Même si la saison 2019-2020 en sera une de transition pour le Drakkar, le dg Pierre Rioux aborde celle-ci avec beaucoup d’optimisme. Pour lui, transition est synonyme d’opportunités pour ses joueurs.

La transition en marche chez le Drakkar

BAIE-COMEAU — Le Drakkar de Baie-Comeau entreprendra la saison 2019-2020 comme en étant une de transition. Comme le veut le cycle de reconstruction du hockey junior majeur, il y aura des hauts et surtout des bas. À ce chapitre, la fiche parfaite de l’équipe en matchs hors concours (six victoires en autant de sorties) n’est pas nécessairement significative.

«C’est bien beau, la fiche au camp d’entraînement, mais ça ne donne aucun point au classement», a d’ailleurs tempéré le directeur général Pierre Rioux, embauché cet été après le congédiement de Steve Ahern. «On amorce une année de transition, avec tout ce que ça implique.»

Rioux aborde toutefois cette phase avec beaucoup d’optimisme. «Transition, ça veut aussi dire opportunité, enchaîne-t-il. Opportunité pour les joueurs de l’an dernier d’augmenter leur rôle dans l’équipe et opportunité pour les nouveaux de se faire une belle place.»

Même s’il y aura seulement un joueur de 16 ans à bord, Drew Elliot (premier choix de l’équipe en 2019, deuxième ronde), le Drakkar formera une jeune équipe, principalement en défensive. «À l’arrière, on a quatre jeunes, en incluant [Félix] Tremblay. Ces gars-là ont besoin de prendre un peu de millage. C’est pour ça qu’on a voulu avoir deux gardiens de 19 ans [Lucas Fitzpatrick et Dakota Lund-Cornish], qui vont pouvoir garder le fort quand il y aura des mauvaises soirées.»

«À l’avant, on a encore des joueurs qui sont capables de générer de l’offensive», d’ajouter Rioux, en citant bien sûr Gabriel Fortier et Nathan Légaré, deuxième meilleur buteur du circuit Courteau l’an dernier. On peut aussi citer des nouveaux venus comme Brandon Frattaroli [Québec] et Feliks Morozov [Victoriaville], qui seront sûrement appelés à largement contribuer à l’offensive.

Rappelons que de nombreux vétérans ont dû être sacrifiés après la dernière campagne, où le club a tenté d’y aller jusqu’au bout. Il s’est malheureusement écroulé dès la première ronde, ce qui a entraîné des remaniements dans le département hockey. «Avoir été en place avec le Drakkar la saison dernière, j’y serais probablement allé all in moi aussi», a convenu Rioux, refusant de jeter la pierre à son prédécesseur et comprenant les transactions qui ont dû être réalisées.

L’embauche du nouvel entraîneur-chef Jon Goyens est aussi un autre geste que Pierre Rioux aurait vraisemblablement répété. «Je connaissais déjà un peu Jon et j’ai toujours respecté ses connaissances en hockey. Quand j’étais dépisteur avec Toronto, j’aimais bien aller voir le midget AAA et j’ai toujours aimé son approche, axée sur le développement individuel. Il aurait sûrement été dans les candidats que j’aurais rencontrés si j’avais eu à trouver le nouveau coach», fait-il valoir.

La véritable nature

La découverte de la véritable nature des joueurs du Drakkar pour Goyens et Rioux s’amorcera ce weekend, alors que l’équipe recevra l’Océanic de Rimouski pour deux matchs vendredi et samedi au Centre Henry-Leonard. Que veut voir le directeur général?

«Ce ne sera pas parfait tous les soirs, mais on veut voir une équipe rapide et combative, capable de rivaliser. Il faut aussi chercher une certaine stabilité et rendu aux Fêtes, on verra pour la suite», a conclu Pierre Rioux.

+

RETOUR SUR LA SAISON 2018-2019

  • Fiche: 49-15-2-2 (102 points) 1er dans la division, 2dans la conférence, 4e au classement général.
  • Séries: élimination en 1ere ronde
  • Meilleur compteur: Ivan Chekhovich (43-62 — 105 points)
  • Joueur à surveiller: Nathan Légaré (A)
  • Quelques joueurs qui ont quitté: Ivan Chekhovich (A), Alex D’Orio (G), Shawn Element (A), Ethan Crossman (A), Yan Aucoin (D)
  • Quelques nouveaux-venus: Drew Elliot (A), Brandon Frattaroli (A), Feliks Morozov (A), Dakota Lund-Cornish (G),  Valentin Demchenko (A)