Kalian Sams a canonné sa sixième longue balle de la saison, mercredi soir.

La longue balle permet aux Capitales de vaincre les Aigles

Malgré une petite tension en début de match, les Capitales de Québec ont gardé leur calme par la suite pour combler un déficit de 2-0 et l’emporter 4-3 devant les Aigles de Trois-Rivières, mercredi, au Stade Canac.

Des circuits de Kalian Sams (6e) et de T.J. White (3e) aux dépens du partant des Aigles Chris Murphy (5-3) ont permis aux locaux de venger leur défaite de la veille contre ces mêmes rivaux de la Mauricie.

«Notre lanceur a effectué quelques mauvais lancers, les Capitales ont su en profiter. Et contrairement à leur partant, le nôtre n’a pas exploité la zone des prises de l’officiel qui était aussi grande qu’une zone des buts au football», résumait le gérant des Aigles, T.J. Stanton.

L’ancien instructeur des lanceurs des Capitales venait à peine d’être expulsé après avoir contesté l’appel d’une prise en début de neuvième manche. Les Aigles menaçaient avec deux coureurs en position de marquer, mais ils n’ont pu saisir leur chance.

«J’ai crié que c’était de la merde… C’est la première fois qu’il m’expulse, mais on dirait qu’à chaque fois, il vise le record du plus grand nombre de retraits au bâton», ajoutait-il à propos de Conor McKenna.

Dans le clan québécois, la victoire avait un effet rassurant. Après la défaite de mardi et l’avance de 2-0 des Aigles dès la première manche, mercredi, le gérant Patrick Scalabrini a senti sa troupe un peu stressée jusqu’à ce qu’elle remonte la pente.

«Je ne sais pas pourquoi, mais on était un peu stressé à 2-0. J’ai adoré comment [Arik] Sikula a pris le contrôle par la suite. On a gagné à cause de nos lanceurs et de nos trois meilleurs frappeurs», disait-il.

Plus détendu

Scalabrini parlait de Kalian Sams, auteur d’un circuit de deux points en quatrième qui a créé l’égalité, de Maxx Tissenbaum, qui a produit un gros point en cinquième pour faire 3-3, et de White, dont le deuxième circuit en autant de matchs a fait la différence en sixième.

«Il commence à être le gars qu’on pensait mettre sous contrat», admettait le gérant en parlant de son T.J..

Le principal intéressé admettait aussi être plus à l’aise au bâton. «À mon arrivée, j’étais anxieux, je voulais bien faire. Je suis plus détendu au bâton, et dans les deux derniers matchs, j’ai frappé de bonnes balles», disait le natif de Las Vegas.

Sikula a travaillé pendant sept manches, donnant trois points, dont le dernier sur un jeu de souricière entre le premier et le deuxième qui a permis à un coureur de croiser le marbre. Il a aussi obtenu neuf retraits au bâton. Nolan Becker a lancé la dernière manche pour obtenir son septième sauvetage.

Un mauvais lancer au mauvais endroit a cependant forcé un changement de receveur en fin de neuvième. Adam Ehrlich pourra raconter la scène à ses enfants, un jour…

Du côté des Aigles, Javier Herrera a réussi deux des six coups sûrs des siens, son simple en première manche poussant un coéquipier au marbre. Mais après leurs deux points sur trois coups sûrs à ce premier tour au bâton, les visiteurs ont eu de la misère contre Sikula «qui a fait des ajustements rapides sur le plan de match», notait Karl Gélinas. Murphy a cédé neuf des 10 coups sûrs des Capitales en cinq manches. Le circuit de White a mis fin à sa soirée de travail, en sixième.

Le dernier match de la série a lieu jeudi (19h) et opposera Jay Johnson (1-0) à Kevin McNorton (4-2). Il pourrait s’agir du dernier match avant trois semaines des deux Cubains Lazaro Blanco et Yordan Manduley, toujours dans l’attente d’un droit d’entrée aux États-Unis, où se produiront les Capitales à compter de vendredi.

+

LES BREWERS S'INTÉRESSENT À BECKER

Après avoir obtenu une première chance dans le baseball affilié au terme de la dernière saison, le releveur Nolan Becker pourrait bien en avoir une seconde. Les Brewers de Milwaukee iront le voir lancer, en fin de semaine, lors du passage des Capitales à Sussex.

Becker, dont le père est en ville, a été informé de l’éventuelle présence au New Jersey d’un dépisteur de l’organisation des Brewers, mercredi, avant le match contre Trois-Rivières. «Il mériterait une deuxième chance, et ça m’avait déçu qu’il n’en obtienne pas une autre. Il n’a clairement pas d’affaire dans notre Ligue. Bien sûr, sa perte nous ferait mal, mais en même temps, on cherche toujours à placer nos joueurs dans le plus haut niveau possible», expliquait le gérant Patrick Scalabrini, qui prévoit donc l’utiliser même si le besoin ne s’en faisait pas sentir.

Dès la libération du lanceur gaucher par les Royals de Kansas City, plus tôt cette saison, Scalabrini a mandaté ses adjoints d’en faire la promotion auprès de leur contact. Un hasard ne vient jamais seul, car son bras droit Jean-Philippe Roy est aussi recruteur au Québec pour les Brewers.

«Il s’agit de la première année que les Brewers suivent plus attentivement le baseball indépendant. Ils l’observaient depuis quelque temps, on leur transmet des rapports à chacune de ses sorties. La dernière fois qu’ils l’avaient vu, il lançait 89 milles à l’heure, mais dernièrement, il l’a fait à 94-96 et ils ont décidé de venir le voir», notait Roy.

Becker a égalé le record d’équipe pour le nombre de victoires préservées (24) avec les Capitales, l’an passé. À 6’6”, il maîtrise trois lancers, dont une rapide au-delà de 90 mi/h. Depuis son retour avec les Capitales, le joueur de 27 ans a sauvegardé sept matchs en 11 sorties et maintenu une moyenne de points mérités de 1,58. Il avait été encore plus dominant en 2017 avec 24 victoires préservées et 45 retraits au bâton en 39,1 manches lancées. 

+

UN RECORD DE 2011 BATTU

À la faveur d’une victoire de 6-4 contre les Jackals du New Jersey, mardi, les Miners de Sussex County l’emportaient pour une 14e fois de suite à domicile pour établir un record de la Ligue Can-Am. Ils battaient ainsi l’ancienne marque de 13 détenue par les Capitales depuis 2011.

«Il s’agissait de la saison où nous avions un punch incroyable avec nos quatre partants. C’est très difficile à accomplir, car tu ne peux pas être malchanceux, connaître un mauvais match, etc. En raison de leur historique, je suis surpris de la saison des Miners, mais ils ont bâti une belle équipe complète», notait Patrick Scalabrini. Les Miners ayant battu à nouveau les Jackals, mercredi, le mandat de mettre fin à leur séquence reviendra aux Capitales à compter de vendredi.