Le Drakkar de Baie-Comeau a porté son avance à 4-2 en fin de première grâce à deux buts réalisés en l’espace de 25 secondes.

La défaite des Remparts déplaît... à l’entraîneur du Drakkar

En se basant sur les commentaires d’après-match, on aurait pu croire que le résultat était différent de celui affiché au tableau. Mais non, c’est bien le Drakkar de Baie-Comeau qui l’a emporté 6-5 en tirs de barrage face aux Remparts de Québec, mercredi, au Centre Vidéotron.

Les visiteurs de la Côte-Nord ont gaspillé deux avances de deux buts en première et se dirigeaient vers une défaite avant qu’ils ne créent l’égalité 5-5 avec moins de deux minutes à faire en troisième. Le gardien Anthony Morrone a brillé en prolongation, bloquant les 12 lancers dirigés vers lui dans ces cinq minutes supplémentaires, mais c’est finalement un but de Nathan Légaré dans les tirs de barrage qui a fait la différence.

«Je vais lever mon chapeau aux Remparts pour leur éthique de travail, des gars engagés et commis. Eh boy, je ne sais pas où ils étaient. Je me demandais s’ils n’étaient pas au Colisée Pepsi, de l’autre bord. J’ai envoyé Brian [St-Louis, le thérapeute] les chercher, parce que d’après moi, ils n’étaient pas dans le bon vestiaire», disait l’entraîneur-­chef Martin Bernard à propos de ses joueurs.

Bernard attendait d’ailleurs les journalistes devant le vestiaire des siens, sûrement une première puisqu’on doit habituellement avertir de notre arrivée… Il fulminait déjà en première, quand les siens menaient 2-0 après 10 minutes.

«Au premier temps d’arrêt, j’ai dit aux gars : “On est tout croche”. On est chanceux d’être 2-0, on ne joue pas bien pantoute. Il faut se replacer. Il n’y a pas beaucoup de positif à retirer à part les deux points, mais c’est correct, parce que dernièrement, on a perdu des matchs qu’on aurait dû gagner.»

Le Drakkar menait 4-2 en fin de première grâce à deux buts en l’espace de 25 secondes dans la dernière minute. Mais en deuxième, les Remparts ont orchestré leur seconde remontée, s’offrant même une avance de 5-4.

Aleksei Sergeev (7e), Gabriel Montreuil (2e), Benjamin Gagné (4e), Thomas Caron (1er) et Sam Dunn (2e) ont marqué pour les locaux. Ivan Chekhovich, qui a réussi un tour du chapeau en première, Nathan Légaré (9e) et Gabriel Fortier (7e) ont répliqué pour le Drakkar.

«Ç’a été tout un match, les partisans qui sont venus en ont eu pour leur argent. On a eu nos chances de gagner, mais où je suis fier, c’est qu’on est revenu deux fois de l’arrière. Les gars ont travaillé extrêmement fort, ils n’ont jamais baissé les bras. Je suis content de voir qu’on peut avoir des résultats en faisant cela», estimait Patrick Roy.

Caron s'impose

L’entraîneur-chef des Remparts a bien aimé la prestation de Morrone, notamment lors de la prolongation dominée 12-0 aux lancers par l’adversaire. Même chose avec Caron, auteur de son premier but dans la LHJMQ. Le joueur rappelé du Junior AAA pourrait lui forcer la main pour le garder à Québec.

«Il s’agit d’une décision qu’on va avoir à prendre», admettait Roy à propos de celui qui avait quitté l’équipe, au camp, en raison d’une utilisation réduite la saison précédente.

Le principal intéressé resterait-il si on lui demandait? «Ouais», répondait-il après une courte réflexion.

«J’ai eu beaucoup de discussions avec Pat, pour le futur, on verra. Ce n’est pas moi qui contrôle l’avenir. Depuis que je joue ici, je n’ai jamais eu la chance de jouer avec deux joueurs comme ça [Kurashev et Sergeev]. Les trois, on se complète bien, j’essaie de jouer mon style, de leur faire de la place», ajoutait Caron.

La semaine des rivalités dans la LHJMQ mène les Remparts à Rimouski, vendredi, tandis que le Drakkar sera à Chicoutimi.

+

LÉGARÉ VA RETROUVER SON AMI LAFRENIÈRE

Nathan Légaré s’impose à sa deuxième année sur la Côte-Nord.

En cette semaine des rivalités dans la LHJMQ, l’amitié reste encore plus forte que tout. Même s’ils évoluent à quelques coups de rame l’un de l’autre, Nathan Légaré et Alexis Lafrenière sont encore les meilleurs amis du monde.

Baie-Comeau et Rimouski ne s’affrontent pas dans cette initiative du circuit Courteau, mais les deux anciens coéquipiers dans le midget AAA se retrouveront à deux reprises en novembre. Sauf qu’à défaut de s’affronter, ils joueront dans la même équipe à la Série Canada-Russie CIBC.

«Ça va être le fun de jouer dans la même équipe que lui. Alexis et moi, on a une chimie incroyable. L’été, on est toujours ensemble. C’est moi qui l’apporte au gym, on se côtoie tous les jours, on est pas mal les meilleurs amis en dehors de l’aréna aussi. Avec Félix Lafrance, on formait un bon trio dans le midget AAA, on se faisait confiance», expliquait Légaré, qui fut le sixième choix du repêchage 2017, le même où Lafrenière avait été la première prise.

Légaré s’impose à sa deuxième année sur la Côte-Nord. Avant le match de mercredi, à Québec, il menait l’attaque du Drakkar avec huit buts et 16 points en 13 matchs. Il ne veut pas trop s’imposer de pression avec son année de repêchage de la LNH. «Je vois cela plus comme une source de motivation qu’une distraction. C’est encore loin, et une saison, c’est un marathon. Ce qui est le plus important, c’est de gagner.»

Il se réjouissait des ajouts de quelques vétérans, comme Samuel L’Italien et Sacha Roy. «Toutes les acquisitions de Steve Ahern [le dg] aident l’équipe. La vitesse explique une bonne partie de nos succès. On a couru en masse pendant le camp, on a un bon cardio et on peut maintenir le rythme pendant trois périodes», soulignait celui qui complète un trio efficace avec Ivan Chekhovich et le capitaine Gabriel Fortier.