Après 37 ans à la tête de l’Académie de tennis qui porte leurs noms, Jacques Bordeleau et Jacques Hérisset ont décidé de transmettre le flambeau à Sam Aliassime.

L’Académie Hérisset-Bordeleau change de mains

La transition est complète : Jacques Hérisset et Jacques Bordeleau cèdent les rênes de l’Académie de tennis qu’ils dirigent depuis 37 ans. Sam Aliassime, actionnaire de l’entreprise depuis deux ans, deviendra le seul propriétaire de l’école sportive du Club Avantage à compter du 1er juin.

«Ça faisait un bout de temps qu’il cognait à la porte. Il voulait diriger à sa façon, amener du nouveau monde», affirme Hérisset, questionné par Le Soleil jeudi.

L’idée se tramait depuis quelques mois dans les coulisses. Et elle n’est pas une grande surprise, étant donné l’âge des deux grands manitous du tennis à Québec. «Jack» Hérisset aura 75 ans en août; Bordeleau est au début de la soixantaine.

«Avec la venue d’un personnel jeune qui a vraiment le vent dans les voiles, dont Sam fait partie, on se dit qu’il ne faut pas mettre un frein à ça. J’ai toujours admiré les jeunes. Il était temps. De toute façon, on avait déjà délégué beaucoup dans les dernières années», explique Hérisset.

Les deux hommes ne s’offriront pas une retraite dorée pour autant. Pour les deux prochaines années, ils resteront à l’emploi de l’Académie Hérisset--Bordeleau — le nom ne changera pas — à titre de conseillers. «Ce sera peut-être, pour moi, un retrait graduel plus facile, où je vais mettre moins mon nez dans les papiers et plus sur le terrain, avec les jeunes joueurs et les coachs», prévoit Hérisset, qui demeure par ailleurs directeur de la Coupe Banque Nationale, au moins pour l’édition 2018 de la compétition.

De grands souliers

Déjà spécialiste du volet compétitif de l’Académie, Aliassime est connu comme étant le père de la vedette montante du tennis québécois, Félix Auger-Aliassime, qu’il a lui-même coaché jusqu’à l’adolescence. «J’ai toujours souhaité diriger une académie comme celle que les deux Jacques me lèguent. Ce sera de grands souliers à chausser, mais j’ai le personnel en place pour continuer à faire évoluer et grandir l’Académie», a commenté le discret Aliassime dans un communiqué.

Dans le même document, Bordeleau souligne retenir de cette longue aventure la création des programmes tennis-études au primaire et au secondaire, ainsi que la naissance plus récente de trois équipes au collégiale et de celle de l’Université Laval, membre officielle du Rouge et Or depuis trois semaines.