhabi.

«Notre projet à Qiddiya est en bonne voie pour une première phase d’offres, et il sera prêt au début de 2023, a expliqué Mike Reininger, le président et directeur général de la société Qiddiya Investment Company dans des propos rapportés par L’Équipe. Nous construisons les infrastructures pour pouvoir accueillir les plus grands et les meilleurs événements de sports mécaniques, dans toutes les catégories.»

Cette nouvelle survient alors que la prochaine saison de F1 totalisera 22 courses, un record, à la suite de l’ajout des Grands Prix de Formule 1 du Vietnam et des Pays-Bas. Plusieurs pilotes ont déjà exprimé leur réticence à l’arrivée de nouvelles courses, et il y a fort à parier que ces informations risquent d’entraîner de nouvelles réactions.

Déjà, le pilote québécois Lance Stroll avait déclaré à La Presse canadienne l’automne dernier qu’»honnêtement, je considère que 22 courses, comme ce sera le cas la saison prochaine, c’est amplement suffisant. [...] Je crois que ce serait très intense de devoir disputer — peut-être un jour — 25 courses; il va peut-être falloir faire passer les week-ends de course de quatre à deux jours seulement. On verra.»

+