Le commissaire de la Ligue Can-Am, Miles Wolff, aimerait ajouter une quatrième équipe au Canada qui se joindrait aux trois formations déjà existantes, Québec, Trois-Rivières et Ottawa.

La Ligue Can-Am se promène d'un champion à l'autre

Les couronnements se multiplient dans la Ligue Can-Am. À tour de rôle, Québec, Rockland, Trois-Rivières et Ottawa ont trôné au sommet du circuit de baseball indépendant depuis 2013.
En ce début d'une nouvelle saison, le Groupe Capitales Médias a préparé un tour d'horizon des forces en présence. Si la Ligue Can-Am a trouvé sa vitesse de croisière avec le retour des mêmes formations et la venue à nouveau de l'équipe nationale cubaine, où s'en va-t-elle? Le point avec le commissaire Miles Wolff. Bonne saison!
Q Pour une troisième année d'affilée, les six mêmes équipes sont au fil de départ. Êtes-vous satisfait de la stabilité et de la parité que l'on retrouve présentement dans la Ligue Can-Am?
R Je n'aimerais pas revenir à l'époque où nous n'avions que quatre et cinq formations. On mise sur de bons propriétaires et des gérants qui savent reconnaître le niveau de talent pour évoluer dans notre ligue. Dès que les joueurs découvrent notre calibre, ils veulent revenir, ce qui aide les équipes à rester compétitives.
Q Encore une fois, la Ligue sera l'hôte de plusieurs matchs à saveur internationale avec le retour de Cuba et la venue de la République dominicaine. Ces visites sont-elles devenues incontournables et font-elles l'envie d'autres ligues?
R Il y a beaucoup d'intérêt pour notre volet international. Outre ces deux pays, le Japon voulait revenir après ses tournées des deux dernières années chez nous, mais aussi la Corée du Sud, le Panama et le Venezuela ont levé la main. Ça permet aux amateurs de découvrir un autre style de baseball. Bien qu'on évalue le dossier chaque année, les gouverneurs y tiennent. D'autres ligues nous demandent comment on s'y prend, mais je ne pense pas qu'il soit possible de séjourner deux mois en Amérique pour jouer contre les 12 clubs d'une ligue, par exemple, alors qu'une tournée de trois semaines dans notre ligue est plus réaliste.
Q Avec des équipes basées à Ottawa, Québec et Trois-Rivières, est-il permis de croire à la venue d'une quatrième franchise au Canada?
R Nous parlons depuis tellement longtemps de Montréal, nous aimerions bien sûr ajouter une quatrième équipe au Canada. Deux équipes de la Ligue Inter County de l'Ontario ont fait une approche, mais je ne sais si ça pourrait fonctionner. Une chose est sûre, si ça n'avait pas été de Québec (et de New Jersey), il n'y aurait plus de Ligue Can-Am.
Q À quoi ressemblera la Ligue Can-Am dans cinq ans?
R Bonne question. Idéalement, j'aimerais qu'elle compte huit équipes, mais je ne crois pas qu'il puisse y avoir expansion en 2018. Si quelque chose devait se produire, ça devrait se passer entre les différentes ligues indépendantes déjà existantes. Pourquoi ne pourrions-nous pas s'affronter entre nous, et ce, peu importe les règlements de chaque ligue?