Carey Price

La quête d'un «pur-sang»

Jusqu'à la toute fin, la saison du Canadien aura été à l'image des performances de son gardien numéro un, Carey Price, le grand artisan de sa troisième position dans la Division atlantique. Le portier de 26 ans saura-t-il poursuivre sur sa lancée et mener les siens à bon port en séries éliminatoires, comme il a mené le Canada à la médaille d'or à Sotchi?
<p>Thomas Vanek</p>
Il aura fallu attendre sa septième campagne dans la LNH pour voir Carey Price, premier choix du Canadien en 2005 (5e au total), devenir le gardien de but dominant annoncé par l'organisation. Sous la férule de son nouvel entraîneur Stéphane Waite, le «pur-sang», tel que l'avait déjà décrit l'ancien dg Bob Gainey, a affiché une éthique de travail et une constance inébranlables, obtenant son meilleur taux d'efficacité en carrière (,927), au quatrième rang de la LNH.
Son excellent dossier de 34-20-5, assorti de six blanchissages (2e LNH), ne traduit toutefois pas complètement l'impact de la qualité du jeu de Price sur l'équipe, particulièrement après la contre-performance de 5-0 des siens face aux Capitals, le 25 janvier, au Centre Bell. Le moment charnière de la saison du Canadien.
Le match suivant, Price blanchissait les Hurricanes de la Caroline 3-0. Jusqu'à la pause olympique, le gardien est demeuré solide, limitant les adversaires à moins de deux buts par match. Cela lui a valu d'être nommé première étoile de la semaine se terminant le 9 février, grâce à une moyenne de 1,00 et un taux d'efficacité de ,971. Au cours de ce mois, il a également mené tous les gardiens de la LNH avec 167 arrêts.
Presque parfait
À Sotchi, Price a continué de briller. Invaincu en cinq matchs, il a frôlé la perfection avec une moyenne de buts alloués de 0,59 et un pourcentage d'arrêts de ,972. Il a également inscrit deux blanchissages, en plus d'être nommé meilleur gardien du tournoi.
Blessé au genou à son retour au pays, le cerbère n'a pu enfiler ses jambières pendant huit matchs. Dans l'intervalle, les auxiliaires Peter Budaj et Dustin Tokarski ont peiné à tenir le fort, particulièrement pendant le voyage de l'équipe dans l'Ouest, ne récoltant que trois victoires, quatre défaites à la régulière et une défaite en prolongation contre les Red Wings.
À son premier départ le 15 mars, Price aura eu un effet immédiat sur sa formation, arrachant une victoire de 5-4 aux Sénateurs en prolongation. Ce match amorçait la dernière ligne droite de la saison pour les hommes de Michel Therrien, une séquence de 11 victoires en 15 rencontres, dont 8 ont été l'oeuvre du natif de la Colombie-Britannique.
Un adversaire de taille au menu
Ajoutées aux solides performances d'un Price rendu à maturité, l'arrivée du prolifique Thomas Vanek, acquis à la limite des échanges en mars, et l'émergence de Max Pacioretty, auteur de 39 buts, auront permis au Canadien d'entrer en séries sur son erre d'aller.
Fort heureusement pour lui d'ailleurs! Parce que l'adversaire de première ronde, le Lightning de Tampa Bay, lui a donné du fil à retordre toute l'année, malgré des performances étincelantes de Price (1-1-2), qui n'a cédé que six fois devant ses 137 lancers (moyenne de 1,41).
Au gardien de réaliser un autre de ses objectifs de début de saison, en menant maintenant le Canadien jusqu'à la finale de la Coupe Stanley. Car depuis son arrivée à Montréal, le Tricolore n'a atteint qu'une fois le troisième tour des séries, soit lors du printemps magique de Jaroslav Halak en 2010. Un exploit auquel Price avait assisté du bout du banc des joueurs...
****
La carte cachée
S'il y a un joueur du Canadien qui devrait connaître de bons moments en séries éliminatoires, c'est bien Thomas Vanek! Le franc-tireur autrichien n'a disputé que 10 matchs de séries, au cours de ses sept dernières saisons avec les Sabres de Buffalo. En 2010, il n'avait participé qu'à trois matchs du duel de première ronde face aux Bruins, mais y avait néanmoins laissé sa marque avec deux buts et une passe. L'année suivante, il avait aidé les Sabres à pousser les Flyers à la limite au premier tour, grâce à ses cinq buts en sept rencontres. Cette saison constitue donc un retour en séries pour Vanek après trois années d'absence. La motivation devrait être au rendez-vous! Surtout si l'attaquant veut tester le marché des joueurs autonomes en juillet... Ses performances seront déterminantes!