Le mouvement de protestation amorcé par le quart-arrière Colin Kaepernick (à droite) a pris tellement d'ampleur que la NFL a légiféré mercredi pour mettre fin à la controverse.

La NFL adopte une nouvelle politique concernant l’hymne national

ATLANTA — Les propriétaires d’équipes de la NFL ont approuvé une nouvelle politique en vertu de laquelle les joueurs pourront demeurer dans le vestiaire pendant l’interprétation de l’hymne national des États-Unis, mais être debout s’ils choisissent de se présenter sur le terrain.

Même si le commissaire Roger Goodell a indiqué que ce changement avait été adopté à l’unanimité lors de la réunion printanière de la ligue à Atlanta, au moins une voix s’est élevée contre cette nouvelle mesure.

Jed York, président du conseil d’administration des 49ers de San Francisco, a révélé que son équipe s’était abstenue de voter. Il a expliqué qu’il était mal à l’aise face à un processus qui n’impliquait pas les joueurs de façon directe.

Toute transgression à la nouvelle politique sera accompagnée d’amendes imposées à l’équipe et non aux joueurs. Ce pourrait être une façon d’éviter des contestations juridiques de l’Association des joueurs, puisque les amendes imposées aux équipes ne relèvent pas de la convention collective.

L’Association des joueurs a confirmé ne pas avoir été consultée et a averti qu’elle contesterait toute modification qui ira à l’encontre de la convention collective. «Tout le monde est perdant», a estimé le demi de sûreté Malcolm Jenkins, des Eagles de Philadelphie. «Ce qu’ont fait les propriétaires d’équipes, c’est contrarier notre droit constitutionnel à s’exprimer. [...] Cela ne va pas me faire taire et arrêter de me battre.»

Ce qui semble certain, c’est que Goodell et la plupart des propriétaires veulent régler ce dossier et passer à autre chose. «Nous voulons que les gens soient respectueux de l’hymne national. Nous voulons que les gens demeurent debout. Nous avons été très soucieux d’offrir des choix aux joueurs, mais nous croyons qu’il s’agit d’un moment important auquel nous allons accorder de l’attention.»

Art Rooney III, propriétaire des Steelers de Pittsburgh, a expliqué que ces mesures avaient été prises «en prenant en compte les différents points de vue, y compris celui des supporteurs. C’est une tentative de respecter le point de vue de tout le monde, le mieux possible.»

Trump salue la décision

En 2016, Colin Kaepernick, alors quart des 49ers, a commencé à poser un genou au sol pendant l’hymne national. Ce geste à la fois silencieux et puissant visait à contester la brutalité policière et les iniquités raciales au sein du système judiciaire. D’autres joueurs l’ont imité, et l’initiative s’est poursuivie pendant la saison 2017.

Le président Donald Trump a ajouté son grain de sel en déclarant que la NFL devrait limoger tout joueur qui pose un genou au sol pendant l’hymne national. Les équipes n’ont jamais été aussi loin, mais Kaepernick est toujours à la recherche d’un poste dans la NFL, tout comme le maraudeur Eric Reid, un autre protestataire. Les deux anciens joueurs ont déposé un grief contre la NFL.

Mercredi, Trump a salué la décision de la NFL en retweetant un message de son vice-président Mike Pence, qui mentionnait un article sur le sujet avec le mot-clé #Winning (gagnant). «Les décisions de ce jour sont une victoire pour les supporters, pour le président et pour l’Amérique. Les Américains peuvent à nouveau se rassembler autour ce qui les unit, notre drapeau, notre armée et notre hymne», avait écrit Pence sur Twitter.