On ignore toujours si Montréal fera partie du calendrier de 2020. Pour espérer tenir sa course sur le circuit Gilles-Villeneuve de l’île Notre-Dame, le président du Grand Prix du Canada a répété à plusieurs reprises que la course doit être présentée au plus tard à la mi-octobre en raison des contraintes climatiques.
On ignore toujours si Montréal fera partie du calendrier de 2020. Pour espérer tenir sa course sur le circuit Gilles-Villeneuve de l’île Notre-Dame, le président du Grand Prix du Canada a répété à plusieurs reprises que la course doit être présentée au plus tard à la mi-octobre en raison des contraintes climatiques.

La saison de F1 s’offre deux autres Grands prix

AFP
Agence France-Presse
La Presse Canadienne
SPIELBERG BEI KNITTELFELD — Bienvenue au Mugello et à Sotchi : avec le Grand Prix de Toscane le 13 septembre sur les terres de Ferrari suivi de la Russie le 27, officialisés en marge du GP de Styrie vendredi, la saison de F1 a désormais dix dates.

«D’autres seront annoncées dans les semaines à venir», promet le promoteur du championnat, Formula One, dans un communiqué. Son objectif d’organiser entre 15 et 18 courses, contre 22 initialement, d’ici au GP de clôture à Abou Dhabi mi-décembre, est donc maintenu.

«Nous avons de plus en plus confiance en notre projet de courir jusqu’à la fin de l’année 2020», assure le pdg de la F1, Chase Carey. L’annonce est tombée alors que débutaient les premiers essais libres de la deuxième manche du championnat, sur le Red Bull Ring de Spielberg (Autriche), toujours à huis clos et suivant un protocole sanitaire strict.

«C’est une bonne nouvelle, on va dans la bonne direction avec de plus en plus de courses», se félicite le directeur principal de l’écurie Alfa Romeo Racing, Frédéric Vasseur. «Pas à pas, on construit un beau championnat.»

On ignore toujours si Montréal fera partie du calendrier de 2020. Pour espérer tenir sa course sur le circuit Gilles-Villeneuve de l’île Notre-Dame, le président du Grand Prix du Canada a répété à plusieurs reprises que la course doit être présentée au plus tard à la mi-octobre en raison des contraintes climatiques. Le week-end de l’Action de grâce a été avancé comme date possible, mais certains obstacles resteraient encore à régler avant qu’une décision finale soit annoncée.

Avec spectateurs

Le Grand Prix de Russie pourrait être la première course cette saison avec des spectateurs. La saison de la F1 s’est mise en branle le week-end dernier en Autriche, sans amateurs au Red Bull Ring de Spielberg à cause de la pandémie de coronavirus. Mais le vice-premier ministre russe Dmitry Chernyshenko a révélé qu’il espérait que les spectateurs pourraient assister à la course de Sotchi plus tard cette année.

«La Russie est prête à accueillir les équipes et les spectateurs de Formule 1. Le gouvernement fournira toute l’aide nécessaire pendant la préparation et la tenue de la compétition, a mentionné Chernyshenko. Ce sera un événement important pour le sport russe.»

Le nombre de spectateurs que les autorités russes espèrent autoriser à l’intérieur de l’autodrome de Sotchi d’une capacité de 55 000 personnes demeurait imprécis.

«Ce sera un festival incroyable pour le plus large public possible, a déclaré Alexey Titov, chef de la direction du promoteur de la course soutenu par l’État. Nous sommes convaincus que les difficultés de cette année ne deviendront pas un obstacle pour les partisans de sport automobile. Nous nous préparons méticuleusement à recevoir les spectateurs en toute sécurité et nous avons hâte de voir tout le monde.»

Première au Mugello

Si la manche russe à Sotchi était prévue à cette date avant la pandémie de coronavirus, qui a contraint à remanier tout le calendrier, le GP de Toscane fait son entrée au Championnat du monde, qui n’est jamais passé par le Mugello, à 35 kilomètres de Florence. Ce sera la première fois depuis 2006 que deux courses auront lieu en Italie. Le circuit, très apprécié des pilotes et qui accueille notamment une manche du Championnat du monde de MotoGP, appartient à Ferrari. La Scuderia y célébrera en septembre la 1000e course de son histoire dans la catégorie reine du sport automobile.

Les championnats de Formule 2 et Formule 3 courront également au Mugello aux mêmes dates. Pour la F3, ce sera le dernier rendez-vous de la saison, quand la F2 doit encore confirmer ses dernières dates.

Parmi les pistes envisagées pour la suite de la saison de F1, des déplacements en Asie (Chine, Vietnam), aux Amériques (Canada, États-Unis, Mexique, Brésil), puis au Moyen-Orient (Bahreïn, Abou Dhabi) sont envisagés. Plusieurs autres circuits européens (Imola en Italie, Portimao au Portugal, Hockenheim en Allemagne) négocient, eux, pour entrer au calendrier.

+

RED BULL ET RACING POINT FERMENT LA PORTE À VETTEL

Les écuries de Formule 1 Red Bull et Racing Point ont fermé la porte à un recrutement la saison prochaine de l’Allemand Sebastian Vettel, dont le contrat avec Ferrari ne sera pas renouvelé, en marge du GP de Styrie vendredi. 

«Bien sûr, la question s’est posée», a reconnu sur la chaîne britannique Sky Sports F1 Christian Horner de Red Bull, écurie avec laquelle Sebastian Vettel a remporté quatre titres mondiaux de 2010 à 2013. 

«Nous ne nous attendions pas à ce qu’il soit sur le marché cette année et notre engagement va à nos pilotes actuels, a-t-il poursuivi. Nous pensons que nous avons un excellent duo en Max [Verstappen] et Alex [Albon] et que nous avons là aussi un grand potentiel pour l’avenir.» 

Le dirigeant de Racing Point (qui deviendra Aston Martin en 2021), Otmar Szafnauer, a pour sa part réitéré en conférence de presse avoir conclu des contrats «de longue durée» avec ses pilotes, le Mexicain Sergio Pérez et le Québécois Lance Stroll, le fils du propriétaire de l’équipe. 

L’avenir de Vettel est en suspens depuis l’annonce-surprise mi-mai de sa séparation d’avec Ferrari l’an prochain. Le pilote de 33 ans a répété jeudi ne pas être «pressé de décider» de son avenir, entre nouveau contrat «avec une équipe compétitive» uniquement, «congé sabbatique» ou «retraite». AFP