Lucas Fitzpatrick défient le lancer de Raphaël Lavoie

La séquence de défaites se poursuit pour le Drakkar

BAIE-COMEAU – Le Drakkar de Baie-Comeau a vu sa séquence de revers se prolonger à quatre alors qu’il s’est incliné 4-3 devant les Mooseheads d’Halifax en supplémentaire. Il a pourtant eu une excellente chance de sortir de là avec les deux points et surtout, il a montré plus d’ardeur, ce qu’il n’avait pas affiché lors des deux rencontres précédentes.

Après que Patrick Kyte ait raté un but ouvert en supplémentaire, Gabriel Fortier a obtenu une chance en or à l’autre bout, mais il a lui aussi raté une cage béante, au grand dam des 1400 spectateurs réunis au Centre Henry-Leonard. Les Têtes d’orignaux ont ensuite récupéré la rondelle et Maxim Trépanier, qui a aussi récolté deux passes, a battu Lucas Fitzpatrick pour mettre fin à ce duel.

«Ça fait une semaine qu’on parle seulement de compétitionner et quand tu fais ça, ton attitude et ton effort sont à un autre niveau», a souligné l’entraîneur-chef du Drakkar, Jon Goyens. «Tout le monde était prêt à en donner un peu plus aujourd’hui (samedi). On leur demandait 2 % de plus, pas 10 ou 100 %.»

Le Drakkar a aussi limité les visiteurs à 26 tirs, ce qui améliore grandement les chances de l’emporter. «Quand tu patines, tu pousses, tu forces l’autre équipe à prendre des tirs de l’extérieur (de l’enclave), mais quand tu joues sur les talons, tu ne peux pas faire ça et t’accordes une vingtaine de lancers par période», a fait remarquer le pilote, qui a aussi pris en cours de match la décision de ne plus opposer le trio de Fortier à celui de Benoît-Olivier Groulx.

«De temps en temps, je prends le feeling des joueurs et après avoir discuté avec Fortier, il m’a fait réaliser que je pouvais m’ajuster», de faire valoir Goyens. Le trio de Julien Létourneau, Charles-Antoine Giguère et Brandon Frattaroli, le meilleur du Drakkar samedi, et celui de Mikisiw Awashish avec Drew Elliot et Antoine Rochon ont donc été appelés à limiter les dommages de la grosse unité adverse, ce qu’ils ont réussi à faire dans une certaine mesure.

Le Drakkar a mieux paru en première qu’à ses deux précédentes sorties, mais c’est tout de même l’adversaire qui a ouvert la marque lorsque Trépanier a subtilisé la rondelle dans le coin pour la remettre immédiatement au dangereux Raphaël Lavoie, seul dans l’enclave.

Les locaux ont disputé une bonne deuxième période, leur meilleure depuis longtemps, ce qui leur a permis de créer l’égalité par l’entremise du Baie-Comois Vincent Dupuis, pour qui c’était un premier en carrière. Le cerbère Cole McLaren a échappé le tir haut du jeune défenseur. Avec ce filet, le Drakkar a mis fin à une vilaine séquence de 218 minutes et 22 secondes sans but à cinq contre cinq.

Avec le filet de Raivis Kristians Ansons (3e), en supériorité numérique, le Drakkar a pris les devants après cinq minutes en troisième. Les Mooseheads ont toutefois répliqué avec deux buts en deux minutes, ceux de Cole Stewart et Groulx, ce dernier avec l’avantage d’un homme. Avec cinq minutes à jouer, le but de Létourneau (2e) a expédié les deux équipes en supplémentaire.

Pour un deuxième match consécutif, Xavier Bouchard n’était pas en uniforme, mais Goyens croit que le défenseur retrouvera sa place dans l’alignement mercredi, alors que le Drakkar recevra les Cataractes de Shawinigan pour conclure ce séjour de quatre parties à domicile.

NOTES : Avant la rencontre, le Drakkar a honoré son responsable de l’équipement, Brian St-Louis, pour qui c’était un 1 500e match en carrière dans la LHJMQ. St-Louis, qui a amorcé sa carrière avec les Olympiques de Hull, est à bord du Drakkar depuis les tout premiers coups de rame de l’équipe, en 1997. Une banderole sur la bande devant le banc du Drakkar a immortalisé l’événement. Son fils Brendan a pris la mise au jeu protocolaire.