En conversation avec le prince Harry, le Britannique Mo Farah, quadruple champion olympique sur 5000 et 10 000 m, a terminé sur la troisième marche du podium et a battu le record britannique.

Kipchoge vainqueur, Farah sur le podium au marathon de Londres

LONDRES — Le Kényan Eliud Kipchoge a remporté dimanche, sous le soleil, son troisième marathon de Londres en quatre ans (2h04:17), devançant l’Éthiopien Tola Shura Kitata et la vedette de l’athlétisme britannique Mo Farah.

Dans les rues de Londres, Kipchoge, qui tente toujours de battre le record du monde, a mené la course avec l’Éthiopien Kenenisa Bekele et le Kényan Daniel Wanjiru, vainqueur dans la capitale britannique en 2017.

Les coureurs ont maintenu un rythme de record du monde jusqu’à mi-parcours, avant de ralentir, laissant Kipchoge, vainqueur en 2015 et 2016, mener le train, puis s’échapper.

Mo Farah s’est, lui, positionné à l’arrière du groupe de tête, en attente, et a réussi à garder le rythme, pour seulement son deuxième marathon.

Le quadruple champion olympique sur 5000 et 10 000 m, qui vise le marathon des JO-2020, a terminé sur le podium et battu le record britannique (2h06:21). Il a pu mesurer l’expérience qu’il lui reste à engranger, réalisant quelques petites erreurs de parcours, en ne trouvant pas par exemple sa bouteille lors de deux ravitaillements.

«Je suis cuit», a déclaré l’athlète âgé de 35 ans. «Les gars ont foncé, ils étaient sur les bases du record du monde, donc il fallait tenir ou abandonner. J’ai tenu et je me suis accroché autant que j’ai pu.»

Cafouillage 

Après un cafouillage sur les résultats, les trois premiers s’étant initialement fait ajouter 10 ou 11 secondes, les organisateurs ont fini par expliquer... plus d’une heure et demie après l’arrivée. Les temps du podium avaient fait l’objet d’une «erreur de recopiage»!

Chez les dames, la Kényane Vivian Cheruiyot, championne olympique en titre du 5000 m, a remporté l’épreuve en 2h18 min 31 sec, réussissant son passage sur le marathon après avoir disputé sa première épreuve à Londres en 2017.

Sa compatriote Mary Keitany, favorite, a perdu pied et n’a terminé que cinquième, loin derrière (2h24:27), alors qu’elle visait le record du monde et une quatrième victoire à Londres.