Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le club de golf Trump National de Bedminster, au New Jersey   
Le club de golf Trump National de Bedminster, au New Jersey   

La PGA retire son Championnat 2022 du parcours Trump Bedminster

Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
LOS ANGELES - Le Championnat PGA 2022 n’aura pas lieu sur le parcours Trump Bedminster dans le New Jersey, a annoncé dimanche la PGA d’Amérique, l’instance organisatrice du tournoi du Grand Chelem, quatre jours après les incidents perpétrés par les partisans du président américain à Washington.

«Le conseil d’administration de la PGA d’Amérique a voté pour exercer le droit de résilier l’accord consistant à organiser le Championnat PGA 2022 à Trump Bedminster», a déclaré son président, Jim Richardson, dans un communiqué.

«Il est devenu clair que la tenue du championnat PGA à Trump Bedminster serait préjudiciable à notre marque et mettrait en péril notre capacité à maintenir la pérennité de notre mission», a ajouté le dirigeant dans une vidéo publiée sur le site internet de l’instance.

Cette annonce fait suite aux nombreux appels lancés dans le monde du golf pour que les dirigeants de ce sport prennent leurs distances avec Trump, lui-même grand amateur de la petite balle blanche et souvent vu club à la main durant son mandat, sur son parcours de Bedminster.

Le média Golfweek, dans une chronique cinglante exhortant à rompre les liens avec le président, a affirmé que la PGA d’Amérique débattait depuis deux ans de l’opportunité de déplacer le Majeur dans un autre lieu, mais qu’elle n’était pas sereine à l’idée de contrarier un «homme réputé vindicatif».

Jeudi, au lendemain des événements de Washington, Trump a remis la médaille de la liberté à deux anciens champions, le Sud-Africain Gary Player et la Suédoise Annika Sorenstam, aussitôt critiqués après avoir accepté d’être ainsi honoré de la plus haute décoration civile.

La vedette Tiger Woods, quinze fois sacré en Grand Chelem, s’était également vu remettre cette médaille des mains de Trump en mai 2019.

Pas une première

Ce dernier, qui a perdu l’élection présidentielle en novembre face à son rival démocrate Joe Biden, conteste ce résultat et il lui est reproché d’avoir délibérément encouragé l’invasion du bâtiment du Congrès par ses partisans mercredi. Des violences autour et au sein du bâtiment ont fait cinq morts, dont un policier, dans la capitale.

Les Démocrates américains ont averti dimanche qu’ils étaient prêts à lancer un nouvel «impeachment», une procédure de destitution, si le vice-président Mike Pence ne se résout pas à le démettre de ses fonctions en activant le 25e amendement de la Constitution.

Isolé à la Maison-Blanche, lâché par plusieurs ministres, le président américain ne semble guère disposé à s’en aller de son plein gré, à dix jours de l’investiture de Joe Biden prévue le 20 janvier.

Ce n’est pas la première fois que les instances du golf américain prennent leurs distances avec Trump.

En 2015, la Fédération américaine USPGA avait annulé le PGA Grand Slam au club Trump National de Los Angeles, après que celui-ci, alors candidat à la présidentielle, avait prononcé des remarques désobligeantes sur les immigrants mexicains.

En 2016, le circuit PGA avait décidé de déplacer une étape du Championnat du monde de golf 2017 au Mexique, alors qu’elle devait initialement se dérouler au parcours Doral, également propriété de Trump à Miami. L’instance s’était défendue à l’époque du caractère politique de sa décision.

En revanche l’US Golf Association avait maintenu l’US Open féminin en 2017 au Trump Bedminster, malgré des commentaires sexistes sur les femmes tenus par le milliardaire lors de sa campagne électorale.