Serena Williams a corrigé son adversaire en 44 minutes.

La comète Serena traverse New York

NEW YORK — C'est une comète qui a traversé le court Arthur-Ashe mardi soir : la comète Serena Williams, qui a corrigé en 44 minutes Qiang Wang et ainsi remporté sa 100e victoire aux Internationaux des États-Unis pour atteindre les demi-finales.

Chez les messieurs, Daniil Medvedev s'est lui qualifié pour sa première demie de Grand Chelem et affrontera Grigor Dimitrov (18e).

Serena (8e), qui aura 38 ans le 26 septembre, n'a laissé que 15 points, dont 4 seulement dans le second set, à sa jeune adversaire chinoise de 18 ans (18e), balayée 6-1, 6-0.

«C'est vraiment incroyable, littéralement, a-t-elle constaté. Depuis que j'ai commencé ici, je devais avoir 16 ans, je ne me suis jamais dit que j'arriverais un jour à 100 victoires. Je ne pensais pas que je serais toujours là», a-t-elle ajouté.

L'Américaine a remporté le premier de ses six trophées aux Internationaux des États-Unis il y a 20 ans et vise un 24e titre en Grand Chelem face à des adversaires dont aucune, au stade des quarts de finale, n'a même joué de finale de Grand Chelem.

Et jeudi en demi-finales, un stade qu'elle atteint pour la 13e fois en 19 participations, Serena Williams tentera d'égaler le record absolu de victoires aux Internationaux des États-Unis, détenu par sa compatriote Chris Evert (101).

«Je m'amuse»

«Physiquement, je me sens super bien. Et plus que tout, je m'amuse chaque fois que je viens sur ce court» Arthur-Ashe, a prévenu Williams.

Elle aura pour adversaire Elina Svitolina (5e), qui jouera, elle, sa première demi-finale à Flushing Meadows. Elle s'est qualifiée aux dépens de la Britannique Johanna Konta (16e) 6-4, 6-4.

«C'était un match très dur. On frappait toutes les deux et finir sur mon service était chaud», a déclaré l'Ukrainienne de 24 ans, sous les yeux de son compagnon Gaël Monfils, qui jouera pour sa part son quart de finale mercredi face à l'Italien Matteo Berrettini.

Ce dernier jeu de service était effectivement tendu, car elle avait eu auparavant trois balles de match sur le service de Konta.

«J'ai pris les points l'un après l'autre» en essayant de maîtriser la pression, a expliqué Svitolina, demi-finaliste à Wimbledon cette année, son meilleur résultat en Grand Chelem jusque-là.

Medvedev vainqueur sans sifflets

Dans les tribunes, Monfils a apprécié. «Maintenant, c'est à lui d'élever son jeu pour atteindre les demies!» a lancé Svitolina.

Chez les messieurs, Daniil Medvedev n'a pas pu se nourrir des huées du public américain, mais il s'est quand même qualifié pour sa première demi-finale de Grand Chelem.

«Désolé, les gars... et merci!» a lancé en éclatant de rire le Russe de 23 ans dans un jeu de provocation avec le public. Lors des deux précédents matchs, il lui avait affirmé tirer le plus grand profit des copieux sifflets dont il était l'objet.

Cette fois, Medvedev était parfaitement apaisé et serein pour affronter Stan Wawrinka. Et le public, pourtant clairement en faveur du Suisse, ne s'est pas montré véhément à son encontre, manifestant même son admiration lors des beaux points qu'il a marqués.

«C'était un match bizarre : j'ai eu très mal à la jambe dans le premier set et j'ai cru que j'allais devoir abandonner. Mais je suis heureux d'atteindre ma première demie de Grand Chelem», a expliqué Medvedev.

«Avant le match, je me sentais parfaitement bien. Mais j'ai dû m'étirer le quadriceps gauche au premier jeu. J'ai pris un antidouleur et c'est passé, on verra comment ce sera en demies», a-t-il ajouté.

Medvedev confirme qu'il est bien l'homme en forme de la tournée nord-américaine sur dur cet été. Après ses trois finales en autant de tournois, dont une gagnée au Masters 1000 de Cincinnati, le Russe est toujours là à Flushing Meadows. Et il est officiellement qualifié pour le Masters de fin de saison.