Le commissaire de la LNH Gary Bettman a reçu «une réponse très négative» de la part des propriétaires à propos d'une participation aux Jeux olympiques.

La LNH s'éloigne des Jeux olympiques

La LNH n'a toujours pas pris de décision concernant sa présence aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018, mais les échos provenant des propriétaires laissent croire que l'expérience tire à sa fin.
Le commissaire Gary Bettman a affirmé qu'il y avait «une réponse très négative» de la part des propriétaires lors de la première journée de la rencontre des gouverneurs, jeudi après-midi en Floride. «Après avoir participé à cinq événements de la sorte, la fatigue est peut-être un mot qui décrit la situation.»
Selon Bettman, les propriétaires se questionnent sur l'impact causé par l'arrêt de la saison pendant près de trois semaines pour participer aux JO. Un calendrier plus chargé peut également engendrer des risques de blessures plus élevés et les joueurs pourraient même se blesser pendant qu'ils représentent leur pays aux Jeux.
Les proprios se demandent aussi quels sont les bénéfices pour la Ligue. Bettman a souligné que la LNH avait vu une hausse de popularité quand les Jeux ont eu lieu en Amérique du Nord (Salt Lake City en 2002 et Vancouver en 2010), mais moins lorsqu'ils se sont déroulés dans des pays plus éloignés, comme à Nagano, au Japon, en 1998.
Les propriétaires ne sont pas prêts non plus à payer les droits pour participer à l'événement. Le CIO refuse d'ailleurs de payer pour les dépenses des joueurs de la LNH. Même si le président de la Fédération internationale de hockey sur glace, René Fasel, a dit qu'il allait trouver les 10 millions $US nécessaires, Bettman ne semble toutefois pas convaincu.
«René a dit qu'il allait avoir l'argent, et ce, même s'il devait le voler. Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais si ça implique de le prendre dans le développement du hockey, je ne crois pas que c'est une bonne idée.»
Le temps commence à manquer
La LNH a récemment présenté une suggestion à l'Association des joueurs qui aurait échangé une participation aux JO pour une prolongation de la convention collective, mais les joueurs ont rejeté cette proposition la semaine dernière. La proposition prévoyait deux Jeux olympiques (2018 et 2022), deux tournois de la Coupe du monde (2020 et 2024) et deux tournois sous une formule rappelant la Coupe Ryder à des dates à déterminer.
«Le plus important, c'était de montrer au monde et à nos partisans que nous n'aurions pas à négocier une nouvelle convention collective pendant neuf ans après cette saison», a fait valoir Bettman. «Nous pensions que c'était une bonne chose, même s'il y a quelques changements que nous pourrions apporter à la convention.»
Cette proposition aurait nécessité que la LNH et l'Association des joueurs renoncent à leur clause échappatoire en 2019, évitant du même coup un arrêt de la saison à la suite de la Coupe du monde, en 2020.
«J'ai toujours dit que c'était bien pour les joueurs de représenter leur pays, mais en même temps, je travaille aussi pour la LNH et les 30 propriétaires devront prendre une décision. Je respecte ça», a insisté Geoff Molson, le propriétaire du Canadien.
La ligue a indiqué que cette situation devait être réglée au plus tard avant le début du mois de janvier. Même s'il n'y a pas officiellement de date butoir, Bettman a mentionné que le temps commence à manquer.