La Japonaise Naomie Osaka a perdu en 1/8e de finale de l'US Open et perd sa place de numéro 1 mondiale.

La séquence victorieuse de la tenante du titre Naomi Osaka prend fin

NEW YORK — Le genou gauche endolori de Naomi Osaka lui a causé du soucis au service, aussi n'a-t-elle pas pratiqué cette facette essentielle de son jeu avant les Internationaux des États-Unis. Son genou l'a également empêchée de couvrir le terrain et de préparer ses coups comme elle l'aurait aimé.

Certes, ce n'est pas l'unique raison expliquant que la série de 10 victoires consécutives de la Japonaise à New York et la défense de son titre ont pris fin, lundi, au quatrième tour. Les coups francs et nets de Belinda Bencic, frappés très tôt, ont aussi beaucoup contribué à ce dénouement.

Osaka a subi le même sort que le tenant du titre chez les hommes, Novak Djokovic, avant les quarts de finale, encaissant une défaite de 7-5, 6-4 contre Bencic, 13e tête de série, sous le toit fermé du stade Arthur Ashe par un après-midi pluvieux. La veille, Djokovic a abandonné lors de son match de quatrième tour en raison d'un problème à l'épaule gauche.

«Honnêtement, je ne me déplaçais pas très bien aujourd'hui. Vous voyez ce que je veux dire? Je me sentais toujours prise au dépourvu. J'étais gênée par mon genou dans mes mouvements, a expliqué Osaka. Mais je pense que c'est quelque chose que j'aurais dû surmonter.»

Quant à son puissant service, Osaka l'a qualifié d'«inconstant», précisant qu'elle n'avait pu y travailler avant le dernier tournoi du Grand Chelem de l'année «parce que je ne peux pas vraiment m'appuyer sur ma jambe.»

Osaka portait une attelle noire au genou et un thérapeute lui a donné un comprimé antidouleur à mi-chemin de la deuxième manche.

À ce moment-là, Bencic bénéficiait d'une avance d'une manche et d'un bris, utilisant son style habituel qui consiste à frapper les balles tôt, pressant Osaka et ne lui laissant pas assez de temps pour répliquer. Cette formule avait déjà fonctionné: Bencic a maintenant une fiche de 3-0 contre Osaka en 2019 (elle l'a aussi battue à Indian Wells et à Madrid).

«Je n'ai pas le plus de puissance. Je n'ai pas le plus de coups gagnants ni le plus d'as. Mais je pense pouvoir vraiment bien lire le jeu de l'adversaire, a confié Bencic, qui affrontera la Croate Donna Vekic, no 23, en quarts de finale. J'essaie de faire ça contre n'importe qui, pas seulement contre elle.»

Bencic a terminé le match avec plus de coups gagnants, 29, que de fautes directes, 12, et a montré une fois de plus qu'elle est une joueuse des grandes occasions. En 2019, elle a remporté neuf victoires contre des rivales du top-10 mondial et son palmarès s'établit à 4-1 en carrière contre des premières de classe.

Similitudes

Bencic est âgée de 22 ans, à peine un an de plus qu'Osaka, mais ses progrès ont été ralentis ces dernières années par des blessures, notamment une opération au poignet.

En 2014, alors âgée de 17 ans, Bencic est devenue la plus jeune femme à disputer les quarts de finale des Internationaux des États-Unis depuis 1997, quand une autre Suissesse, Martina Hingis, a remporté le titre.

La mère de Hingis, Melanie Molitor, entraînait Bencic, et la quintuple championne en tournois majeurs a elle-même servi de mentor. Bencic a déclaré qu'elle aimait imiter la façon dont Hingis jouait, pensant toujours un coup ou deux - ou plus - d'avance.

«Avec Melanie, nous n'avons pas essayé de copier le jeu de Martina. Nous avons essayé de créer mon propre jeu. Et évidemment, je sais qu'il y a des similitudes, parce que c'est ce que Melanie enseigne, mais il s'agissait de développer mes propres forces et mon propre style, a mentionné Bencic.

«Je joue, bien sûr, un peu différemment que Martina. Je pense qu'elle était encore plus habile et plus intelligente sur le court. J'ai un peu moins de talent qu'elle, mais peut-être un peu plus de puissance.»

Osaka avait fait sensation à Flushing Meadows il y a un an, remportant son premier titre majeur en battant Serena Williams lors d'une finale chaotique qui a dégénéré lorsque Williams a eu une longue prise de bec avec l'arbitre de chaise.

Osaka a ensuite remporté un deuxième trophée consécutif en Grand Chelem aux Internationaux d'Australie en janvier. Cela lui a permis de devenir la première Japonaise à se hisser au premier rang du classement féminin.

Vekic s'impose à l'arraché

Bencic a maintenant rendez-vous avec Vekic, qui a survécu à une balle de match pour venir à bout de Julia Goerges 6-7 (5), 7-5, 6-3. La Croate accède pour la première fois à cette étape d'un tournoi du Grand Chelem.

Vekic, 23e tête de série, qui avait perdu aux mains de Goerges à ce stade du tournoi l'an dernier, a dû se sortir d'une position précaire pour vaincre l'Allemande cette fois. Vekic était menée 5-4 à la deuxième manche et elle a fait face à une balle de match, mais Goerges a été incapable de conclure alors qu'elle a commis trois doubles fautes.

Dans la manche décisive, Vekic a réussi un bris déterminant pour s'emparer de l'avance 5-3 et elle a mis fin au match quand elle y est allée d'un lob défensif que Goerges a expédié à l'extérieur.

La Belge Elise Mertens (no 25) a pour sa part atteint les quarts de finale grâce à une victoire convaincante de 6-1, 6-1 contre l'Américaine Kristie Ahn.

Mertens aura maintenant rendez-vous avec la gagnante du duel opposant la Canadienne Bianca Andreescu (no 15) et l'Américaine Taylor Townsend. Les deux joueuses s'affronteront plus tard lundi.