Le champion du monde en titre du circuit de la F1, Lewis Hamilton, n'est pas convaincu par le tracé envisagé pour le futur Grand Prix de Miami.

La F1 devrait rouler à Miami l'an prochain

MIAMI — Après le Texas et en attendant New York et Las Vegas, la F1 devrait faire étape à Miami à partir de la saison prochaine, les autorités locales ayant donné leur accord de principe, jeudi.

«On deviendrait, je crois, la seule ville au monde à avoir la F1 et des équipes des cinq sports majeurs», a noté Francis Suarez, le maire de Miami. Reste maintenant aux autorités municipales à finaliser ses négociations avec Formula 1 et le milliardaire Stephen Ross, propriétaire des Dolphins de Miami (NFL), qui sera l’organisateur et promoteur de l’épreuve.

Une fois cet accord trouvé, il sera soumis au vote du conseil municipal, puis le Conseil mondial de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) devra approuver l’inscription de la course au calendrier de la saison 2019, en juin, a précisé Formula 1. Le pilote québécois Lance Stroll (Williams) s’est dit en faveur de l’ajout d’une course à Miami, mais avec un bémol.

«Je crois que ce serait incroyable, car la ville est vibrante et qu’une belle énergie s’en dégage», a déclaré le pilote de 19 ans en marge du Grand Prix de Formule 1 d’Espagne. «Mais il faudrait peut-être enlever une course au calendrier. Enfin, je ne sais pas... C’est très demandant pour une équipe, un calendrier de 22 courses.»

Quant à savoir si l’augmentation du nombre de courses — des rumeurs avancent que le calendrier pourrait un jour compter 25 épreuves — aurait des conséquences sur la condition physique des pilotes, Stroll assure qu’il n’est pas inquiet.

«Il y aura probablement des problèmes logistiques à régler à l’intérieur de l’équipe, mais personnellement j’ai amplement de temps pour recharger mes batteries entre chaque course. Ça ne devrait donc pas être un problème.»

Première étape

Pour le groupe américain Liberty Media, qui a pris le contrôle de la F1 en déboursant 4,4 milliards $, le GP de Miami marque la première étape de ses ambitions.

Il souhaite en effet augmenter le nombre de courses, quitte à réduire leur format, pour toucher de nouveaux publics. Des destinations comme New York, Las Vegas, Long Beach (près de Los Angeles), ou encore Hanoï (Vietnam) sont évoquées.

Liberty Media veut également plus de courses en ville sur des circuits temporaires, garantie de plus de spectacle en piste. La proposition de tracé pour le GP de Miami illustre parfaitement cette stratégie : le circuit serpentera dans le centre-ville et empruntera un pont qui mène à Dodge Island, l’île artificielle où accostent les gigantesques bateaux de croisière.

Le champion du monde Lewis Hamilton n’est pas convaincu par le tracé envisagé. «Cela pourrait être plus amusant. Je connais Miami assez bien et il y aurait de meilleurs endroits pour une course.»  Avec La Presse canadienne