Les parents de Jordan Boyd, Debbie et Stephen Boyd, ont accompagné le commissaire de la LHJMQ et Gilles Courteau lors de la conférence de presse tenue à Halifax, mardi.

La LHJMQ prend des mesures pour améliorer la sécurité des joueurs

HALIFAX — La Ligue de hockey junior majeur du Québec a dévoilé des changements importants à ses protocoles en matière de sécurité des joueurs et a présenté ses excuses pour avoir divulgué des renseignements «manquant d’exactitude» quatre ans après la mort soudaine d’un jeune espoir de la Nouvelle-Écosse.

Le commissaire de la ligue, Gilles Courteau, s’est excusé auprès de la famille de Jordan Boyd, qui participait à des exercices en août 2013 avec le Titan d’Acadie-Bathurst, au Nouveau-Brunswick, lorsqu’il s’est effondré et n’a pu être ranimé.

Une autopsie a plus tard révélé que Boyd avait une maladie cardiaque non diagnostiquée, connue sous le nom de dysplasie ventriculaire droite arythmogène.

Courteau, qui a également annoncé une formation plus poussée du personnel et des examens médicaux plus approfondis lors d’une conférence de presse à Halifax, n’a pas précisé quelles informations étaient inexactes.

«Après avoir revu le processus qui a été mis en place, la famille Boyd mérite des excuses de ma part à titre de commissaire de la ligue», a déclaré Courteau.

Un communiqué de presse du bureau de la ligue a ensuite précisé qu’au moment de la mort de Boyd, il avait déclaré que la ligue avait une politique écrite sur la façon de gérer les situations d’urgence et qu’il était satisfait que la politique ait été suivie à la lettre.

«À la suite de cet examen et de l’information obtenue, il est devenu évident pour la ligue que les premiers soins d’urgence devaient être améliorés. Par exemple, un défibrillateur facilement accessible et fonctionnel devrait être disponible en tout temps, ce qui pourrait ne pas avoir été le cas dans le cas de Jordan.»

Le père de Jordan, Stephen Boyd, a affirmé que la famille était satisfaite d’avoir eu un «dialogue constructif» avec la ligue ces dernières années.

«Nous sommes très satisfaits des changements qu’ils ont annoncés aujourd’hui et pour nous, le plus important, ce sont les changements au protocole de sécurité qui ont été mis en place et nous savons que cela va bénéficier aux joueurs», a-t-il déclaré.

M. Courteau a révélé que toutes les équipes doivent maintenant avoir au moins trois membres du personnel formés aux techniques de secourisme, y compris l’utilisation de défibrillateurs, qui doivent être présents lors de tous les événements, y compris les matchs et les entraînements.

Il a également ajouté qu’avant le camp d’entraînement, les joueurs devraient remplir des questionnaires de santé plus exhaustifs et qu’ils seraient soumis à des examens physiques plus approfondis.