Pour les amateurs réunis aux Grandes Estrades de Saint-Tite, le scénario était idéal... quoiqu’un peu frisquet.

Lafrenière dompte Saint-Tite

SAINT-TITE — Attraction principale de la Classique hivernale 2019 de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Alexis Lafrenière s’est assuré de laisser une empreinte indélébile à Saint-Tite, vendredi soir, alors qu’il a guidé l’Océanic de Rimouski à une victoire de 4-0 face aux Cataractes de Shawinigan, devant 4508 courageux spectateurs.

Même si le meilleur joueur du circuit Courteau a refroidi les ardeurs des fidèles partisans de la plus vieille concession de la ligue, il n’en demeure pas moins que la soirée s’est avérée un franc succès au point de vue organisationnel.

Après avoir fait rager l’ensemble du comité organisateur pendant la majeure partie de la journée, en envoyant un cocktail d’à peu près tout ce qui peut tomber du ciel, Dame nature a heureusement décidé de collaborer au moment opportun pour offrir une merveilleuse soirée de hockey en plein air.

Pour les amateurs réunis aux Grandes Estrades de Saint-Tite, le scénario était idéal... quoiqu’un peu frisquet. Un mercure autour de -20°C, l’occasion de voir leurs favoris à l’œuvre dans une enceinte conçue parfaitement pour ce genre d’événement extérieur et, surtout, la chance d’observer une future vedette de la Ligue nationale de hockey.

«On est très content. Les gens sont venus pour l’événement. Tout le monde qui a participé a été enchanté par les installations. Encore une fois, on a vu à quel point on a de bons partisans. On n’a pas d’autre choix que de leur dire merci. C’est fort louable de les voir embarquer comme ça dans l’aventure, encore une fois», a commenté le président des Cataractes, Roger Lavergne.

Après le succès de 2015, étalé sur un week-end, les Cataractes ont décidé d’étirer les festivités sur une dizaine de jours, question de permettre à davantage de personnes de profiter des installations. Même si cette option a demandé une charge de travail supplémentaire importante, l’effort en valait la chandelle. «On a eu des bénévoles en or, dont certains ont même travaillé 300 heures. Ça valait totalement la peine de se renouveler et offrir un grand festival de hockey de 10 jours», a-t-il poursuivi.

Courteau ravi

Pour cette troisième Classique hivernale du circuit junior majeur québécois, le commissaire Gilles Courteau multipliait pour sa part les éloges envers les hôtes. «C’est une très belle opportunité que l’organisation des Cataractes donne aux joueurs de prendre part à un événement comme celui-là. C’est également un beau merci à la population et aux partenaires. Dans le cadre du 50e anniversaire, tu ne peux pas demander mieux que ça», a-t-il souligné.

Alexis Lafrenière a animé l’attaque de l’Océanic avec deux buts.

D’ailleurs, aux yeux du commissaire, difficile d’exiger de meilleures conditions que vendredi, même si le froid pouvait se faire insistant par moments. «Il fait froid, mais c’est une belle température. C’est comme ça qu’on jouait au hockey dans le temps et c’est comme ça qu’il faut qu’ils le vivent», a mentionné le commissaire, ajoutant que les villes de Sherbrooke, Québec et Moncton avaient démontré de l’intérêt pour présenter un tel rendez-vous.

Le spectacle Lafrenière

Sur la patinoire, le surdoué du circuit Courteau n’a pas tardé à prendre les commandes de cette Classique hivernale. Après avoir ouvert le pointage en première période, la vedette de l’Océanic a poursuivi son travail de démolition en participant aux filets de ses partenaires de jeux Olivier Garneau et Jimmy Huntington. En troisième, le prolifique attaquant a bouclé sa soirée avec une belle pièce individuelle pour fermer les livres avec son quatrième point du match.

En noircissant la feuille de pointage pour une 11e partie de suite, Lafrenière s’est même permis de s’approcher à un point de Peter Abbandonato, en tête des marqueurs de la LHJMQ, avec maintenant 87 points en 47 matchs.

«Notre ligne, on a bien joué. C’était un peu plus difficile lors des premières présences, mais après ça s’est bien passé», a souligné le héros de la rencontre, qui a adoré son expérience en plein air au pays des cowboys.

«C’est différent comme match. La qualité de la glace était bonne et l’ajustement s’est bien passé. C’était spécial comme expérience.»

Le populaire numéro 11 n’est pas le seul à avoir brillé. Le gardien Colten Ellis a dû se surpasser à quelques occasions en deuxième période alors que les Cataractes se faisaient insistants aux abords de son filet.

Chez les Cataractes, on se tournait justement vers le manque d’opportunisme pour expliquer le résultat. «On aurait aimé donner une victoire aux partisans qui étaient nombreux malgré le froid et le vent. On a quand même bien joué et bien travaillé. Leur gardien a fait de gros arrêts. Si on joue le même match samedi, on va avoir un meilleur résultat», a expliqué la recrue Mavrik Bourque, émerveillé par son expérience. «Les partisans étaient vraiment bruyants au début du match. C’était impressionnant!»

L’entraîneur Daniel Renaud pointait dans la même direction que son franc-tireur, vantant l’effort de ses équipiers. «On a demandé aux gars de jouer une game simple et on a respecté ça. Malheureusement, on n’a pas réussi à mettre la rondelle dans le filet», a-t-il raconté, un brin congelé devant les journalistes. «C’était très, très froid! Mais ça demeure magique et c’est surtout une belle soirée que les gars vont souvenir pour toujours.»

À LIRE AUSSI: