Mohammed al-Sahlawi a marqué pas moins de 16 buts lors de la phase de qualifications pour la Coupe du monde mais, depuis ce temps, l'attaquant saoudien est en panne.

La traversée du désert de Mohammed al-Sahlawi

RYAD — En marquant 16 buts durant la phase de qualifications, l’attaquant saoudien Mohammed al-Sahlawi a propulsé son pays en phase finale du Mondial-2018, mais il ne trouve plus, depuis, le fond du filet. De quoi inquiéter l’encadrement des Faucons Verts.

Le record de 16 buts n’a été égalé que par le Polonais Robert Lewandowski, l’un des meilleurs attaquants du monde qui évolue au Bayern Munich.

Sahlawi n’a pas marqué depuis un an, alors que durant cette période de matchs amicaux de préparation au Mondial, l’Arabie saoudite a concédé quatre défaites, contre la Belgique (0-4), l’Italie (1-2), le Pérou (0-3) et l’Allemagne (1-2).

Lors du dernier match, Sahlawi a tiré un penalty, mais la balle a été repoussée par le gardien allemand Marc-André ter Stegen et le but a été marqué par l’un de ses coéquipiers, Taisir al-Jassim.

Dans le temps additionnel, Jassim s’est retrouvé seul face au gardien, mais a préféré passer le ballon à Sahlawi qui, sous la pression de la défensive allemande, n’a pu la contrôler. «Je lui ai passé le ballon parce qu’il était en meilleure position, mais j’aurais pu tirer», a commenté Jassim après la rencontre.

Le dernier but de Sahlawi remonte au 8 juin 2017 lors des éliminatoires contre l’Australie, qui avait remporté la rencontre 3-2.

L’attaquant est avare de déclarations et pas habitué aux réseaux sociaux. Avant la rencontre avec l’Allemagne, il a toutefois republié un ancien tweet dans lequel il écrit notamment: «La satisfaction, c’est d’accepter ce que Dieu t’a réservé et de vivre avec en le remerciant».

Sahlawi a disputé au total 40 rencontres avec les Faucons Verts et marqué 28 buts. L’attaquant du grand club saoudien Al-Nassr détient quelques records, dont celui du joueur qui a marqué le plus de buts en sélection en un an avec 18.

Mais sa baisse de régime depuis un an a suscité de nombreuses critiques, dont celle du patron du sport saoudien, Turki Al-Cheikh, allant jusqu’à qualifier de «mauvaises» les performances de Sahlawi et de suggérer de le remplacer par un plus jeune attaquant, Abdallah al-Hemdane, avant d’atténuer ces critiques en disant s’attendre à un sursaut de Sahlawi.

Esprit de combat

Les commentateurs sportifs saoudiens se sont interrogés sur l’utilité de garder Sahlawi au sein de l’équipe nationale, lui qui garde pour le moment la confiance du sélectionneur, l’Hispano-Argentin Juan Antonio Pizzi.

Pour Majed Chibani, commentateur du quotidien Arriyadh, Sawlawi n’a pu «reproduire, en phase préparatoire, ses performances des éliminatoires». «Est-ce logique de continuer dans ce cas de compter sur lui devant la Russie, l’Uruguay et l’Égypte?», a-t-il écrit fin mars.

Le joueur lui-même a promis au «public saoudien de jouer du mieux qu’il peut, avec l’aide de Dieu».

En attendant, toute l’Arabie saoudite aura les yeux rivés sur la Russie, jeudi, pour le match d’ouverture du Mondial-2018, qui oppose les deux pays. C’est la cinquième participation saoudienne après 1994, 1998, 2002 et 2006.