Image captée par LiveBarn lors de la finale qui s’est conclue par un gain des Lynx de Beauceville de 3-1 face au Graal du Collège Clarétain.
Image captée par LiveBarn lors de la finale qui s’est conclue par un gain des Lynx de Beauceville de 3-1 face au Graal du Collège Clarétain.

L’ancien de la LNH Philippe Audet privé de pee-wee après avoir lancé une bière à un arbitre [VIDÉO]

L’ex-joueur de la LNH Philippe Audet est suspendu et ne pourra pas être derrière le banc des Lynx de l’école Jésus-Marie pendant le Tournoi de hockey pee-wee de Québec. L’homme de 42 ans devra manquer au moins quatre parties pour avoir lancé une bière en direction d’un arbitre.

L’équipe de l’école Jésus-Marie, à Beauceville, doit disputer son premier match ce vendredi 14 février au Centre Vidéotron, dans la catégorie scolaire. Les jeunes âgés entre 11 et 12 ans devront toutefois assumer l’absence de leur entraîneur-chef.

Selon des avis de sanction de Hockey Québec dont Le Soleil a obtenu copie, l’ancien ancien joueur des Red Wings de Detroit et entraîneur en chef de l’équipe pee-wee qui évolue au sein de la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS) écope d’une suspension de quatre matchs, alors qu’il a contrevenu à la réglementation en vigueur appliquée par Hockey Québec. 

Hockey Québec est la fédération qui chapeaute les organisations afin d’«offrir un environnement positif, sécuritaire et accessible […] pour toutes les joueuses et les joueurs de hockey au Québec».

Lancer sa bière

Les événements reprochés sont survenus lors d’un tournoi de la LHPS qui se déroulait à domicile entre le 6 et le 9 février. Après un bon début de tournoi à la Classique scolaire de Beauce 2020, les Lynx masculin U-13 ont pu atteindre la demi-finale, le dimanche. Les pee-wee croisaient alors le fer alors le Zénith de Saint-Marc-des-Carrières et l’ont emporté par la marque de 7-2. 

Or, à la toute fin de la partie, les joueurs auraient quitté le banc avant le signal de l’arbitre. 

«Ça s’est mis à dégénérer à la fin du match. Il y a un règlement qui prévoit qu’aucun joueur n’est autorisé à sortir du banc, tant et aussi longtemps que l’arbitre ne donne pas le signal», précise Sébastien Aubry, responsable des communications chez Hockey Québec Chaudière-Appalaches. 

«Selon ce que j’en sais, des joueurs des Lynx sont sortis du banc sans attendre l’autorisation de l’arbitre. Dès que cette règle-là n’est pas respectée, il y a automatiquement une punition d’extrême inconduite à l’entraîneur et ça implique une suspension», ajoute-t-il. 

Philippe Audet, qui est employé de l’école Jésus-Marie de Beauceville, aurait alors écopé de deux matchs de suspension, une sanction automatique, pour avoir contrevenu à ce règlement. 

Puis, lors de la finale du tournoi en après-midi, l’entraîneur se serait emporté, devant une punition de jeu attribuée à l’un des joueurs de son équipe. Spectateur depuis les estrades, Philippe Audet aurait alors voulu protester contre la décision de l’officiel. 

«Dans l’après-midi, lors du match de la finale, il aurait continué. En fin de première période, la vidéo le montre, on l’entend crier et on voit la cannette de bière partir», fait remarquer M. Aubry. 

L’avis de sanction transmis au Soleil montre donc l’octroi d’une punition de match à l’entraîneur, soit la «gravité la plus importante», qui lui aura alors valu trois parties supplémentaires de suspension, pour avoir «menacé de frapper ou tenté de frapper un officiel». Un comité de discipline se penchera sur le cas de Philippe Audet, l’ancien joueur des Red Wings de Detroit, afin de déterminer la sanction applicable. 

«On lui aurait aussi demandé de quitter les lieux, question de sécurité pour lui et les jeunes. L’arbitre a appliqué les règlements exactement comme il le fallait», mentionne le relationniste chez Hockey Québec.


« Pour moi un entraîneur qui lance une bière à un arbitre ce ne serait pas suspendu quelques matchs, ce serait suspendu à vie. »
Patrick Dom, directeur général du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec

Vers une peine plus sévère?

À la LHPS, Louis Simard, directeur général et président du conseil d’administration, confirme que la ligue se garde tout de même un droit de réserve pour la révision de la décision, qui pourrait devenir plus importante que celle déposée par Hockey Québec. «Notre mentalité, c’est l’éducation. Quelques matchs de suspension, ce n’est pas représentatif du geste qui a été posé», a-t-il réagi. 

L’entraîneur pourra alors écoper d’une «pénalité plus sévère, comme peut-être une plus longue suspension ou une amende à payer à l’école», a précisé M. Simard. 

Du côté du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, Patrick Dom, directeur général, confirme que l’événement ne fait pas exception et que «ce sont les règles de Hockey Québec qui s’appliquent lors du tournoi». 

«Pour moi un entraîneur qui lance une bière à un arbitre ce ne serait pas suspendu quelques matchs, ce serait suspendu à vie», a tranché M. Dom.

Les équipes qui évoluent dans la catégorie scolaire du tournoi ont une possibilité de jouer quatre parties. 

En milieu de semaine, Hockey Québec n’était pas en mesure de s’avancer sur l’éventuelle décision de sanction du comité indépendant de discipline régional à l’endroit de Philippe Audet. La date d’audience n’avait pas non plus été déterminée.

Philippe Audet n’a pas donné suite aux demandes d’entrevue du Soleil, malgré les nombreux appels et les messages envoyés au cours des deux derniers jours.

Philippe Audet ne pourra être derrière le banc des Lynx de l’école Jésus-Marie lors du Tournoi pee-wee parce qu’il a écopé d’une suspension de quatre matchs pour un geste grave envers un officiel.