L’entraîneur-chef Pierre-Alain Bouffard, Marc-Olivier Boucher, Félix Corriveau, Adrien Guay, Lucas Dalin et Alexandre Deblois ont bon espoir de répéter les succès de la dernière saison des Faucons.

La parité au rendez-vous en première division

À l’aube de l’ouverture de la saison 2018 de football collégial division 1, tous les espoirs sont permis. À la question «qu’elle sera l’équipe à battre», l’entraîneur-chef des Faucons de Lévis-Lauzon Pierre-Alain Bouffard répond : «Toutes» … Voilà une bonne idée de la parité qui prévaut dans ce circuit du Réseau de sport étudiant du Québec.

 À l’instar du Notre-Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy, qui cherchera à reprendre sa place au sommet comme il l’avait fait en 2016, les trois autres formations misent aussi sur des alignements revigorés par un recrutement à la hauteur de leurs attentes. En prévision de la prochaine saison qui s’amorce vendredi, notamment avec un match entre les Élans de Garneau et les Faucons de Lévis-Lauzon, sur la Rive-Sud, notre journaliste Carl Tardif a fait le tour des quatre équipes de la région de Québec, à nouveau dirigées par les mêmes hommes de football : Pierre-Alain Bouffard (Faucons), Marc-André Dion (CNDF), Claude Juneau (Élans) et Dave Parent (Titans). Bonne saison!

+

LES FAUCONS PRÊTS À AFFICHER LEURS COULEURS

Privé du meilleur porteur de ballon de la Ligue collégiale en 2017, les Faucons de Lévis-Lauzon ont bien l’intention d’afficher leurs nouvelles couleurs et montrer que leur succès de l’an passé ne reposaient pas uniquement sur les épaules de Joanik Masse, maintenant membre du Rouge et Or de l’Université Laval.

L’auteur d’une récolte de 1981 verges au sol l’an passé — la deuxième plus grande récolte de l’histoire en une saison — a terminé son stage collégial, mais ceux restent et lui succèdent estiment avoir l’arsenal pour faire produire l’attaque.

«Je pense qu’on peut surprendre. Des gens vont penser que ce sera difficile parce qu’on a perdu cinq joueurs de notre ligne offensive, mais on va réussir à faire des points. Nous avons un bon groupe de porteurs de ballon, les gars vont être capables de faire le travail que Jo faisait», soutient le quart-arrière de deuxième année Adrien Guay.

Carl Gourgues fait déjà la différence 

Les Faucons ont profité de la reconstruction de la ligne offensive pour la confier à Carl Gourgues, ancien joueur du Rouge et Or et de la Ligue canadienne.

«Nous avons une ligne jeune, on essaie de simplifier les choses, mais l’arrivée de Carl fait déjà la différence, on le voit déjà», soutient l’entraîneur-chef Pierre-Alain Bouffard, dont le club a connu la meilleure saison de son histoire en 2017 avec une fiche de 7-2 et une participation à la demi-finale.

Encore une fois, les Faucons utiliseront un système offensif basé sur l’option de courir et de passer. «On va y aller avec ce que les défensives adverses nous donnent. Nous n’avons pas seulement un outil dans notre coffre», illustre Bouffard.

Nouveau chandail

Les Faucons enfileront un nouveau chandail, blanc et rouge. Les recrues forment 50 % de l’alignement, qui compte aussi six Français.

«La division 1 est tellement compétitive, on utilise tous les moyens pour s’améliorer. On vise cinq joueurs de la France par année, car on ne veut pas négliger le talent régional non plus», notait l’entraîneur-chef qui pense plus au premier match qu’aux séries, pour l’instant. 

Faucons de Lévis-Lauzon

- Fiche en 2017 : 7-2 (3e rang, défaite en d-f)

- Joueurs à surveiller : Adrien Guay (quart-arrière), Félix Corriveau (receveur), Alexandre Deblois et Édouard Bérubé McGee (ligne défensive), Samuel Chabot et Cédric Larouche (ligne offensive), Olivier Fortier (secondeur).

Marc-André Dion, entraîneur-chef du Campus Notre-Dame-de-Foy

UNE ÉTAPE À LA FOIS POUR LE CNDF

Le sujet n’est pas tabou au Campus Notre-Dame-de-Foy. Dernier club de la région de Québec à avoir remporté le Bol d’or en 2016, le CNDF veut retourner au sommet, mais cela ne se fera pas du jour au lendemain.

«L’objectif est de gagner le championnat à nouveau, mais il faut y aller une étape à la fois. À ce jour, nous avons une meilleure équipe que l’an passé, nous sommes plus unis et on affiche un plus grand désir de vaincre», soutient l’entraîneur-chef Marc-André Dion.

Sans le faire volontairement, le CNDF a peut-être un peu «surfé» sur la vague de sa victoire, la saison dernière et n’a pas connu les résultats escomptés. «Les gars sont plus jeunes qu’au niveau universitaire, c’est peut-être plus difficile à gérer. D’un autre côté, on avait une cible dans le dos à la suite de notre championnat, tout le monde voulait notre peau.»

Des petits détails auraient pu changer le cours de la dernière saison, où le CNDF a perdu deux matchs par un et trois points. Les blessures ont aussi changé la donne. «On s’est retrouvé avec notre troisième quart-arrière, ç’a fait mal, mais aujourd’hui, on en bénéficie. Même chose avec la ligne offensive. Les gars n’étaient pas prêts, l’an passé, mais ils ont joué beaucoup et progressé. Si on est capable de courir et de protéger notre quart, nos chances de gagner seront bonnes.»

Bien équilibré

Dion dirige le CNDF depuis 2005. Les années passent, mais les adjoints qui l’entourent restent les mêmes. Un groupe d’amis tissé serré au service des jeunes.

Il estime avoir sous la main un club bien équilibré et amélioré par un «solide recrutement», dit-il.

D’entrée de jeu, vendredi, le CNDF a rendez-vous avec Lennoxville, champion du Bol d’or 2017. «On n’aura pas le temps de faire de test… Il s’agit d’une année où il est difficile de prédire qui va l’emporter.»

Notre-Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy

- Fiche en 2017 : 5-4 (5e rang, défaite en quart  de finale)

- Joueurs à surveiller : Vincent Blanchard (botteur), Charles-Émile Bouchard (ligne défensive), Alex Naud, Raphaël Latulippe et Jacob Morneau (quarts-arrière), Alexandre Masri-Fliss (ligne offensive)

+

Dave Parent, entraîneur-chef des Titans de Limoilou

LES TITANS AU RYTHME DE BAMROUNSAVATH

Jeunesse et potentiel, voilà qui résume bien le mouvement de renouveau marqué par la présence de 33 recrues dans l’alignement des Titans de Limoilou. Un tournant qui était prévu dans la planification de l’équipe dirigée depuis 10 ans par Dave Parent .

«Il n’y a jamais de hasard. Nous faisons la majorité de notre recrutement dans notre bassin, et nous avions identifié que la dernière cuvée et celle de l’an prochain regorgeaient de talent. Nous avions bien calculé nos affaires, on savait qu’il y aurait du renouveau chez nous.»,

Parent n’est guère préoccupé par le fameux cycle, où un noyau de joueurs atteint sa maturité en même temps. Ce qui l’anime, c’est la progression et le développement des athlètes qu’il a sous la main.

«Nous alignons des jeunes avec du caractère qui sont prêts à jouer. Même s’il y a un écart entre le juvénile et le collégial, on ne le sent pas. De toute manière, il s’agit de notre quatrième saison en division 1, et l’âge qu’on avait n’a jamais expliqué nos fiches dans le passé.»

Un chef d’orchestre

Oui les Titans seront jeunes, mais ils miseront sur un quart d’expérience en Oliver Bamrounsavath, qui mène la parade depuis déjà deux ans. «C’est notre chef d’orchestre, on va le suivre . Il a fait de belles choses sur le terrain avec nous, mais on n’avait pas pu l’entourer assez pour exploiter ses forces. Là, on lui a donné des armes pour lui permettre d’éclore», illustre Parent, sans lancer la pierre à quiconque.

L’an passé, les Titans n’ont pas été épargnés par les blessures. À compter de la mi-saison, Parent devait souvent rayer une douzaine de noms à chaque partie. Résultat, des joueurs occupaient une chaise qui ne leur convenait pas. «On a joué à la chaise musicale, ça nous a rattrapé», note celui qui vise encore une place dans les séries. Les Titans n’ont jamais raté la valse éliminatoire depuis leur arrivée en division 1, en 2014.

Titans de Limoilou

- Fiche en 2017 : 3-6 (7e rang, défaite en quart de finale)

- Joueurs à surveiller : Olivier Bamrounsavath (quart-arrière), Louis-Félix Doyon (receveur), Louis-David Bernier-Cloutier (receveur), Alexandre Tremblay (ligne défensive), Édouard Doyon (demi-défensif)

+

Claude Juneau, entraîneur-chef des Élans de Garneau

UN VENT DE FRAÎCHEUR CHEZ LES ÉLANS

Dans le sport étudiant, les années se suivent et ne se ressemblent généralement pas. Chez les Élans de Garneau, la page est tournée sur la saison difficile de 2017 et une plus belle histoire peut commencer à s’écrire.

Les Élans ont raté les séries éliminatoires, l’automne dernier, bouclant le calendrier avec une fiche de 1-8. La parité faisant l’unanimité parmi les différents entraîneurs du circuit, il n’y a qu’un pas à franchir pour améliorer son sort.

Histoire de permettre à sa troupe, qui accueille une vingtaine de recrues, de progresser, l’entraîneur-chef Claude Juneau n’a pas eu peur de s’affranchir de coordonnateurs de qualité. Si Francis Boivin reprend le contrôle de la défensive après une brève pause, Patrick Boies s’occupera désormais de l’attaque. Il était à la barre de l’équipe du quartier Saint-Sacrement lors des conquêtes du Bol d’or en 2008 et en 2011 avant de faire le saut dans les rangs universitaires.

«Ma priorité, c’est de bien encadrer nos joueurs. Je mise sur des alliés de qualité qui ont de l’expérience, de la connaissance et de la compétence», soutient celui qui en est à sa cinquième saison comme entraîneur-chef des Élans.

Le recrutement a permis l’arrivée d’un vent de fraîcheur à plusieurs positions. Débarqué de Pointe-Lévy, le quart-arrière Maxime Lambert pourra grandir sous la férule de Boies et en compagnie de ses deux autres collègues plus expérimentés, Tristan Blais et Charles Goulet. «Pat revient avec son système qui vise à mettre en valeur l’explosivité de nos athlètes, qui ont de belles habiletés», notait Juneau à l’approche du premier match contre Lévis-Lauzon, vendredi, sur la Rive-Sud.

Défensivement, les Élans ne sont pas dépourvus. «Nous avons un bel amalgame de joueurs de deuxième et de troisième année. Nous sommes très optimistes pour 2018, on a hâte de rentrer sur le terrain pour voir l’opposition. À partir du moment où l’on sera en mesure de dénicher notre billet pour les séries, tout est permis.»

Élans de Garneau

- Fiche en 2017 : 1-8 (9e rang, exclus des séries)

- Joueurs à surveiller : Thomas Landry (demi-défensif), Geoffrey Cantin-Arku (secondaire), Émile Malenfant (demi-offensif), Mathieu Hudon (receveur de passes), Philippe Bellerose (centre-arrière), Maxime Lambert (quart-arrière)