Les jumeaux Tyson et Jalen Philpot sont deux receveurs de passes menaçants.

La double menace offensive des Dinos

L’an passé, Tyson a remporté le titre de recrue de l’année au Canada et cette année, Jalen a dominé la conférence Canada West en captant 61 passes pour 877 verges. Maintenant réunis après que Tyson ait soigné une blessure en début de saison, les frères Philpot des Dinos de Calgary constituent une double menace sur le terrain de football.

«Ça a toujours été comme ça depuis qu’on a commencé à jouer au football. Une année, c’était moi le joueur le plus utile à son équipe et l’année d’après, c’était Tyson», explique Jalen en entrevue après l’entraînement des Dinos mercredi.

Jumeaux identiques, les deux jeunes athlètes sont très difficiles à différencier. Pour couronner le tout, les deux évoluent à la position de receveur de passes. «On se fait souvent dire qu’avec un casque et des épaulettes, c’est presque impossible de nous différencier», reprend Jalen, qui porte le numéro 5 alors que son frère porte le 6.

«Si c’est un avantage de se ressembler comme ça? Je ne sais pas... On évolue à la même position, mais moi je suis un peu plus gros et je suis plus physique. Jalen, lui, est plus rapide que moi», indique Tyson, qui fait cinq grosses livres de plus que son frère selon les données fournies par les Dinos.

Tous deux originaires de North Delta, en Colombie-Britannique, les frères Philpot sont des produits des Seahawks de l’école secondaire Seaquam et en sont à leur deuxième année avec les Dinos.

«À ma première année, j’avais développé une belle chimie avec le quart-arrière Adam Sinagara et j’ai eu le titre de recrue de l’année ici à Québec lors du banquet des étoiles», explique Tyson.

Cette année, quand il s’est blessé durant le camp d’entraînement, Tyson savait que son frère serait là pour prendre la relève. «Je voulais prendre le temps de bien guérir ma blessure durant les premiers matchs de la saison afin d’être prêt pour revenir durant les séries, car c’est vraiment là que ça compte», poursuit-il.

En l’absence de Tyson, Sinagara a donc fait de Jalen sa cible préférée. «Cette année, j’ai reçu beaucoup plus de ballons que l’an dernier. C’est que j’ai pris la position de slotback, qui appartenait au vétéran Hunter Karl, quand celui-ci s’est blessé. Je suis resté là toute l’année», explique Jalen.

À Calgary pour gagner

Si les frangins ont choisi les l’Université de Calgary, c’est avant tout pour l’ambiance familiale qui y règne, mais aussi pour sa grande tradition de succès au football et la chance de remporter un titre canadien.

«Vous savez, il y a beaucoup de gars de la Colombie-Britannique ici. On voulait s’éloigner un peu de la maison, mais, en même temps, ce n’est pas trop loin», indique Tyson.

Après une défaite en finale de la conférence Canada West l’an dernier face aux Huskies de la Saskatchewan, les Dinos sont maintenant en finale canadienne. «On pensait pouvoir y arriver l’an dernier aussi, mais cette année, on y est pour vrai», indique Jalen.

Respect

Jalen Philpot ajoute qu’il a beaucoup de respect pour les Carabins de l’Université de Montréal, qui seront devant eux dimanche sur le terrain du Stade Telus.

«On connaît quelques joueurs comme (le receveur) Carl Chabot et (le joueur de ligne offensive) Philippe Boucher qu’on a côtoyés dans d’autres compétitions. On sait que c’est une équipe physique, qu’ils ne font pas beaucoup d’erreurs», analyse Jalen.

«Ce sera un bon défi pour nous de faire face à une défensive qui est aussi efficace contre la passe. On essaiera d’utiliser notre vitesse pour se donner un avantage. On sait que le numéro 24 (le demi défensif Marc-Antoine Dequoy) sera là et qu’il nous aura à l’œil», termine Tyson.

+

AU RAYON DES ÉLECTROMÉNAGERS...

À 6 pieds 6 pouces et 350 livres, Carter Comeau est l’un des joueurs les plus imposants du football universitaire canadien.

Si les 6 pieds 3 pouces et les 350 livres du joueur de ligne défensive William Perry lui avaient valu le surnom de «The Refrigerator» dans les années 80, on pourrait se croire au rayon des électroménagers chez Ameublements Tanguay en regardant la ligne offensive des Dinos de Calgary.

Huit joueurs de 300 livres et plus, six de 6 pieds 4 pouces et plus, dont le Manitobain Carter Comeau, un mastodonte de 6 pieds 6 pouces faisant osciller l’aiguille du pèse-personne à 350 livres. Déjà, à 23 ans, il est plus imposant que le célèbre «Frigidaire».

«Oui, je suis un des plus grands et des plus gros au football universitaire canadien, mais je n’ai pas que ça. Je travaille très fort et je frappe aussi très fort pour les joueurs que j’affronte», lance d’entrée de jeu Comeau en entrevue avec Le Soleil.

Du hockey au foot

Celui qui a toujours été attiré par le football n’avait toutefois jamais trouvé d’endroit où pratiquer ce sport dans la petite communauté rurale dont il est originaire. 

Comme plusieurs jeunes Canadiens, il s’est donc mis au hockey et a disputé quelques matchs comme défenseur avec les Blues de Winnipeg et le Blizzard de la Nation crie Opaskwayak dans la Ligue junior manitobaine avant de tenter sa chance dans une ligue de football junior de Colombie-Britannique. C’est là qu’il a été remarqué par les Dinos et par plusieurs autres équipes, dont le Rouge et Or de l’Université Laval qui aurait semble-t-il déjà eu un œil sur lui.

«C’est ma première visite à Québec et c’est une très belle ville. Je ne connais pas beaucoup les Carabins, mais je suis prêt pour le match de samedi. Je vais étudier des bandes vidéo au cours des prochains jours et ça devrait bien se passer», a déclaré le géant qui s’est bien gardé de révéler que le match de la Coupe Vanier tombait en même temps que son anniversaire de naissance.

Le «petit» Nicastro

Son coéquipier Peter Nicastro, qui est d’un plus «petit» format avec ses 6 pieds 2 pouces et 310 livres, vient pour sa part d’être élu au sein de l’équipe d’étoiles de la conférence Canada West.

«Honnêtement, ça m’a surpris un peu, mais j’ai travaillé très fort pour arriver ici. Je suis vraiment excité de jouer le match de la Coupe Vanier», indique-t-il.

Natif de Calgary, Nicastro fait partie d’un groupe d’une cinquantaine de joueurs des Dinos originaires de la Métropole albertaine. «C’est vraiment agréable comme atmosphère, car on a presque tous grandi en jouant ensemble ou l’un contre l’autre et que maintenant, notre équipe est à maturité», explique-t-il.

Comme joueur de ligne offensive, Nicastro et Comeau ont aussi une ligne directe avec le seul membre actuel des Dinos à posséder trois bagues de la Coupe Vanier, l’entraîneur de la ligne offensive Paul Carson. 

«Il a gagné la Coupe Vanier deux fois comme joueur dans les années 80 et aussi comme entraîneur en 1995. C’est maintenant à notre tour de l’aider à en gagner une autre», conclut Nicastro.