Le demi défensif du Rouge et Or, Louis-Philippe Saint-Amant, a été victime d'une déchirure du pectoral en octobre 2015. Il s'est demandé s'il rejouerait un jour au football. Il a finalement fallu près d'un an et demi avant qu'il ne remette les épaulettes.

La tertiaire du Rouge et Or en santé

Débarqués sur la tertiaire du Rouge et Or en même temps, il y a deux ans, Louis-Philippe Saint-Amant et Marc-Olivier Simard ont vite fait leur place sur la formation partante. Si les blessures sont ensuite venues dérailler leur cheminement, les deux amis sont de retour en santé, prêts à évoluer côte à côte sur le terrain cette saison.
Piliers de la défensive du Notre Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy pendant trois ans, les deux athlètes avaient eu un impact quasi immédiat à leur arrivée à l'Université Laval, en 2015. Quelques semaines après le début de leur première saison universitaire, Saint-Amant et Simard se retrouvaient sur la formation partante. Le premier comme secondeur hybride, le second comme demi de coin. Puis quelques tuiles leur sont tombées sur la tête. 
Pour Simard, cela a d'abord été une blessure au coude, fin septembre, lors de cette fameuse première saison. Puis, après avoir commencé l'automne dernier comme homme de confiance du côté large de terrain, c'est une fracture de la cheville qui a coupé court à sa campagne.  
«Comme partant, il n'y a jamais rien d'acquis, il faut toujours regagner notre poste, mais cette année les blessures sont de côté et je me sens à 100 %. J'entame vraiment la saison du bon pied», a expliqué le joueur de 6'1''et 180 livres, mardi, au cinquième jour du camp d'entrainement du Rouge et Or. 
St-Amant, lui, s'est même demandé s'il rejouerait un jour au football. Victime d'une déchirure du pectoral en octobre 2015, l'ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François croyait rater quelques mois. On avait décidé de ne pas l'opérer. Il a finalement fallu près d'un an et demi avant qu'il ne remette les épaulettes. 
«À un moment donné, j'ai pensé à arrêter le football, parce que je ne savais pas si je n'allais jamais revenir à 100 %. Mais j'ai travaillé fort avec les préparateurs physiques et ça a fait en sorte que j'ai complètement récupéré.»
Confiance mutuelle
Adam Auclair étant destiné au poste de secondeur hybride partant cette saison, on a cherché une nouvelle position à St-Amant. Maraudeur durant le camp de printemps en Floride, le voilà demi défensif du côté large du terrain, juste à côté de son ami demi de coin.
«C'est vraiment tripant, parce qu'à l'extérieur du terrain on est deux très grands amis», lance Simard. «Je pense que ça va avoir des répercussions sur le terrain parce que l'on joue avec une confiance mutuelle et l'on comprend comment l'autre fonctionne. Pour la chimie, ça fait une différence.»
Si les deux vétérans semblent avoir une longueur d'avance sur leurs postes pour le moment, la lutte sera féroce sur la tertiaire d'ici la fin du camp d'entrainement, prévient le coordonnateur défensif Marc Fortier. C'est toutefois à la position de demi de coin du côté court, poste laissé vacant par le départ de Alex Hovington, que s'organise une bataille à trois particulièrement intéressante. 
Les joueurs de deuxième année Émile Chênevert et Carl Achy pratiquent respectivement sur la première et deuxième unité. La recrue Zack Fitzgerald suit derrière eux. «Les trois joueurs se livrent une chaude lutte. On va porter pas mal d'attention au match hors concours pour des réponses, mais le processus pourrait être plus long pour déterminer un partant clair à cette position-là», a reconnu Fortier, mardi.
Des gradins au terrain
Porte-couleur du cégep de Saint-Hyacinthe, en division 3, la saison passée, le demi défensif Mathieu Larivée n'était pas sur le radar du Rouge et Or. Mais inscrit en animation 3D à l'Université Laval, seule université de la province offrant le programme, Larivée ne voulait pas accrocher ses épaulettes. Il a envoyé une vidéo de ses faits saillants à Glen Constantin sans réussir à piquer sa curiosité. Ne baissant pas les bras, l'athlète venait assister aux entrainements aux abords du terrain depuis le début du camp d'entrainement. Après avoir discuté avec lui, Constantin a décidé de lui faire une place sur l'équipe. Dès mercredi, il s'entrainera avec le Rouge et Or. «Il vient de Granby et sa vie, c'est le football. Tous les jours, cet été, il allait à Saint-Hilaire s'entrainer avec l'entraineur physique de Laurent Duvernay-Tardif. Je ne le connais pas beaucoup, mais c'est un gars qui veut tellement. Je ne pense pas que vous allez le voir sur l'alignement cet automne, mais j'ai toujours de la place pour un gars de même.»
Entre les lignes
Grand absent du camp du Rouge et Or, le demi défensif Woodly Apollon a finalement écrit à Glen Constantin pour s'excuser et annoncer qu'il ne serait pas du camp. Constantin n'en sait pas plus pour la suite des choses, mais ne ferme pas la porte au produit des Nomades de Montmorency si ce dernier se retrouve finalement sur les bancs de l'Université Laval... Souffrant de légers maux de tête, les receveurs Chadrick Henry et Hugo Dupuis ainsi que le plaqueur Samuel Maranda-Bizeau sont traités en vertu du protocole de dépistage de commotions cérébrales. Antony Dufour (élongation du tendon de la cuisse), Marc-Antoine Pivin (élongation de l'aine) et Philippe Ouellet (blessure au ménisque du genou) sont également sur la touche.