La fin d’une grande épopée, d’une séquence de victoires que l’on ne reverra sans doute jamais. Le point final à plusieurs records du hockey midget AAA québécois. Mais pas une catastrophe.

La séquence victorieuse des Chevaliers de Lévis prend fin

Fallait bien que ça finisse un jour. Et ce jour-là, c’était vendredi soir. Les Chevaliers de Lévis ont perdu pour la première fois en 39 rencontres cette saison, 5-3, face aux Cantonniers de Magog.

La fin d’une grande épopée, d’une séquence de victoires que l’on ne reverra sans doute jamais. Le point final à plusieurs records du hockey midget AAA québécois. Mais pas une catastrophe.

«C’est dur à avaler, on est très déçus. Mais on ne s’attendait pas à avoir une saison parfaite. On savait que ç’allait arriver, qu’on allait perdre à un moment donné. Aussi bien que ça arrive aujourd’hui qu’en séries éliminatoires», a laissé tomber le capitaine Nicolas Daigle, au sortir du vestiaire le plus silencieux de l’Aquaréna de Charny, après la rencontre.

La nouvelle marque officielle est donc fixée à 34 victoires consécutives pour commencer la saison et au cours du calendrier régulier. Ce à quoi il faut ajouter quatre victoires du tournoi de mi-saison des Fêtes, qui n’apparaîtront toutefois nulle part dans le grand livre. La première victoire de cette incroyable séquence remonte au 31 août.

«Ça fait quand même quatre mois et demi qu’on n’avait pas perdu, ça remet les choses en perspective. Et on est encore en première place», commentait de son côté l’entraîneur-chef Mathieu Turcotte, qui a perdu les services de trois attaquants dès la première période.

Dont ceux de l’auteur des deux premiers buts des Chevaliers, Julien Hébert, chaque fois au profit du jeu de puissance. Les trois buts des locaux ont été inscrits avec l’avantage d’un patineur, le troisième par Joshua Roy pour faire 4-3 avec quatre minutes à jouer. L’attaque massive de Lévis roule au rythme d’enfer de 31 % d’efficacité.

«Mais à cinq contre cinq, ce soir, c’est 4-0 pour l’autre bord, constate Turcotte. Quand tu te retrouves avec juste neuf attaquants, les défenseurs et le gardien doivent prendre les choses en main, surtout quand tu mènes 2-0. Ce n’est pas ça qu’on a fait», explique celui qui a retiré son portier Thomas Turcotte après 40 minutes de jeu et trois buts sur 24 tirs. David Provencher (8/9) a gardé la cage pour la troisième période.

Adversaires coriaces

Les Chevaliers n’ont quand même pas à rougir de cette défaite. Ils ont perdu contre une très bonne équipe. Les Cantonniers, deuxièmes au classement, montrent une fiche de 29-3-4. Les deux premiers duels entre les deux formations s’étaient soldés aux comptes de 3-2 en fusillade et de 4-2.

«Leur séquence était quand même incroyable et on voulait les battre», a attesté le coach des Cantonniers, l’ancien gardien de but de la LNH Félix Potvin. «Surtout, on sait maintenant qu’on peut les battre. Si on les retrouve en séries, ils vont être durs à battre, mais ils ne seront pas imbattables», résume le patron des champions en titre.

Bon. LE phénomène de la saison dans le monde du hockey québécois est terminé. Probable que pour le match de samedi (17h30) contre Gatineau (23-7-4), toujours à Charny, le petit aréna ne sera pas aussi bondé que la veille.

Le domicile de remplacement des Chevaliers cet hiver était encore une fois rempli au bouchon, avec plusieurs spectateurs assis dans les escaliers ou dressés aux extrémités de la patinoire. Fallait voir la flopée de recruteurs du junior debout dans les marches le long du grand mur du fond. On a même refusé des gens à la porte.

Mais la chasse au record de 38 victoires en une saison (2007-8, Collège Antoine-Girouard) reste ouverte avec sept matchs réguliers à disputer et un dossier de 34-1-0.

«Maintenant, notre seule priorité devient de devenir meilleurs en vue des séries éliminatoires», conclut Turcotte qui, sans le dire, doit avoir une partie de lui qui se réjouit de voir s’éteindre les projecteurs médiatiques braqués sur son équipe depuis plusieurs semaines.