La première présentation de la course l'Éveil des Plaines a eu lieu en mai 2011.

La fin pour la course l’Éveil des Plaines

L’Éveil des Plaines se rendort. Ses dirigeants ont annoncé la fin des activités de ce rendez-vous de course à pied après sept éditions. À la source de cette décision: les difficultés à suivre les règles de la Commission des champs de bataille nationaux (CCBN), selon le fondateur et responsable de l’événement, Gérard Leclerc.

«Le comité de direction a jugé qu’il était devenu trop difficile de continuer d’organiser cette activité en raison des nombreuses exigences [dont certaines très pointilleuses] de la CCBN et le stress que cela génère pour les bénévoles avant et pendant la tenue de l’Éveil des Plaines», ont écrit M. Leclerc et son équipe dans un communiqué.

Il s’agit d’une foule de petites choses, a expliqué M. Leclerc au Soleil. Il donne en exemple des exigences de dernière minute pouvant contrevenir aux ententes prises avec des commanditaires; ou encore des agents de sécurité trop zélés la journée de la course. «Ils ne m’ont pas poussé dehors. Ils m’ont juste usé assez pour que je craque», lance-t-il.

Du côté du CCBN, on se dit un peu surpris. «C’est l’organisme qui s’est désisté par lui-même. Sa demande pour l’année prochaine avait été acceptée», a expliqué la responsable des relations médias, Nathalie Allaire.

La décision de mettre fin aux activités a été prise à la fin novembre, puis transmise aux bénévoles et aux partenaires. Selon le communiqué reçu lundi, 4753 personnes ont franchi le fil d’arrivée de l’épreuve de 2011 à 2017, parcourant conjointement un total de 29 328 kilomètres.

L’activité a aussi permis de remettre 10 675$ à des organismes faisant la promotion de saines habitudes de vie et 7375$ en bourses aux athlètes de pointe, soit ceux montant sur les podiums du 10 et du 5 kilomètres.

Pour l’instant, M. Leclerc n’a aucun projet de relocalisation. «Je suis en deuil, laisse-t-il tomber. Et l’événement s’appelle l’Éveil des Plaines… Je ne peux pas le courir dans le parc Colbert!»