Pour le moment, 6700 billets ont été vendus pour la Coupe Vanier présenté samedi au Stade TELUS.

La dernière Coupe Vanier à Québec? [VIDÉO]

Qui accueillera la Coupe Vanier en 2020? À environ un an de la présentation de la 56e finale du football universitaire canadien, les dirigeants de U Sports espèrent toujours en arriver à une entente de partenariat avec la LCF. Mais si jamais les négociations devaient achopper, le Rouge et Or pourrait choisir de passer son tour, lui qui, il y a un mois à peine, avait manifesté son intérêt pour tenir le match si on le lui demandait.

«On ne nous a pas fait signe, a avoué Christian Côté, le président du comité organisateur. Je sais que du côté de U Sports, on travaille sur d’autres options. De notre côté, on va devoir tout décanter ça. À 6700 billets vendus à ce stade-ci, je ne suis pas sûr qu’on lèverait la main de façon aussi intense que quand on s’attend à avoir au minimum 12 000 personnes. Je ne suis pas en mesure de dire un non définitif à l’organisation de la Coupe Vanier de 2020, mais disons que mon degré d’enthousiasme pour la présenter est moins élevé qu’il l’était il y a un mois. Ça serait donc possible que l’on dise non si on nous demandait de la recevoir de nouveau.

«Il y a des questions à se poser sur l’assistance. Est-ce que l’on devrait prendre une pause du produit? Quand on va chercher une Coupe Vanier, ça vient d’abord du club de football. La décision doit venir de Jacques Tanguay, Gilles D’Amboise et des dirigeants du club. Mais je dirais que le nombre de billets vendus va nous inciter à une réflexion. Organiser la Coupe Vanier, c’est beaucoup de travail. Nous sommes le 18 novembre. À partir du moment où on ne nous a pas manifesté d’intérêt, je pense que ça veut dire que l’on est dans une autre direction. Puis on respecte ça.»

Questionné si, avec les années, les gens de Québec s’étaient peut-être lassés de la présentation de la Coupe Vanier, un évènement qui sera tenu à Québec pour une sixième fois au cours des 10 dernières années, Côté a indiqué que non. Il a ajouté que le fait de prendre une pause entre quelques présentations de l’évènement pourrait être bénéfique pour le comité organisateur et l’université. «Et peut-être faire en sorte que l’on soit moins pris pour acquis pour l’organiser dès qu’il manque quelqu’un pour le faire.»

Ville hôtesse pas encore choisie

Côté ne cache cependant pas qu’il trouve inconcevable qu’à un an de la présentation de la finale de 2020, le choix de la ville hôtesse n’ait pas encore été décidé. Il a dit comprendre les contraintes auxquelles les gens du SIC sont confrontés et le fait que l’on veuille se rapprocher de la LCF afin de profiter des retombées médiatiques.

«Il ne faut pas oublier que l’université qui va prendre le dossier va avoir des défis d’hébergement, d’organisation et de plein de choses. Il faut constamment se tourner de bord et être capables d’avoir des ressources. Mais pour faire ça, il faut être capable de prévoir des choses d’avance. Et si Laval ne lève pas la main, qui va le faire? J’ai hâte de voir qui va le faire ailleurs au pays si jamais l’association avec la LCF ne fonctionne pas.»

Revenant sur la vente des billets, Côté n’a pas caché que de plus en plus, les partisans du Rouge et Or attendent de voir si leur équipe préférée sera de la grande finale avant d’acheter leurs billets. Il a rappelé que les amateurs auraient droit à un duel relevé entre deux excellentes équipes, soit les Carabins, une formation du Québec, et les Dinos, qui en seront à un quatrième match de la Coupe Vanier dans la Vieille Capitale. Côté s’est cependant dit confiant de voir le nombre de billets vendus augmenter sensiblement d’ici samedi.

«Le temps devrait être beau avec une température autour de 1 degré Celcius et, s’il neige, les précipitations devraient être en deçà d’un centimètre. Oui, la vente de billets est un peu plus tranquille que ce à quoi on s’attendait, mais on a confiance que l’on va avoir une bonne foule. Je pense que l’on pourrait avoir une billetterie intéressante le jour du match. Je suis très encouragé par ce qui se passe déjà. Je m’attends à une excellente réaction des amateurs de football de Québec, des amateurs de football de Montréal et des amateurs de football du Québec qui veulent voir deux grandes équipes à l’œuvre.»

NOTES: Les Dinos de l’Université de Calgary sont arrivés dans la Vieille Capitale en fin de soirée lundi. Ils s’entraîneront sur la surface intérieure du Stade TELUS dès mardi après-midi entre 15h et 18h... Les Carabins de l’Université de Montréal se pointeront à Québec mercredi. Ils auront leur premier entraînement sur la surface intérieure du Stade TELUS jeudi de 14h15 à 16h15, soit immédiatement après les Dinos qui s’y entraîneront de 12h à 14h... Comme ce fut le cas lors de leur présence au Stade TELUS pour la Coupe Vanier, les Dinos auront l’ex-Rouge et Or Jean-Philippe Gilbert comme parrain. Et c’est de nouveau Jean-Philippe Abraham qui sera le parrain des Carabins.

+

U SPORTS PAS DÉÇU PAR LA VENTE DES BILLETS

Les activités de la 55e Coupe Vanier ont officiellement été lancées lundi par Christian Côté, président du comité organisateur de l’évènement, John Bower, directeur marketing-communications chez U Sports, et Julie Dionne, directrice du Service des activités sportives de l’Université Laval.

Contrairement à Christian Côté, Johnny Bower, le directeur Marketing et communication chez U Sports, n’est absolument pas déçu par les chiffres de vente de billets pour le match de la Coupe Vanier.

«On sait qu’à Québec et ici, à l’Université Laval, les gens savent comment organiser de gros évènements. J’estime qu’environ 10 000 personnes assisteront au match de samedi ce qui est à peu près les foules que nous avons eues pour la présentation de la Coupe Vanier sur les autres campus universitaires. D’ailleurs, les assistances pour les rencontres de la Coupe Vanier sont toujours autour de 10 000-15 000 personnes. Dix-mille personnes pour un match Carabins-Dinos, ce n’est pas décevant du tout.»

Questionnés pourquoi à un an de la présentation de la 56e finale nationale, le choix de la ville hôtesse pour tenir l’évènement n’était pas encore connu, Bower a confirmé qu’U Sports était en discussions avec la LCF pour regarder et évaluer l’ensemble des offres de services entre les deux. La réflexion pourrait mener à l’organisation des Coupe Grey et Vanier dans la même ville... peut-être en 2020, dans deux ans, et même trois.

«Ça prend du temps afin de s’assurer d’avoir une bonne harmonisation comme ce fut le cas à Vancouver [2011] et Toronto [2012].»

Bower n’a pas caché que si U Sports devait se tourner vers une université pour organiser la prochaine Coupe Vanier, celle-ci devrait composer avec un échéancier serré. Qu’à cela ne tienne, des établissements auraient déjà manifesté leur intérêt pour accueillir la grande finale, selon lui. «On est au courant des défis, et on prévoit annoncer quelque chose dans les prochaines semaines.»

Le porte-parole de U Sports s’est cependant fait rassurant. Son organisme peut compter sur des plans B si les discussions avec la LCF n’aboutissent pas. «Je suis certain que l’on a des stades de 10 000 personnes intéressants au Canada pour recevoir ce genre d’évènement. Et nous savons que des universités seront intéressées à soumettre leur candidature pour présenter la Coupe Vanier une fois que l’on connaîtra l’avenir de l’évènement.»