Le président de la fédération haïtienne de football, Yves Jean-Bart, a été banni à vie du sport à la suite d’accusations d’abus sexuels systématiques sur des joueuses.
 Le président de la fédération haïtienne de football, Yves Jean-Bart, a été banni à vie du sport à la suite d’accusations d’abus sexuels systématiques sur des joueuses.

La FIFA bannit à vie un haut responsable haïtien pour des abus sexuels

La Presse Canadienne
ZURICH — Le président de la fédération haïtienne de football, Yves Jean-Bart, a été banni à vie du sport à la suite d’accusations d’abus sexuels systématiques sur des joueuses.

La commission d’éthique de la FIFA a déclaré Jean-Bart coupable «d’avoir abusé de sa position et d’avoir harcelé et abusé sexuellement diverses joueuses, y compris des mineures.»

Il a également été condamné à une amende d’un million de francs suisses (1,43 million $ CAN).

Jean-Bart a nié les allégations, qui impliquent des joueuses de l’équipe nationale. Les accusations ont été révélées pour la première fois par le journal britannique The Guardian en avril.

Les abus ont eu lieu au Centre technique national du pays à Croix-des-Bouquets, que la FIFA a aidé à financer. Il était connu sous le nom «Le Ranch».

À la tête du football haïtien depuis 2000, Jean-Bart «a exercé un pouvoir énorme? et a des liens de haut niveau avec les systèmes gouvernemental, politique et juridique», a déclaré Human Rights Watch.

Les autorités de l’État haïtien ont été invitées par le groupe de défense à enquêter sur les allégations et à protéger les joueuses, qui ont également déclaré avoir été intimidées et menacées.

«Il ne s’agit pas d’une seule pomme pourrie, a déclaré Minky Worden, directrice des initiatives mondiales de Human Rights Watch, avant le verdict de la FIFA. Les athlètes ont témoigné que de nombreux autres responsables de la Fédération haïtienne de football - responsables de leur sécurité - ont soit participé à des abus sexuels, soit savaient et fermé les yeux.»

Trois autres responsables de la fédération haïtienne ont été suspendus de leur travail tandis que les enquêteurs de la FIFA rassemblent des preuves, le directeur technique Wilner Etienne, la superviseure des filles du centre national Nela Joseph et l’entraîneur-adjoint Yvette Félix.

- Par The Associated Press

Photo du jeudi 14 mai 2020, des femmes brandissent des pancartes demandant justice lors de l'audition du président de la Fédération haïtienne de football Yves Jean-Bart, concernant des allégations selon lesquelles il aurait abusé d'athlètes féminines au centre national de formation du pays, devant le palais de justice.