Nico Hischier a inscrit son premier but dans la Ligue nationale, lundi, dans une victoire de 3-1 contre les Capitals de Washington.

La vie de Nico Hischier a changé... un peu

Nico Hischier affirme que sa vie n'a pas tant changé depuis que les Devils du New Jersey en ont fait le tout premier choix de la séance de sélection de la LNH, en juin à Chicago. Mais avant de marquer un premier but, le jeune homme a eu le temps - involontairement - de lancer un slogan et de croiser une légende de sa terre natale.
«Ma vie a changé un peu, c'est sûr», a reconnu Hischier, qui a rencontré une poignée de journalistes montréalais environ deux heures avant le match de jeudi au Centre Bell. «Les choses sont plus claires maintenant», ajoute-t-il en faisant allusion à l'équipe qui l'a choisi. «Tout ce que je souhaite, c'est jouer au hockey et je suis heureux d'avoir cette chance. Avant, ce n'était encore qu'un rêve.»
Sur le plan hockey, Hischier a fait parler de lui dès lundi en inscrivant un premier but en troisième période du duel contre les Capitals de Washington. Combatif en échec avant, il a subtilisé la rondelle à Kevin Elgestal à la ligne bleue adverse avant de déjouer le gardien Vitek Vanecek à l'aide d'une belle feinte.
«Avant le match, j'étais très excité à l'idée de participer à une première partie hors concours», a déclaré celui qui arbore le numéro 13. «Pendant les deux ou trois premières présences, vous ressentez un peu de nervosité, mais au fur et à mesure, cette nervosité se dissipe et vous vous sentez plus à l'aise. En plus, on a gagné et c'est toujours bien.»
Rencontre spéciale
Avant de se consacrer à ce qui se dessine pour être une carrière prometteuse dans la LNH, Hischier a eu le temps de s'imprégner de l'électrisante atmosphère de New York au cours de l'été. Le hockeyeur de la Suisse est notamment passé par le site des Internationaux de tennis des États-Unis où il a pu rencontrer son compatriote Roger Federer.
Trois semaines plus tôt, lors de son passage à Montréal, Federer avait dit de bonnes choses de Hischier et avait même offert de le conseiller si jamais il en faisait la demande. La déclaration s'est rendue jusqu'aux bureaux des Devils, qui ont organisé une brève rencontre avec l'aide de la Fédération américaine de tennis.
«Ç'a été un moment vraiment spécial de pouvoir rencontrer une aussi grande légende. Nous avons eu une belle conversation. Ç'a beaucoup de signification à mes yeux», a raconté Hischier.
Lors de l'une des diverses tournées auxquelles il a participé au cours de la saison estivale, Hischier, dont l'anglais est bon, mais pas parfait, a aussi lancé une phrase qui en a fait sourire plusieurs... et qui a incité les Devils en mettre en vente un t-shirt s'en inspirant. «En voulant dire qu'il adore pratiquer le hockey, Nico a dit : "I love to hockey". La phrase est restée!» a raconté en rigolant l'ancien défenseur Ken Daneyko, une légende de l'histoire des Devils, aujourd'hui analyste à la télévision.
Le Crosby européen
Daneyko, d'ailleurs, ne tarit pas d'éloges à l'endroit du jeune homme. «Il a une très belle personnalité. Il est plutôt tranquille, mais en même temps, on sent qu'il a confiance en lui. Dans sa façon de se comporter, je vois certaines similitudes avec Sidney Crosby, avec une petite touche européenne en plus.»
Hischier veut éviter les analogies, pas même avec des joueurs à peine plus expérimentés que lui, comme Auston Matthews par exemple. «Je ne veux pas me comparer à d'autres joueurs. De toute façon, je ne pense pas que je marquerai quatre buts lors de mon premier match!» a-t-il lancé en faisant allusion à l'extraordinaire prestation du joueur des Maples Leafs de Toronto contre les Sénateurs d'Ottawa, l'an dernier. «Tout ce que je veux faire, c'est jouer de façon intelligente en défensive et provoquer des chances de marquer.»