Ferrari est résolue à mettre fin à sa disette de titres de championnats cette année. Elle compte sur Sebastian Vettel (à droite) pour y parvenir. Le pilote allemand subit donc une énorme pression. Il est ici en pleine discussion avec le directeur de Ferrari, Maurizio Arrivabene.

La guerre est ouverte entre Hamilton et Vettel!

Fini les gants blancs entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel. Et c'est la Formule 1 qui en sort gagnante.
Après tant de discussions sur leur respect mutuel, leur relation auparavant harmonieuse s'est embrasée dans la chaleur d'un Grand Prix d'Azerbaïdjan marqué par plusieurs rebondissements, dimanche.
Hamilton a affirmé que Vettel s'est «déshonoré lui-même» lorsque, pendant une neutralisation au 22e tour de la course, il s'est délibérément porté à la hauteur de la McLaren du Britannique et a donné un coup de volant, heurtant l'avant de la monoplace de son rival. Vettel, qui a écopé d'une pénalité pour son geste, a réagi en disant qu'il avait simplement répondu à un freinage dangereux de Hamilton.
Peu importe les arguments, la F1 a finalement ce qu'elle souhaite : une saga entre deux champions férocement compétitifs qui promet de se prolonger toute la saison.
«Nous avons maintenant une situation qui soulève davantage de controverse. C'était évident que cela pouvait se produire, plus la course au championnat se resserre, a déclaré le directeur sportif de Mercedes, Toto Wolff. Ça n'améliorera pas leur relation à l'avenir. La guerre est ouverte.»
Hamilton et Vettel totalisent sept championnats du monde et plus de 100 victoires. Vettel compte quatre titres, un de plus que Hamilton. Mais le Britannique revendique plus de victoires, 56 à 45.
Cette saison, ils font jeu égal, avec trois victoires chacun, mais Vettel devance Hamilton par 14 points au championnat après huit courses.
Rivalité intrigante
Alors que Hamilton a souvent été impliqué dans un bras de fer avec son ancien coéquipier chez Mercedes, Nico Rosberg, ces trois dernières saisons, cette nouvelle rivalité est plus intrigante. Non seulement elle met aux prises de multiples champions du monde - ce qui n'était pas le cas avec Rosberg -, elle oppose aussi Mercedes à une écurie Ferrari très fière à la recherche de son premier titre des pilotes depuis 2007 et son premier des constructeurs depuis 2008.
Ferrari est résolue à mettre fin à cette disette et compte sur Vettel pour y parvenir. Le pilote allemand subit donc une énorme pression.
«Le sport a besoin de rivalité et ce dont nous avons été témoins est l'ingrédient d'un grand championnat, a poursuivi Wolff. À un certain stade, les meilleurs pilotes dans la lutte au championnat du monde ne peuvent pas être amis. Peut-être avons-nous vu la limite de ce respect.»
Wolff a également noté un changement de comportement chez Ferrari. «Normalement, j'ai droit au petit déjeuner [chez Ferrari] le dimanche matin. Cette fois, seulement à un thé, a-t-il dit. Pour moi, l'analogie, c'est comme le rugby; pendant la course, ils sont nos ennemis. Mais nous devons être capables, une fois la course terminée, de prendre une bière comme les joueurs de rugby et de reconnaître la performance de l'autre.»
Malgré le fait que Vettel semblait le plus à blâmer, dimanche, Wolff a exprimé une certaine sympathie. «Ce sont des guerriers et vous êtes en guerre, luttant pour la victoire et le championnat, a déclaré Wolff. Les émotions sont très élevées.»
Hamilton a terminé la course de dimanche au cinquième rang, derrière Vettel. Bien que cela signifie que Hamilton a perdu un peu de terrain dans la course au championnat, il a vu dans cet incident un élément à exploiter pour les 12 courses encore à disputer, soit la vulnérabilité de Vettel sous haute pression.
«Comme équipe, nous considérons ça comme positif pour nous, a déclaré Lewis Hamilton. Il est évidemment sous pression et ce n'est pas mauvais si c'est ainsi qu'il réagit.»
La neuvième manche de cette confrontation au sommet aura lieu dans deux semaines au Grand Prix d'Autriche.