Arielle Roy-Petitclerc et Mathieu Betts ont été couronnés athlètes par excellence de la dernière année chez le Rouge et Or.

L'année de Betts et Roy-Petitclerc

Arielle Roy-Petitclerc et Mathieu Betts ont été couronnés Rouge et Or par excellence de la dernière année, mercredi, lorsque les athlètes de l'Université Laval ont troqué leur uniforme habituel pour une tenue de soirée.
Tout ce beau monde avait de bonnes raisons de fêter, lors du 66e Gala Rouge et Or, au PEPS. Le club sportif a remporté cinq bannières nationales en 2016-2017. «La meilleure année en 66 ans!» a scandé l'animateur de la soirée, Marc Durand, rappelant les succès en football, soccer féminin, badminton, cross-country masculin et ski de fond masculin.
À la source de ce succès collectif, une foule de réussites individuelles. Dont celle de Roy-Petitclerc. Joueuse par excellence du soccer universitaire canadien, la milieu de terrain a conduit son équipe à un deuxième championnat national en trois ans. Auteure de 18 points, dont 10 buts en saison régulière, elle a été nommée joueuse du match sept fois.
La capitaine a vanté ses coéquipières, soulignant le dévouement de celles tenant un rôle plus obscur. «On me voit beaucoup en gros plan présentement, mais toutes les filles qui ont participé, même celles qui ne mettent pas le pied sur le terrain, méritent autant un trophée comme ça», a réagi Roy-Petitclerc, deuxième joueuse de soccer récipiendaire de cet honneur après Francine Brousseau, en 2008.
Son retour l'an prochain n'est pas encore assuré. Elle achève un certificat et reluque un poste dans une équipe professionnelle. «Je suis encore entre les deux. Je ne peux pas dire oui, je ne peux pas dire non», a lancé Roy-Petitclerc, qui accompagnera trois de ses coéquipières à Calgary cet été pour jouer dans la United Women Soccer (semi-pro).
Quant à Betts, il devient aussi le deuxième joueur de football auréolé du titre d'athlète par excellence chez le Rouge et Or. Étienne Légaré avait triomphé en 2009.
La saison dernière, le rapide joueur de ligne a réussi neuf sacs du quart en huit matchs, bon pour le deuxième rang au Canada et une place sur l'équipe d'étoiles au pays. La NFL s'intéresse déjà à lui, dit on. «C'est un grand honneur. Beaucoup de personnes auraient pu être méritantes dans différents sports», a indiqué celui qui a bu dans la coupe Vanier, en novembre.
Le Rouge et Or honorait deux athlètes de l'année pour la première fois depuis 1997. Roy-Petitclerc et Betts succèdent à la nageuse Geneviève Cantin.
Plus tôt en soirée, ils avaient aussi été choisis étudiants-athlètes par excellence en sport collectif. Roy-Petitclerc a été préférée à Jane Gagné (basketball) et Fabiola Forteza (rugby); Betts à Vicente Parraguirre (volleyball) et à son coéquipier Jean-Simon Roy.
Cross-country à l'honneur
Du côté des sports individuels, les coureurs de cross-country étaient à l'honneur. Antoine Thibeault et Aurélie Dubé-Lavoie ont vu leur belle saison récompensée. Ils étaient toutefois absents : Thibeault à Victoria pour un camp d'entraînement, Dubé-Lavoie en Californie pour des compétitions de la NCAA.
Membre de la troupe qui a conquis le premier championnat canadien de son histoire, Thibeault a aussi défendu cette saison son titre national au 3000 mètres, en plus de remporter l'argent au 1500 mètres. Gagnant pour une deuxième année de suite, il a été préféré à Pascal-Hugo Caron-Cantin (natation) et à Adam Lamhamedi (ski).
Dubé-Lavoie est devenue la troisième femme du club d'athlétisme à gagner ce titre après l'olympienne Mélanie Blouin (2013) et Geneviève Thibault (2009 et 2010). Elle a remporté trois médailles d'or et une d'argent lors des Championnats provinciaux, avant de récolter le bronze lors du 1500 mètres canadien. Anne-Julie Beaulieu (badminton) et Élizabeth Asselin (golf) étaient les autres nominées.
Choix déchirant
Choix déchirant que celui d'équipe de l'année, où trois champions canadiens s'affrontaient. La formation féminine de soccer a été préférée à l'équipe masculine de cross-country et au club de football. «Gagner à travers toutes ces équipes-là, ça donne une valeur encore plus grande au prix», a dit l'entraîneur-chef Helder Duarte, parlant des nommées, mais aussi des formations méritoires absentes de la liste. Pour lui, ce prix a une saveur particulière, car il a été décerné par les entraîneurs du Rouge et Or. «Ils connaissent ça, ils savent ce que ça prend, ils savent ce qu'on vit», a-t-il souligné, sans cacher avoir voté pour son club. Sa troupe avait déjà remporté cet honneur au terme de sa saison 2014-2015, aussi couronnée d'un titre canadien. Elle vient par ailleurs de gagner son cinquième championnat provincial intérieur consécutif.
Adam Auclair recrue de l'année
Adam Auclair n'allait pas laisser son frère aîné s'accaparer de toute l'attention! Le demi défensif a été choisi recrue de l'année chez le Rouge et Or. Le frangin d'Antony - probable choix lors du prochain repêchage de la NFL -, s'est démarqué à sa première saison avec 35,5 plaqués, un sommet dans l'équipe championne de la dernière Coupe Vanier. «Je suis vraiment content. Je ne m'attendais pas à un aussi gros prix à ma première année. Je ne savais pas quelles étaient mes chances de voir du terrain. [...] Ça me donne le goût de continuer à travailler. Parce que quand tu vois tes efforts récompensés, t'en veux encore plus», a déclaré Auclair. Il succède à deux de ses coéquipiers dans l'équipe de football, Hugo Richard (2015) et Mathieu Betts (2016). Auclair a été préféré à Aurélie Dubé-Lavoie (athlétisme), Béatrice Guay (badminton), Justine Pelletier (rugby) et Pierre Rabassa (golf).
Encore Gabrielle Lapointe!
Gabrielle Lapointe a remporté le prix Jean-Marie de Koninck du mérite académique pour la deuxième fois de suite. L'étudiante au doctorat en médecine a conservé une moyenne de 4,04 sur 4,33 pour faire partie du top 8 académique de U Sports. Membre de l'équipe féminine de soccer, elle a marqué le but de la victoire à son dernier match avec le Rouge et Or lors de la finale du Championnat provincial intérieur, fin mars. «Je ne m'attendais vraiment pas à gagner cette année. Les résultats des autres candidates... J'ai les pires résultats académiques là-dedans! Les filles nominées avec moi étaient incroyables», a affirmé Lapointe, qui avait parié contre elle avec son amie Raphaëlle Côté (basketball), aussi en nomination, tout comme Geneviève Gagné (athlétisme) et Christel Pichard-Jolicoeur (ski de fond).