Y aura-t-il un face-à-face entre les Diamants de Québec et les Alouettes de Charlesbourg dans les séries de la Ligue de baseball junior élite cette saison? 

La tâche s'annonce ardue en séries pour les Alouettes et les Diamants

Y aura-t-il un face-à-face entre les Diamants de Québec et les Alouettes de Charlesbourg dans les séries de la Ligue de baseball junior élite cette saison? Peut-être, mais les deux formations doivent d'abord négocier avec un autre adversaire. Et dans chacun des cas, la tâche s'annonce ardue.
Ardue, même pour les Diamants, champions de la saison régulière. Les Voyageurs de Saguenay ont terminé 16 matchs derrière leurs ennemis de la première ronde, mais ils ont donné beaucoup de fil à retordre à Québec cette saison, remportant deux des six affrontements, dont un par 6-0 au Stade Canac, le 8 août.
«Je les prends vraiment au sérieux», lance l'entraîneur-chef Dominik Walsh. «C'est le genre d'équipe que tu ne veux pas affronter en première ronde. Ils n'ont rien à perdre. C'est clairement le genre de série difficile juste à cause de ça», a poursuivi le gérant, dont les hommes amorceront la série à domicile, jeudi, 19h30.
Les Diamants partent malgré tout grands favoris. Championne en 2014 et en 2015, l'équipe de Walsh a des allures de dynastie, malgré son élimination en première ronde contre Charlesbourg, l'an dernier. Et elle n'a pas ralenti la cadence cette saison, comme le démontre sa fiche de 32-11 et ses quatre triomphes consécutifs en fin de parcours.
La défaite de 6-0 servira d'avertissement. Contre un lanceur (Alexandre Simard) qui en était à son premier départ dans la LBJEQ, Québec avait été limité à deux coups sûrs... Mais avait répondu avec une performance de 12 points le lendemain contre ces mêmes Voyageurs (16-27).
Les Diamants devront aussi gérer la fatigue et les émotions à leur retour du championnat canadien, qui s'est soldé dimanche avec un triomphe de 5-3 sur l'Ontario. En 2014, après l'avoir remporté, les Diamants avaient connu une baisse de régime au début des séries, perdant trois de leurs quatre premiers matchs contre... Saguenay. L'équipe s'était toutefois réveillée à temps pour renverser la vapeur et gagner les grands honneurs.
«C'est clair que ça m'inquiète», a dit Walsh, à la veille de son départ vers Gatineau, la semaine dernière. «C'est l'aspect, en 2014, qui m'avait le plus marqué. Le petit down du retour après une grosse victoire. Au moins, on en est conscient. C'est quelque chose qu'on devra gérer, c'est déjà prévu dans notre planif.»
Parmi les absents de marque chez les Diamants, notons celle du lanceur français Lucas Sérafin, présentement avec l'équipe nationale de son pays. Il devrait être de retour pour la deuxième ronde, mais une blessure laisse planer un doute sur sa capacité à assumer son rôle rendu là.
«On verra»
Contrairement aux Diamants, les Alouettes de Charlesbourg (23-20) ne seront pas les favoris de leur série de première ronde contre les Aigles de Trois-Rivières (28-15). Ils n'ont remporté qu'un de leurs six duels face à l'équipe de la Mauricie cette saison.
Mais ils étaient dans une position similaire l'an dernier, et ils ont éliminé les Aigles en deuxième ronde. Le gérant Jean-Nicolas Blanchet et ses joueurs se serviront du passé pour attaquer la série, qui se mettra en branle à Trois-Rivières jeudi, sans complexe.
«Cette année, on dirait [que les Aigles] sont encore plus favoris. Personne ne semble penser qu'on va gagner. On est supposés perdre, mais on verra», lance Blanchet dans un petit rire qui dénote une belle confiance.
Pour gagner, il faudra toutefois «que nos meilleurs soient nos meilleurs», ajoute-t-il. Et l'un de ceux-là est le lanceur Maxime Dumas, qui vient de vivre une saison en-deça des attentes. L'entraîneur est confiant de voir son as artilleur connaître des séries similaires à celles de l'an dernier, où il avait conservé une moyenne de points mérités de 2,07 en cinq matchs.