La FFC a convenu que la pratique de son sport devra être adaptée aux nouvelles réalités qui découlent de la pandémie de COVID-19, notamment dans ses compétitions.
La FFC a convenu que la pratique de son sport devra être adaptée aux nouvelles réalités qui découlent de la pandémie de COVID-19, notamment dans ses compétitions.

La Fédération française de cyclisme demande la relance du sport dès le 11 mai

PARIS — La Fédération française de cyclisme a demandé samedi qu'on permette la relance de son sport en même temps que le début des mesures de déconfinement dans ce pays européen, c'est-à-dire à compter du 11 mai.

Dans son communiqué, la FFC a dit espérer une reprise des compétitions «dans le respect des mesures sanitaires définies par l'État, le plus rapidement possible».

«Il serait impensable que les restrictions de pratique individuelle du cyclisme puissent perdurer au-delà de cette date, à l'heure où de plus en plus de voix, comme celle de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), s'élèvent pour souligner les bienfaits de la pratique du vélo sur la santé publique», pouvait-on lire dans le document de la FFC.

«Cela constituerait une véritable discrimination vis-à-vis de notre sport alors qu'au contraire, le vélo présente une opportunité sans précédent de transformer en profondeur et de manière pérenne la mobilité dans notre pays», a ajouté l'organisation chapeautée par Michel Callot.

La FFC a aussi convenu que la pratique de son sport devra être adaptée aux nouvelles réalités qui découlent de la pandémie de COVID-19, notamment dans ses compétitions. Elle n'a toutefois pas précisé ces mesures.

«Elle [la FFC] travaille à trouver de nouveaux formats d'épreuves qui pourront intégrer les contraintes sanitaires», s'est-elle limitée à dire.

Il y a deux semaines, l'Union cycliste internationale a annoncé plusieurs décisions au sujet du remodelage de son calendrier 2020. L'organisation qui chapeaute le cyclisme sur la planète a notamment confirmé que le Tour de France 2020 sera déplacé du 29 août au 20 septembre.

L'UCI avait précisé dans son communiqué que le plus grand nombre possible d'épreuves de l'UCI WorldTour — un circuit auquel appartiennent les Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal, prévus pour l'instant les 11 et 13 septembre — seront reprogrammées plus tard dans la saison. Une décision à ce sujet est d'ailleurs attendue d'ici au 15 mai.

L'UCI avait également indiqué que la Grande Boucle serait suivie des Championnats du monde de cyclisme sur route d'Aigle-Martigny, en Suisse, dont la plage horaire demeure inchangée du 20 au 27 septembre.

Le Tour d'Italie succédera immédiatement aux Mondiaux, et cette séquence infernale culminera avec la tenue du Tour d'Espagne — même si les dates de ces compétitions restent à déterminer.

L'UCI a ajouté que les plus prestigieuses épreuves sur route d'un jour, c'est-à-dire Milan-San Remo (Italie), le Tour des Flandres (Belgique), Paris-Roubaix (France), Liège-Bastogne-Liège (Belgique) et le Tour de Lombardie (Italie) se dérouleront toutes cette saison, à des dates encore indéterminées.