Alexis Lafrenière est perçu par bon nombre d'observateurs comme le premier choix du repêchage de juin prochain au Centre Bell.

Lafrenière au camp d’Équipe Canada

Le Canada se tournera vers Alexis Lafrenière pour lui procurer du tonus offensif lors du prochain Championnat mondial de hockey junior. Et avec le statut incertain entourant d'autres vétérans de l'édition de l'année dernière, le leadership s'ajoutera à la liste de ses tâches.

Lafrenière, perçu par bon nombre d'observateurs comme le premier choix du repêchage de juin prochain au Centre Bell, est l'un des 31 joueurs invités au camp de sélection de l'équipe canadienne. Du nombre, six autres proviennent de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Lafrenière, un joueur de centre de 18 ans, retrouvera les défenseurs Jared McIsaac, des Mooseheads de Halifax, et Ty Smith des Chiefs de Spokane à titre de porte-couleurs de l'équipe qui a terminé au sixième rang du tournoi disputé à Victoria et Vancouver en janvier dernier.

McIsaac, toutefois, n'a participé qu'à un match cette saison après avoir subi une opération à une épaule. De plus, trois joueurs de 19 ans de l'édition de 2019, les centres Joseph Veleno et Barrett Hayton de même que le défenseur Noah Dobson, évoluent chez les professionnels et pourraient ne pas être disponibles pour participer au tournoi.

De ce groupe, Veleno, qui appartient aux Red Wings de Detroit et qui joue dans la Ligue américaine, est le plus susceptible d'être prêté à Équipe Canada. Hayton a participé à 14 matchs avec les Coyotes de l'Arizona cette saison tandis que Dobson a revêtu l'uniforme des Islanders de New York en sept occasions.

Il était plausible de penser que Kirby Dach, 18 ans, allait être disponible. Toutefois, Dach, le troisième choix de l'encan de 2019, compte cinq buts et dix points en 20 parties avec les Blackhawks de Chicago.

Les autres représentants de la LHJMQ invités au camp de sélection sont les attaquants Benoît-Olivier Groulx et Raphaël Lavoie, eux aussi des Mooseheads, Dawson Mercer, des Voltigeurs de Drummondville, Jakob Pelletier, des Wildcats de Moncton, ainsi que le gardien Olivier Rodrigue, des Wildcats.

Le camp de sélection, qui se tiendra à Oakville, en Ontario, du 9 au 12 décembre, réunira quatre gardiens, 10 défenseurs et 17 attaquants. Le championnat du monde de hockey sera présenté à Ostrava et Trinec, en République tchèque, du 26 décembre au 5 janvier.

Une expérience profitable

Selon Brad McEwen, le recruteur en chef de Hockey Canada, l'expérience qu'a vécue Lafrenière l'an dernier, alors qu'il avait inscrit un but en cinq matchs à titre de cadet de la formation canadienne, devrait s'avérer utile autant au joueur qu'à l'équipe.

«Jusqu'à ce que vous le viviez, c'est parfois difficile de décrire ou d'expliquer ce que ça représente», a noté McEwen, lors d'une conférence téléphonique.

«Son vécu l'an dernier et le rôle qu'il a joué ne le rendront que plus fort dans le futur. Il sera un élément très bon et très positif pour notre équipe», a ajouté McEwen au sujet de Lafrenière, qui domine la Ligue canadienne de hockey avec 59 points, dont 17 buts, en 28 parties avec l'Océanic de Rimouski.

Mark Hunter, qui fait partie du groupe de décideurs d'Équipe Canada en vue du tournoi de 2020, dit aimer le groupe de joueurs qui ont participé à l'édition de l'an dernier.

«Bonne ou mauvaise, ils ont vécu l'expérience liée à la pression lors de certaines situations. Ça ne peut qu'aider le groupe à montrer (aux nouveaux joueurs) comment jouer sous pression et comment pousser dans la même direction, en tant que groupe.»